La banque d'un monde qui change


L'Institut d'études politiques de Paris et BNP Paribas ont lancé des projets pour favoriser l'accès des jeunes de banlieue aux hautes études et à l'emploi. Retour sur deux visions qui nourrissent une même dynamique.

Il y a six ans, l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris lançait une véritable révolution. Avec la fameuse convention ZEP, la prestigieuse école ouvrait ses portes à des élèves issus de lycées de banlieue. Avec le recul des premières promotions, le bilan est aujourd'hui plus que positif. « Au total, 264 étudiants ont rejoint notre école via ce programme, explique Richard Descoings, directeur de l'IEP Paris. La diversification sociale de notre recrutement est un succès qui se confirme d'année en année. Mieux : les premiers résultats montrent que ces étudiants sortent de l'école dans les mêmes conditions que les autres diplômés. C'est un élément essentiel : ils ont gagné le droit à l'indifférence! »

Une politique audacieuse

Président du conseil de direction de l'IEP, Michel Pébereau fut l'un des appuis importants de cette politique audacieuse. « Le soutien que nous avons apporté à ce projet pour Sciences-Po Paris a été également déterminant pour nous, assure le président de BNP Paribas. Et c'est dans le même état d'esprit, pour favoriser les initiatives issues des quartiers sensibles, que nous avons lancé en 2006 le Projet Banlieues. »

Le Projet Banlieues ? Un programme spécialement dédié à l'aide à la création d'emplois et de lien social dans les quartiers sensibles, ainsi qu'à l'accompagnement scolaire dans les quartiers en difficulté. Il a été doté de 3 millions d'euros sur trois ans. Le Projet Banlieues s'articule autour de trois axes : le soutien à des associations de quartier, l'accompagnement scolaire avec l'Afev et l'aide à la création d'entreprise par le microcrédit en partenariat avec l'Adie.

Source : www.enregion.fr