La banque d'un monde qui change

La microfinance chez BNP Paribas : un engagement du Groupe… et des bénévoles

  • 10.06.2016

Chez BNP Paribas, la microfinance est une réalité loin d’être anecdotique. 100 % intégrés à la démarche RSE du Groupe, les projets de microfinance du Groupe soutiennent indirectement 255 000 bénéficiaires de microcrédit dans 17 pays émergents ou matures. Cela permet d’offrir à des populations exclues un accès parfois inespéré au crédit et au financement de petits projets entrepreneuriaux susceptible de changer leur vie. En 2015, les microcrédits chez BNP Paribas représentaient 213 M€ d’encours à travers des crédits octroyés aux institutions de microfinance (« IMF ») ou à travers d’autres moyens de financement.

Pays matures et pays émergents :
des besoins différents, des stratégies adaptées

Le microcrédit, dans les pays émergents, peut prendre la forme d’un crédit d’un montant de 50 à 5 000 euros. Les clients ciblés sont le plus souvent des micro-entreprises existantes (dans les secteurs du commerce, des services, de l’agriculture…) ou des projets d’investissement. Les institutions de microfinance les plus avancées sur un plan social apportent également des services non financiers.

BNP Paribas est présent dans 10 pays émergents : Brésil, Colombie, Chine, Inde, Indonésie, Viêt Nam, Côte d’Ivoire, Maroc, Sénégal, Tunisie.

Dans un pays mature, le montant du crédit octroyé oscille de 2 000 à 20 000 euros et l’objectif est de permettre une inclusion financière et sociale du bénéficiaire : une personne en situation précaire ou sans emploi ou bien des jeunes sans apports ni expérience, avec un projet entrepreneurial (souvent des start-ups).

BNP Paribas privilégie la performance sociale du projet et les clients exclus. BNP Paribas est actuellement présent dans 7 pays matures : France, Italie, Belgique, Luxembourg, Pologne, Royaume-Uni, États-Unis.

Crédits photo : c_FFT

La microfinance, une réalité chez BNP Paribas

La microfinance apporte une réponse parfaitement adaptée à l’impossibilité d’accéder aux crédits à laquelle les populations les plus pauvres ou isolées sont confrontées. Malgré son faible montant, le microcrédit a un fort impact social : il améliore durablement la qualité de vie du micro-emprunteur en lui permettant d’initier ou de développer une activité génératrice de revenus dans des pays émergents ou matures.

BNP Paribas a pris très tôt conscience de la puissance de cet outil. Dès 1989, un 1er partenariat de microfinance était conclu avec le Crédit Rural de Guinée. Progressivement, l’engagement de BNP Paribas s’est renforcé, non seulement au travers d’actions menées dans les pays émergents comme dans les pays matures, mais aussi avec une structuration progressive de cette activité microfinance.

En effet, en 2006, une activité spécifique est créée. En 2007, un budget de 100 M€ est alloué à la microfinance au sein de BNP Paribas.  Depuis 2012, cette activité est intégrée à la stratégie RSE du Groupe

Aujourd’hui, la microfinance est, chez BNP Paribas, une activité en plein développement. En 2015, des institutions de microfinance (IMF) étaient financées par le Groupe dans 17 pays – avec un encours (tout type de soutien confondu) atteignant 213 M€ au 31 décembre 2015. Des objectifs ambitieux sont affichés en 2018, comme atteindre 350 000 bénéficiaires (contre 255 000 à fin 2015) indirects de micro-crédits.

Crédits photo : c_FFT - Crédits : c_FTT

Un engagement renforcé par le bénévolat

Si BNP Paribas s’est fortement engagé dans la microfinance, ses actions sont décuplées par l’implication de plus d’une centaine de bénévoles qui, en agissant auprès des partenaires (en particulier ADIE, France Active et Initiative France dans l’hexagone, et auprès d’une dizaine d’ONG dans le monde), apportent une forte valeur ajoutée aux projets soutenus.

En effet, ces bénévoles mettent leurs compétences et leur savoir-faire au service des IMF qui peuvent être des clients mais souvent sont des IMF qui ne peuvent pas bénéficier de crédits, pour offrir :

    • en France, un accompagnement des micro-entreprises en amont, l’animation de formations, un appui juridique, une participation aux comités de crédit…
    • à l’international, dans 13 pays en Asie et Afrique, une aide à la gestion des risques, à la stratégie commerciale, à la mesure de la performance sociale, à l’analyse financière, à la gouvernance, mais également en matière de traduction, de communication, de technologie… 

    L’implication de ces bénévoles fait toute la différence ! En donnant de leur temps pour apporter un support – dans les domaines financiers et extra-financiers – aux IMF comme aux bénéficiaires de micro-crédit, ils augmentent l’efficacité des dispositifs. Mais ils tissent aussi des liens humains forts entre BNP Paribas et les populations exclues du financement « traditionnel ».


      Comment BNP Paribas soutient la microfinance en 2015

      Les 213 M€ d’encours de microcrédit se répartissent en : 

      • prêts consentis aux IMF dans les pays matures (76 M€) ;
      • prêts consentis aux IMF dans les pays émergents (90 M€) ;
      • investissements en capital (8 M€) ;
      • épargne salariale qui refinance des IMF (18 M€) ;
      • épargne client (part des fonds de Microfinance) (17 M€) ;
      • subventions (2 M€) ;
      • autres sources (2 M€).