La banque d'un monde qui change

Les métiers de la banque : Responsable de projet de transformation

  • Grégory Gourdin Chef de projet Transformation
  • Paris
  • 06.07.2018

Un vent de changement souffle sur le Groupe. Un élan vers l’avenir porté par des collaborateurs entièrement dédiés à la transformation de leur entreprise. Parmi eux, Grégory Gourdin, Responsable de projet de transformation. Focus sur un métier dans lequel l’humain tient une place aussi importante que le savoir-faire technique.

Que faites-vous en tant que chef de projet Transformation chez BNP Paribas ? 

J’aide nos différentes entités à mettre en œuvre leurs projets de transformation opérationnelle et digitale, dans le cadre du plan stratégique du Groupe à l’horizon 2020. En plus de leur fournir un support technique pour optimiser leurs processus et professionnaliser leur pilotage de projet, je contribue à diffuser une culture du travail collaboratif, à promouvoir des façons de faire plus souples et plus ouvertes. 

La filière Transformation compte plusieurs équipes, spécialisée sur un Métier ou transverse. Au sein du département Consulting & Transformation récemment créé, l’équipe Transformation transverse du Groupe compte 40 collaborateurs, et vise un objectif de 120 d’ici 2 ans.

Pourquoi la transformation est-elle un sujet essentiel pour BNP Paribas ? 

Parce qu’elle est indispensable pour bâtir la banque de demain, pour constamment évoluer dans un monde qui bouge, pour s’adapter  à l’omniprésence des nouvelles technologies et des évolutions réglementaires. Tous nos métiers sont concernés. Le plan de transformation du Groupe doit donc nous aider à mieux anticiper les attentes de nos clients et à construire une offre adaptée, tout en changeant les mentalités en interne. 

D’ailleurs, certaines de nos entités se sont dotées de leurs propres équipes de consulting et de transformation pour porter cette dynamique. D’autres font appel à nous et à notre vision transversale pour les aider à mettre en œuvre. 

LA TRANSFORMATION EST INDISPENSABLE POUR BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN, DANS UN MONDE MARQUÉ PAR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET LES ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES.

Parlez-nous d’un projet sur lequel vous travaillez en ce moment.

J’aide une entité à labelliser la qualité de ses données de reportings financiers : pour ce faire, nous les aidons à mettre en place des cadres de référence, une grille de critères relatifs au traitement des données, et à instaurer des systèmes de suivi et de contrôle… Au total, 25 sous-projets composent cette mission-chapeau de 3 ans. au-delà des objectifs réglementaires, nous visons à diffuser une véritable culture de la data au sein de l’entité. À cette fin, nous l’aidons aussi à mettre en place une gouvernance spécifique impliquant le directeur financier, le chief data officer ainsi que les différents responsables de lignes clients et business. 

Quelles sont les qualités requises pour faire ce métier ?

Pour réussir dans ce poste, il faut être un chef de projet aguerri, fin connaisseur des nouvelles méthodes de travail types Agile et Design Thinking, et spécialiste de la conduite du changement. Les qualités personnelles de curiosité et d’écoute y ont aussi toute leur place, car le changement est souvent difficile à vivre pour les personnes concernées. Accompagner ces équipes nécessite de l’empathie, de la disponibilité, de l’intuition… bref, de l’intelligence émotionnelle.

Nous ne sommes pas là pour servir des recettes toutes faites, mais pour observer, écouter et comprendre, avant de guider les équipes vers des solutions sur mesure. 

Il faut aussi être doté d’une certaine humilité : adopter une posture basse, (c’est-à-dire proposer plutôt que d’imposer) tout en étant proactif et force de proposition. Nous ne sommes pas là pour servir des recettes toutes faites, mais pour observer, écouter et comprendre, avant de guider les équipes vers des solutions sur mesure. Nous travaillons en français et en anglais. Il faut savoir convaincre dans les deux langues, faire passer habilement ses messages, à l’écrit comme à l’oral.

Ce métier s’apprend, il s’adresse à la fois à des personnes confirmées comme à des profils plus jeunes dans la gestion de projet et la gestion du changement. Des personnes qui s’épanouissent dans la coordination et la facilitation et souhaitent se positionner au service de la réussite du client.

Vous avez rejoint BNP Paribas à ce poste en janvier 2018. Qu’est-ce qui vous attiré dans le Groupe ?

J’ai déjà fait partie du Groupe entre 2001 et 2006, dans le cadre de postes opérationnels. Après une période dans le conseil bancaire et financier, j’ai à nouveau voulu rejoindre l’entreprise pour donner un nouvel élan à ma carrière. Lorsque j’ai vu l’annonce sur le compte LinkedIn de BNP Paribas, j’ai tout de suite tenté ma chance. Pour moi, ce rôle combine 2 univers qui me passionnent : le conseil et la banque, sur le thème de la transformation, et avec la possibilité de travailler auprès de plusieurs métiers. Je peux ainsi explorer les différents enjeux du Groupe. Ce qui me plaît le plus chez BNP Paribas ? Son environnement ouvert, dynamique et multiculturel. Une richesse qui lui permet d’aborder les défis actuels avec confiance et humilité. 

Avez-vous une anecdote à nous partager ?  

L’équipe Transformation fonctionnant par promotion, nous avons choisi la « Libellule » pour symboliser notre promo de janvier 2018. Agile, adaptable et doté d’une vision à 360°, cet insecte incarne à merveille les qualités de notre entité. 

D’ailleurs, à l’issue d’une des formations menées en partenariat avec l'École polytechnique, l’une de nos collègues a offert à chaque membre de l’équipe une libellule en métal.  Elles trônent désormais dans les bureaux de l’équipe aux cotés des « mascottes » de chaque promotion. 

“ Soyez naturels, enthousiastes. Et puis surtout, n’ayez pas peur de changer, ni de promouvoir le changement. Ayez confiance en vous. ”

Grégory Gourdin

Responsable de projet de transformation

Quel est votre plus grand challenge du moment ? 

L’un de mes challenges au quotidien consiste à réussir à faire travailler ensemble des personnes ou des services qui n’ont pas l’habitude de communiquer entre eux. Il faut savoir rassembler et créer une cohésion de groupe, faire percevoir à chacun les enjeux communs qui vont les aider à collaborer. 

A lire aussi

Toutes les actualités
Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage