La banque d'un monde qui change

Demain, toutes les entreprises seront sociales et solidaires

  • Raphaèle Leroy responsable RSE et Entrepreneuriat Social
  • 14.11.2016

Irriguant tous les secteurs de l’économie, les entreprises sociales et solidaires génèrent d’ores et déjà près d’un emploi sur sept en France. Pour répondre à leurs besoins, BNP Paribas a déployé un dispositif spécifique, fort de 60 chargés d’affaires. Les explications de Raphaèle Leroy, responsable RSE et Entrepreneuriat Social.

Quelle est la situation de l’entrepreneuriat social en France ?

L’entrepreneuriat social est un modèle en plein essor. Depuis une dizaine d’années, il s’impose dans tous les secteurs d’activité : aide au retour à l’emploi, environnement, santé, intégration… 

On constate un engouement croissant chez les étudiants. Avec de plus en plus  d'enseignements spécialisés dans les écoles de commerce, dans les facultés. Un secteur sur lequel d’ailleurs les français excellent. Le magazine américain Forbes, dans sa version européenne des "30 Under 30" qui recense 300 jeunes Européens de moins de 30 ans, repérés comme potentiels futurs leaders, a sélectionné 27 Français. Près d'une dizaine s'est distinguée dans la catégorie "entrepreneuriat social". 

L’entrepreneuriat social est une composante de l’économie sociale et solidaire. Evaluer le nombre est complexe. C’est une galaxie très disparate, le nombre de secteurs est quasi infini, toutes structures juridiques sont représentées, ce qui est certain c’est que ce modèle est en pleine effervescence.   

“ L’entrepreneuriat social est un modèle en plein essor. Depuis une dizaine d’années, il s’impose dans tous les secteurs d’activité : aide au retour à l’emploi, environnement, santé, intégration…  ”

Raphaèle Leroy

Responsable RSE et Entrepreneuriat Social

Qui sont les entrepreneurs sociaux ?

Il n’y a pas de portrait-robot ou de parcours type... Il peut s’agir d’une start up innovante dans le domaine de la santé, qui crée des applications pédagogiques pour faciliter l’apprentissage des enfants autistes, d’une entreprise qui recrute des chômeurs longue durée et qui se fixe comme objectif de les réinsérer dans le monde du travail, ou encore d’une mère de famille qui crée une crèche coopérative avec une tarification en fonction des revenus… 

Le point commun entre ces entrepreneurs, c’est leur volonté de mettre leur talent  au service de l’intérêt général.

À quels obstacles sont confrontés les entrepreneurs sociaux ?

Non seulement ils doivent relever le défi de la rentabilité, mais ils doivent en outre prouver l’impact social réel de leur activité. La mesure de cet impact est fondamentale. L’Entrepreneur Social doit définir des indicateurs qui permettront de juger de l’efficacité de son modèle. Or, il est parfois difficile d’évaluer la performance sociale ou environnementale d’une activité. 

Pour les aider, BNP Paribas a développé une méthode de mesure d’impact à la fois qualitative et quantitative, fondée sur des indicateurs qui répondent à 3 questions clés :  


Qui sont les bénéficiaires ? 


Qu’est ce qui est fait pour eux ?


Quels résultats attendus ? 


Comment les pouvoirs publics encouragent-ils l’économie sociale et solidaire ? 

Depuis 2014, la loi cadre de l’économie sociale et solidaire a apporté de la visibilité à ces acteurs en reconnaissant leur apport à l’économie. Inscrit dans cette loi, le label « entreprise solidaire » offre des dispositifs de financement spécifiques. Parallèlement, d’autres outils de financement dédiés ont aussi été créés, notamment par la BPI (Banque Publique d’Investissement). L’épargne solidaire propose enfin aux épargnants d’ajouter une dimension éthique à leurs placements, en soutenant des projets à forte utilité sociale ou environnementale, sans perdre de vue la question de la rentabilité

Quels sont les dispositifs déployés par BNP Paribas en faveur des acteurs de l’économie sociale et solidaire ?

BNP Paribas a compris que les entrepreneurs sociaux sont à la recherche d’une banque proche d’eux, à l’écoute de leurs problématiques. Nous avons ainsi déployé un dispositif spécifique en nous appuyant notamment sur le réseau France Active, qui accompagne et finance les entreprises solidaires. Notre soixantaine de chargés d’affaires dédiés savent lire un bilan avec une vision différente, regarder le résultat financier tout en valorisant la performance sociale ou environnementale. Nous avons enfin créé des fonds solidaires et noué des partenariats avec des incubateurs. 

Comment voyez-vous évoluer le secteur dans les années à venir ?

Nous constatons une nette évolution du monde de l’entreprise dans son ensemble. Il existe une convergence entre le modèle des entreprises classiques et celui des entreprises sociales. De plus en plus, les grands groupes se convertissent aux principes de l’économie sociale et solidaire. À terme, toute entreprise revendiquera ces valeurs.