La banque d'un monde qui change

L'histoire de l’agence Nice Victor-Hugo (Alpes-Maritimes)

  • 08.01.2015

La présence de BNP Paribas à Nice remonte à 1896 lorsque le Comptoir national d’escompte de Paris rachète la clientèle de la Banque générale des Alpes-maritimes et s’installe dans ses bureaux de la rue Gioffredo. Quelques mois plus tard, le CNEP prend en location un bel immeuble familial à arcades aujourd’hui situé au 2, boulevard Victor Hugo. Voici son histoire.

  • L’origine du 2 boulevard Victor Hugo

Après le rattachement du Comté de Nice à la France en 1860, puis, en 1864, l’arrivée du chemin de fer, la rive droite du Paillon s’urbanise avec le percement de l’Avenue. Cette large promenade ombragée à la mode se borde d’établissements hôteliers prisés d’une clientèle attirée par le doux soleil hivernal niçois.

  • L’Hôtel des Iles Britanniques ouvre sur l’Avenue

En 1867, des investisseurs niçois achètent aux Hospices civils de la Ville de Nice le lot où ils font bâtir l’hôtel des Iles Britanniques. Mais au lendemain de la Grande Guerre, les palaces vieillissants de la plaine subissent la dure concurrence des grands hôtels nouvellement construits en bord de mer. L’Avenue devenant progressivement une zone commerciale et tertiaire, les murs de l’hôtel sont cédés à la Banque nationale de crédit en 1920.

  • La Banque nationale de crédit aménage sa nouvelle agence

Le prolifique architecte niçois Charles Dalmas (1863-1938) inscrit, selon les usages bancaires de l’époque, la façade dans le style classique français des architectes Gabriel et Ledoux au XVIIIe siècle. L’aménagement intérieur relève trois défis : creuser un sous-sol pour la salle des coffres, créer un immense hall d’accueil du public, conserver la structure d’origine de la façade pour bénéficier de sa hauteur exceptionnelle.

  • La BNP rénove l’immeuble en 1967

Fidèle à la « modernité tempérée » de son Palais de Tokyo à Paris, l’architecte André Aubert (1905-1987) habille le rez-de-chaussée d’un péristyle formé de poteaux carrés en pierre marbrière. L’intérieur est complètement revu comme le mobilier et les luminaires. Le grand hall perd la moitié de sa hauteur et son plafond est un paralume à lames avec éclairage par tubes de néon.

  • La façade retrouve son classicisme

Après des études associant les services de la Ville de Nice et de BNP Paribas, un chantier de réhabilitation, confié au cabinet Artefact Studio, démarre en 2011 pour trois ans. Il s'est agi d’adapter l'immeuble à son activité contemporaine, tout en réduisant son impact environnemental et redonnant à la façade ses atours des années 1920.

Consultez le livret qui retrace l'histoire du 2 boulevard Victor Hugo.