La banque d'un monde qui change

Bonaparte et Joséphine se marient au n°3 de la rue d’Antin

  • 17.02.2016

Le siège de BNP Paribas, au 3 rue d’Antin à Paris, a été le théâtre d’un événement historique : le mariage civil de Bonaparte et Joséphine. Comment cela ?

Construit dans les années 1720, l’hôtel de Mondragon est saisi comme bien national pendant la Révolution. Il est alors utilisé comme mairie du IIe arrondissement de Paris et c’est dans ce cadre qu’y sont célébrés des mariages, dont celui du futur Empereur. Le bâtiment est ensuite revendu à des particuliers et la Banque de Paris et de Pays-Bas (Paribas) en fait son siège à sa création en 1872.

Le soir du 19 ventôse an IV, soit le 9 mars 1796, le citoyen Leclercq, officier d’état civil, enregistre la déclaration de mariage du jeune général corse Napoléon Bonaparte (encore écrit avec son orthographe corse Napolione Buonaparte) avec Marie-Joseph-Rose Detascher, ex-vicomtesse de Beauharnais, la future impératrice Joséphine.

L’acte de mariage fourmille d’irrégularités

Tout d’abord, Bonaparte se dit général en chef de l’Armée de l’Intérieur alors qu’il vient d’être nommé à l’Armée d’Italie. Par galanterie envers Joséphine, il se vieillit de 18 mois et fait dater sa naissance du 5 février 1768. Enfin, il se fait domicilier rue d’Antin, dans la mairie elle-même.

Quant à Joséphine, elle se rajeunit de 4 ans (1767 au lieu de 1763).Parmi les témoins, on compte Barras, membre du Directoire, Tallien et Etienne Calmelet. Le capitaine Lemarrois, qui signe pourtant en qualité de témoin du marié, n’a pas encore atteint la majorité de 21 ans requise par la loi…

Arrivés à l’heure fixée pour la cérémonie, vers 20 heures, Joséphine et les témoins attendront Bonaparte pendant plus de 2 heures : à la veille de son départ pour la campagne d’Italie, le jeune général est débordé de travail…