La banque d'un monde qui change

Introduit en France en 1865 et d’abord peu utilisé, le chèque connaît un grand succès après la Seconde Guerre mondiale.

D’où vient le chèque ?

Au XIIe siècle, les marchands génois qui fréquentent les grandes foires de Champagne mettent au point la lettre de foire. Ce document, signé, est une promesse de paiement certifiée par un notaire. Elle se transforme ensuite en lettre de change.

D’abord une timide apparition en France

La Banque de France émet ses premiers chèques en 1826, sous le nom de « mandats blancs ». Mais la véritable introduction du chèque en France, sous sa forme actuelle, date du 14 juin 1865. 

En 1918, juste avant la fin des combats, le gouvernement crée le compte chèque postal pour diffuser plus largement le chèque grâce au réseau des bureaux de poste et éviter ainsi les paiements en espèces. 

Puis un moyen de paiement privilégié

En 1966, seuls 17% des Français ont un compte chèque. En 1972, ils sont 62%. Cette évolution est liée au développement du paiement des salaires par chèque et à la liberté d’ouverture des guichets de banque à partir de 1967. Depuis, la France est l’un des plus gros utilisateurs de chèques au monde : plus de 3 milliards émis en 2010, soit près de 20% des paiements. Selon la Banque de France, le nombre moyen de chèques émis par habitant était de 43 en 2012.

Depuis les années 1980, l’usage du chèque décline régulièrement au profit d’autres moyens de paiement, comme la carte bancaire ou le virement. Il disparaîtra probablement dans les prochaines années, avec le développement des paiements mobiles et sans contact.