La banque d'un monde qui change

A l’occasion du Forum Convergences, dont BNP Paribas est partenaire, Matthieu Soulé (analyste stratégique à L’Atelier BNP Paribas) témoigne sur le Big Data et l’utilisation des données au service du développement.

Matthieu SouléDe quelle manière L’Atelier inscrit-il sa participation à Convergences ?

L’Atelier est depuis plus de 35 ans la cellule de veille technologique de BNP Paribas. Avec des bureaux à Shanghai, Paris et San Francisco, son rôle est de détecter et analyser les innovations de rupture annonciatrices de bouleversements pour les individus et les entreprises. Parmi ces bouleversements, nous avons l’intime conviction que les nouvelles technologies peuvent être de formidables leviers de développement et d’émancipation pour les individus, et ce notamment dans les pays émergents. C’est pourquoi nous avons choisi de soutenir Convergences, qui est un évènement incontournable sur les problématiques du développement. L’Atelier en est le partenaire média, et à titre personnel j’animerai une conférence sur le Big Data.

 

Avec le développement des technologies, on ne peut nier aujourd’hui l'importance du Big Data : à quoi peuvent servir toutes ces données dans le développement des villes et des territoires ?

Le phénomène Big Data fait référence à la prolifération des données (« data ») disponibles à l’heure d’internet et des objets connectés sous forme numérique, donc exploitables automatiquement par des machines.

D’une manière générale, cela peut représenter une excellente opportunité, pour faciliter la coordination entre les individus et les institutions. Là où les agglomérations atteignaient les limites de leurs capacités, les nouvelles possibilités permises par la co-construction entre citoyens, acteurs privés et publics à l’aide des technologies, abondées par la remontée des données du terrain, vont permettre de prendre de meilleures décisions et d’agir plus rapidement.

Dans le cas des pays émergents, l’amélioration de la planification du territoire permettrait, par exemple, de mieux prévoir le développement des flux, comme les transports, les énergies, l’eau ou encore le ramassage des ordures. Cela offrirait aussi l’opportunité de mieux anticiper les risques, comme par exemple les incendies, ou de simuler l’évacuation de zones habitées en cas de catastrophes naturelles.

 

En quoi le monde bancaire peut-il être impacté par cette question de l’aménagement territorial ?

Le monde bancaire sera nécessairement impacté sous deux angles. Tout d’abord dans son rôle de financeur des acteurs publics et privés, c’est un avantage concurrentiel de comprendre les évolutions des villes de demain pour pouvoir financer ses parties prenantes et imaginer comment mieux les accompagner. Par ailleurs, l’émergence de ces villes plus intelligentes, notamment dans les pays du Sud, et le potentiel de partage des données en résultant, entre acteurs publics et privés, seront sans doute des leviers importants pour faciliter l’accessibilité des services bancaires au plus grand nombre et se rapprocher des niveaux de bancarisation des pays du Nord.

 

>> Inscrivez-vous au Forum Convergences et assistez à la conférence de Matthieu Soulé le lundi 8 septembre à 9h30 au Palais Brongniart à Paris.

Inscrivez-vous au Forum Mondial Convergences

 

Pour aller plus loin …