La banque d'un monde qui change

Interview avec Stéphane Lembré, l'un des deux lauréats du Prix d'histoire économique AFHE BNP Paribas 2013

  • 17.10.2013
La Proclamation du Prix d'histoire économique AFHE BNP Paribas 2013 s'est tenue le 4 octobre dernier à Roubaix, aux Archives Nationales du Monde du Travail (ANMT), à l'occasion du Congrès annuel de l'Association Française d'Histoire Economique (AFHE).

Décerné tous les 2 ans, le prix d'Histoire économique AFHE BNP Paribas vise à accroître la visibilité de cette discipline. Il récompense deux docteurs de haut niveau ayant soutenu une thèse d'histoire ou de sciences humaines et sociales, dans le champ de l'histoire économique.

Les deux lauréats de l'édition 2013, Aurélie Carrara et Stéphane Lembré, ont reçu leur diplôme des mains de Nicolas Draux, Directeur Régional Nord* de BNP Paribas, qui représentait Baudouin Prot, Président du jury de ce prix.

Cette semaine, rencontre avec Stéphane Lembré, auteur d'une thèse sur la formation professionnelle dans le Nord de la France de 1860 à 1930.

Que représente ce prix pour le jeune chercheur que vous êtes ? Aura-t-il une influence sur votre évolution au sein du monde universitaire ou sur votre évolution professionnelle ?

Le prix décerné grâce à BNP Paribas et l'Association Française d'Histoire Economique est une belle reconnaissance du travail mené pendant plusieurs années pour aboutir à la thèse de doctorat récompensée. Il contribue à la visibilité d'un thème de recherche : la formation professionnelle. Ce prix montre aussi l'importance d'une approche centrée sur les nombreux acteurs de ce domaine, que ce soit les entreprises, les chambres de commerce, les syndicats, les associations, les administrations de l'Etat ou encore les collectivités locales.

À titre personnel, le prix donne une légitimité supplémentaire au jeune chercheur que je suis, et assure une valorisation nécessaire aux travaux de recherche en sciences humaines et sociales. Il me permet d'envisager la poursuite de mes recherches avec confiance et de construire de nouveaux projets avec enthousiasme !

Pourquoi avez-vous choisi d'explorer les questions de formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930 ?

Les thèmes de recherche, que ce soit en histoire ou dans d'autres disciplines, paraissent toujours très spécialisés et quelquefois très éloignés de nos préoccupations quotidiennes ! Pourtant, ils correspondent à des enjeux très actuels. Comme l'école, la formation professionnelle fait régulièrement l'actualité en France, et le plus souvent pour déplorer le retard de la France ou la difficulté à recruter dans les secteurs qui embauchent le plus. De la même manière, les responsables politiques et économiques, confrontés à des difficultés économiques, voient dans la formation des personnels touchés un remède. Or, ce lien entre formation et développement économique a une histoire.

En particulier, dans le Nord de la France confronté depuis plusieurs décennies à l'urgence de la reconversion de ses industries en déclin, comme la mine et le textile, comment la formation et l'enseignement technique ont-ils pu participer à la reconversion ? Dans quelle mesure avaient-ils aidé à la formidable croissance économique que connaît cette région au cours du XIXe siècle ? Pour tenter de répondre à ces questions qui touchent à la compréhension de notre environnement économique et social, il fallait mener une enquête approfondie dans les archives et explorer les réalisations anciennes, parfois disparues, mais qui sont à l'origine des structures actuelles d'éducation et de formation.
Les formations professionnalisantes courtes après le baccalauréat sont depuis de longues années plus suivies dans le Nord de la France qu'ailleurs en France, posant le problème d'un déficit de jeunes engagés dans des études supérieures longues : là aussi, connaître les origines de ce phénomène peut nous aider à comprendre la situation présente.

Le partenariat de BNP Paribas avec l'AFHE, né en 2011, s'inscrit dans la volonté du Groupe de contribuer à la diffusion d'une meilleure culture économique en France. Cet engagement pour la connaissance de l'histoire économique, Nicolas Draux, l'a rappelé à l'occasion de son discours au cœur d'un lieu symbolique pour BNP Paribas : les ANMT, qui abritent une partie des archives des banques ancêtres du Groupe. Il a également souligné l'ancrage historique de BNP Paribas dans le tissu économique et industriel de la région Nord.

La semaine prochaine, rencontre avec Aurélie Carrara, également lauréate 2013, et auteure d'une thèse sur la fiscalité des échanges dans le monde antique.

Consulter le communiqué de presse : le Prix d'histoire économique AFHE BNP Paribas.

Photo
Au premier plan de gauche à droite : Roger Nougaret, Natacha Coquery, Présidente de l'AFHE, et les lauréats 2011, Virginie Mathé et Laurent Herment ; au second plan : Nicolas Draux, Nicolas Marty, Secrétaire Général de l'AFHE, et Stéphane Lembré



En savoir plus sur l'histoire du Groupe BNP Paribas