La banque d'un monde qui change

Forum Convergences - Point de vue d’expert : finance et climat

  • 07.09.2015

A l’occasion de Convergences, dont BNP Paribas est partenaire, découvrez le témoignage de Séverin Fischer (Responsable Environnement et Comptabilité extra-financière) sur le thème «Finance climat : succès et limites des nouveaux mécanismes financiers.»

  • Quels sont les enjeux spécifiques liant finance et climat dans le contexte actuel de dérèglement climatique ?

Les scientifiques nous disent qu’il convient de laisser dans le sous-sol près des 3/4 des réserves connues d’énergie fossile si on veut limiter le réchauffement global à deux degrés - un seuil au-delà duquel la machine climatique pourrait s’emballer dangereusement pour nos modes de vie. Ce défi considérable implique donc de changer notre système énergétique à grande échelle, en s’appuyant  sur un effort massif d’efficacité énergétique et sur le recours accéléré aux énergies renouvelables. Cette transition énergétique ne se fera pas sans financement ad hoc ; l’Agence Internationale de l’Energie évoque des besoins en investissement autour de 2 à 3 trillions de dollars par an. Dès lors, le système bancaire doit prendre toute sa place dans cette dynamique.

 
  • Le thème 2015 du Forum Convergences inclut un objectif « Zéro carbone ». Comment la politique RSE du Groupe s’insère-t-elle dans cet objectif ?

Dans le cadre de sa stratégie RSE, le Groupe est engagé sur trois fronts : financer la transition énergétique, réduire ses propres émissions directes, et soutenir la science climatique.

Sur le premier volet, en respect de sa politique RSE sur les centrales à charbon - qui est publique -, le Groupe a refusé de financer vingt-cinq centrales à charbon en raison d’une trop faible efficacité énergétique. Il a en revanche financé ou conseillé plus de 106 projets d’énergie renouvelable, représentant la consommation annuelle de plus de 13 millions de ménages. Il se développe aussi dans le domaine des obligations vertes. Résultat : le mix électrique financé par BNP Paribas contient plus de renouvelables et moins de fossiles que la moyenne mondiale. Du côté de la gestion d’actif, BNP Paribas Investement Partners propose des produits d’épargne décarbonée. Il est aussi devenu le premier gestionnaire de fonds de sa catégorie à signer le Carbon Montreal Pledge, au travers duquel il s’engage à mesurer et publier l’empreinte carbone des actifs gérés pour compte de tiers. Envers les particuliers et les PME, les réseaux se mobilisent au travers de Green Desks en Belgique, en Italie, en France. Ainsi Domofinance (joint-venture entre BNP Paribas Personal Finance et EdF) a depuis 2003 financé 440 000 dossiers de rénovation énergétique de logements (donnée à fin 2014) permettant un gain équivalent à la consommation de 40 000 foyers en France.

Sur le second volet, l’objectif de réduire de 10% les émissions de CO2 par employé en 2015 par rapport à 2012 a déjà été presque atteint ; il va être prolongé d’un objectif de -25% en 2020 par rapport à 2012.

Sur le troisième volet, la Fondation BNP Paribas finance des travaux internationaux de recherche sur le climat, menés par des laboratoires internationaux de renom. Doté d’un budget de 3M€ sur 3 ans, ce programme a été renouvelé en 2014 et permis de soutenir 5 nouveaux projets, dont INVACOST qui a reçu le Coup de Cœur des collaborateurs : une étude portant sur les migrations des insectes sous l’influence du réchauffement, et sur les conséquences à en attendre, notamment sur l’agriculture et la santé.

Séverin Fischer interviendra sur le sujet le 8 septembre à 9h30 dans la salle Notre-Dame des Victoires du Palais Brongniart.