La banque d'un monde qui change

Quelle place pour l’énergie verte aujourd’hui ?

  • 24.04.2018

Dérèglement climatique, épuisement des ressources fossiles, pollution : la prise de conscience écologique est désormais mondiale. Le temps des doutes s’achève pour laisser place aux propositions et aux solutions. Les énergies renouvelables représentent aujourd’hui 23 % de la consommation mondiale d’électricité. En 2015, l’Accord de Paris sur le Climat a acté la volonté internationale de faire passer cette proportion à 37 % en 2040.

Les énergies vertes s’imposent : the green side of life

Avec une progression de 8,3 % des capacités renouvelables, l’année 2017 marque une avancée significative dans l’adoption des énergies renouvelables et la transition énergétique. Fin 2017, la capacité des énergies vertes dépasse les 2 000 gigawatts à l’échelle de la planète avec 2 180 gigawatts. Même si l’hydroélectrique constitue encore la première source d’énergie, cette croissance est tirée principalement par les deux locomotives que sont le solaire photovoltaïque (+ 31,6 %) et l’éolien (+ 10,0 %). 

En quelques années, les investissements en faveur des énergies renouvelables ont pris une place significative dans le secteur de l’énergie. Les renouvelables attirent désormais environ deux fois plus d’investissements que les énergies fossiles. En 2017, le marché des technologies vertes mondiales représente ainsi 2 200 milliards d’euros. D’après les experts du secteur, il pourrait doubler au cours des 10 prochaines années

BNP Paribas soutient les start-up de la cleantech

Le Groupe s’associe au Cleantech Open France 2018, un concours destiné aux start-up françaises de la cleantech dans 8 filières : agriculture et alimentation, chimie verte et matériaux, efficacité énergétique, énergies renouvelables, digital et internet des objets, eau, air et déchets, mobilité, immobilier et construction durable.

Cette initiative a pour objectif de faire émerger les meilleures solutions contribuant à la lutte contre le changement climatique, afin d’accélérer leur mise sur le marché et leur industrialisation. 

Dans le cadre de ce concours, les startups sont invitées à poser leur candidature sur le site de Cleantech Open France jusqu’au 18 mai 2018. Le Groupe, à travers son entité Banque de Détail en France, participera au jury de sélection et organisera des rencontres entre les start-up lauréates et des PME/ETI engagées en faveur de la transition énergétique.

BNP Paribas et l'énergie verte : 

26,2 %

C’est la part d’énergies renouvelables dans l’électricité consommée par les bâtiments du Groupe 

12,3 Mds€

C’est le montant des financements du Groupe consacré aux énergies renouvelables, avec un objectif de 15 milliards en 2020

Les défis de l’énergie verte mondiale

Au regard de ces chiffres, on pourrait croire la bataille gagnée. C’est loin d’être le cas. De nombreux défis attendent la Greentech mondiale

Fortement dépendante des volontés politiques, l’évolution du secteur est souvent freinée par une aide publique encore trop frileuse. Avec 135 milliards d’euros, les subventions allouées aux renouvelables restent quatre fois moins importantes que les aides publiques dédiées aux énergies fossiles. Une anomalie qui handicape les financements dans la Greentech, alors même que les effets d’échelle ont permis ces dernières années de faire chuter le coût de ces technologies, autrefois considérées comme peu rentables.

Par ailleurs, si les énergies renouvelables font bonne figure en ce qui concerne la production d’électricité, les technologies actuelles ne permettent toujours pas de percer dans les secteurs de la chaleur ou du transport. Quant aux biocarburants, ils ne représentent que 3 % de l’énergie dans le transport routier où le pétrole règne en maître incontesté. 

Enfin, malgré les conventions mondiales comme la COP 21, les actions concertées à l’échelle de la planète sont encore rares et c’est au sein des grandes régions économiques que se prennent les décisions d’investissement. 

Une urgence sanitaire et économique

Alors que près de 7 millions de personnes meurent chaque année du fait de la pollution, la lutte en faveur de la transition énergétique s’impose comme une urgence tant sur le plan sanitaire qu’économique. Selon une récente étude publiée dans le journal académique The Lancet Planetary Health, respecter les Accords de Paris permettrait même aux gouvernements d’économiser 54 000 milliards de dollars en frais médicaux d’ici 2050. 

Photos © Lalsstock / Benedikt

A lire aussi

Toutes les actualités
Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage