La banque d'un monde qui change

L’internet des objets n’est pas seulement un sujet à la mode, c’est aussi une tendance lourde de l’innovation, comme le rappelaient les participants du SidO, le grand événement professionnel de l’Internet des objets, qui se tenait début avril, à Lyon.

L’internet des objets désigne des objets connectés, auxquels une connexion Internet apporte une véritable valeur supplémentaire, intelligente, et génératrice de données exploitables. Tout sauf des gadgets.

Selon une étude du cabinet de conseil américain Gartner, le monde compterait ainsi près de 25 milliards d’objets connectés en 2020. Plus optimiste, la banque d’affaires américaine Goldman Sachs table quant à elle sur 28 milliards.

En France, en 2013, l’Internet des objets représentait 48 milliards d’euros. Selon le cabinet Gartner, le marché des objets connectés devrait passer à 13,2 milliards d’euros dans cinq ans, soit plus de 30 objets connectés par foyer. Les solutions B to B devraient connaître la plus forte progression, même si des freins subsistent, tels que les coûts de déploiement et  l’intégration des objets connectés au sein du système d’exploitation des entreprises.

Les applications de l’Internet des objets sont pourtant nombreuses, notamment concernant les collectivités territoriales. A Clermont-Ferrand, un dispositif de monitoring d’éclairage public permet ainsi à la Ville de réaliser 35% d’économie d’énergie. L’Internet des objets trouve aussi son application chez les industriels. Les solutions développées par une entreprise comme Markem-Imaje permettent d’installer des systèmes d’impression connectée et de faciliter la détection de pannes.

Mais des enjeux de taille subsistent, comme celui des données collectées par l’Internet des objets. Si les data octroieront un avantage déterminant aux entreprises qui sauront les rassembler et les utiliser pour connaître au mieux le profil de leurs consommateurs, de nombreuses question juridiques subsistent, à propos de la protection de ces données, leur compilation, leur sécurisation et leur utilisation.

L’Internet des objets est  secteur en plein développement, générateur d’emplois, surtout dans le domaine de l’informatique embarquée et de l’électronique. Autant d’opportunités déjà identifiées par les candidats comme par les entreprises. Près de 40% de ces dernières voient en effet dans ce phénomène un vecteur d’amélioration de leur profitabilité et un facteur de développement de leur compétitivité, selon une enquête menée par IDC, de juillet à septembre 2014.   

En tant que la banque d’un monde qui change, BNP Paribas s’intéresse de près aux innovations qui, comme l’Internet des objets, bouleversent les usages. L’Atelier BNP Paribas s’efforce d’identifier les dernières initiatives et les changements qu’elles apportent, pour les consommateurs comme pour les entreprises, afin de permettre à tous de mieux les appréhender.

 

A lire aussi :

- [SidO] Pernod « La faible adhésion aux objets connectés est liée à la pauvreté des expériences proposées »

- Intel poursuit sa réflexion sur le paiement

- A smart thermometer that takes your temperature in real time (uniquement en anglais)