La banque d'un monde qui change

La Banque Centrale Européenne et la politique monétaire en zone euro

  • 18.03.2016

Créée en 1998, la Banque Centrale Européenne (BCE) est la banque centrale des 19 pays de l’Union européenne dont la monnaie est l’euro. Le siège de cette institution fédérale se situe à Francfort, en Allemagne. 

Quels objectifs ?

L’objectif principal du Système européen de banques centrales (SEBC) est de maintenir la stabilité des prix. Sans préjudice de l’objectif de stabilité des prix, le SEBC apporte son soutien aux politiques générales dans l’Union, selon l’article 127 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne. A noter que la stabilité des prix a été quantifiée en 2003 par le Conseil des Gouverneurs de la BCE : maintenir l’inflation à un niveau proche mais inférieur à 2%  moyen terme. 

En résumé, la BCE a 4 missions :

- Définir et mettre en œuvre la politique monétaire de l’Eurozone;

- Conduire les opérations de change ;

- Détenir et gérer les réserves officielles de change des pays participants (gestion de portefeuille) ;

- Promouvoir le bon fonctionnement des systèmes de paiement.

Quelle stratégie ?

Contrairement à d’autres banques centrales comme la Fed ou la Banque d’Angleterre, la BCE assigne un rôle prépondérant à la quantité de monnaie pour contrôler l’inflation. Néanmoins, à court terme et dans un contexte de faible inflation, il y a peu de lien entre croissance monétaire et inflation. L’approche monétariste est aujourd’hui reléguée au second plan et la BCE insiste sur les indicateurs macroéconomiques avancés de l’inflation (écart de production, prix à l’importation, coûts salariaux etc.) D’un point de vue macro-économique, la stabilité des prix suppose de maintenir le PIB constaté (la demande de biens et services) à un niveau proche du PIB potentiel (l’offre de biens et services). Dans le contexte actuel, le respect du mandat de la BCE passe par une stimulation de la demande via la baisse des taux d’intérêt et la mobilisation d’outils non conventionnels, comme le Quantitative Easing.

Quelle est son organisation ?

La BCE est présidée par un gouverneur, qui est aujourd’hui Mario Draghi, dirigeant un Directoire composé de six membres, nommés par le Conseil européen, et statuant à la majorité qualifiée pour mettre en œuvre la politique de la zone décidée par le Conseil des Gouverneurs et gérer la BCE. 

Le principal organe de décision est le Conseil des gouverneurs, formé des six membres du directoire et des gouverneurs des banques centrales nationales des 19 pays de la zone euro. Ce Directoire définit la politique monétaire de la zone euro, se charge d’accomplir les missions de la BCE et gère le cadre de surveillance prudentiel.

Par ailleurs, le Conseil général, formé du président et du vice –président de la BCE ainsi que des gouverneurs des 28 Etats de l’Union européenne, exerce des fonctions consultatives, relative à la collecte de statistiques, l’établissement des rapports annuels de la BCE et des mesures sur la clé de répartition pour la souscription au capital de la BCE, entre autres.

Enfin, un Conseil de surveillance prudentielle, composé d’un Président, d’un vice-Président, de 4 représentants de la BCE et des autorités de surveillance prudentielles nationales, est chargé de débattre des missions de surveillance prudentielle de la BCE.

Autant d’entités qui lui permettent d’assurer son rôle de maillon essentiel de l’Eurosystème et du mécanisme de surveillance unique.