La banque d'un monde qui change

L'aéroport de Sydney décolle avec un prêt durable novateur

  • 05.07.2019

L'aéroport de Sydney a obtenu le premier prêt syndiqué lié au développement durable (« sustainability-linked loan » ou « SLL ») en Australie, levant un total de 1,4 milliard de dollars australiens (soit 960 millions de dollars américains). C’est le premier prêt syndiqué SLL accordé en Australie, le plus important pour un aéroport et dans la région Asie-Pacifique. Coordonnée par BNP Paribas et ANZ, cette opération marque le lancement d’une nouvelle ère en faveur de la finance durable innovante.

Les intérêts dus par l'aéroport de Sydney dépendront d'une évaluation annuelle du risque environnemental, social et de gouvernance (ESG) de l'entreprise, établie par Sustainalytics, un des leaders mondiaux de la recherche et de la notation ESG. Cette mesure de performance globale constituera une incitation financière pour l’aéroport de Sydney à améliorer son score ESG d’ensemble. 

Envol des prêts durables

Cette opération renforce l'appétit, déjà grandissant, pour les prêts durables dans les milieux d’affaires et de la finance. L’approche novatrice des SLL en matière de financement a, de par sa souplesse, suscité un intérêt croissant de la part des directeurs financiers, des trésoriers et de leurs équipes de développement durable. Selon Bloomberg NEF Sustainable Debt Investment & Valuation, l’on recense à ce jour plus de 75 milliards de dollars américains en SLLs depuis leur émergence en 2017.

Contrairement aux obligations et prêts verts, dont le produit est destiné à des projets ou dépenses d'investissement verts spécifiques, le financement obtenu via les SLL est utilisé pour les besoins généraux de l'entreprise. Selon les modalités des SLL, la marge sur le prêt variera en fonction de la capacité de l'emprunteur à atteindre un certain nombre d’objectifs de performance environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) préétablis : s’il atteint ces objectifs, l'emprunteur paiera une marge plus faible.

Cette structure incitative signifie que les SLL sont accessibles à un ensemble plus important d'entreprises emprunteuses, qui n'auraient peut-être pas de besoins en capital suffisamment importants pour justifier le recours aux autres types de financement vert disponibles, mais ont néanmoins un programme ESG clair et ambitieux. Les SLL offrent non seulement une incitation financière pour progresser en matière d’ESG, mais peuvent aussi servir à justifier l'investissement dans certaines mesures visant à améliorer les performances ESG, que ce soit par l’intermédiaire de processus et de rapports internes, d’initiatives particulières ou de dépenses en immobilisations. 

“ les obligations et prêts verts doivent identifier des projets d'investissement spécifiques pour justifier de leur caractère vert, ces instruments comportent donc des restrictions d'échelle. En éliminant ces restrictions, les SLL pourront se décliner de façon multiple et représenteront un complément important à la finance verte pour satisfaire la demande des émetteurs et des investisseurs en matière de financement durable. ”

Chris Ruffa

Managing Director for Energy & Infrastructure, Investment Banking Asia Pacific, chez BNP Paribas

L'aéroport de Sydney, un acteur ESG de haut vol. 

En visant très haut, l’esprit novateur de l’aéroport de Sydney contribue à renforcer l'intérêt des emprunteurs australiens et de toute la région Asie-Pacifique pour les prêts durables, tandis que d'autres acteurs du secteur des transports pourraient également se pencher sur ce type de financement. L'aéroport de Sydney est depuis longtemps un acteur ESG de haut vol. Ses efforts lui ont valu des notes élevées de la part des agences de notation en matière de développement durable, se classant au septième rang mondial dans l'indice Dow Jones Sustainability en 2019, et obtenant le niveau 3 d’optimisation du programme d’Accréditation carbone des aéroports en 2017. L'aéroport reste déterminé à atteindre la neutralité carbone d'ici 2025 et prévoit de réduire les émissions de carbone par passager de 50% d’ici 2025 (par rapport aux niveaux de 2010).

Pour Noemie Peiffer, Vice President for Energy Natural Resources Projects and Export, Investment Banking Asia Pacific chez BNP Paribas, « les prêts liés au développement durable sont un outil de financement puissant qui aide nos clients à faire progresser leur stratégie de développement durable à travers des objectifs ESG clairs et quantifiables. Ils aident à transposer les ODD de l'ONU en actions concrètes et mesurables. »


Photo credit : header ©dvrcan