La banque d'un monde qui change

Les métiers de la banque : Chief Design Thinking Officer

  • Stéphane Biso Chief Design Thinking Officer
  • Paris
  • 06.12.2017

Chief Design Thinking Officer au sein de la Banque de Détail en France (BDDF), Stéphane Biso nous parle avec passion de son métier. Ateliers collaboratifs, idéation, transformation, accélération… Plongée énergique au cœur du Design Thinking !

En quoi consiste votre métier ? 

Mon rôle chez BDDF Retail, c’est de booster la transformation de la Banque en accompagnant des projets ou programmes stratégiques dans une démarche totalement disruptive sur un temps très court, de 2 à 5 semaines, au sein de l’entité mais aussi au sein du Groupe ! 

Nous cherchons à dépasser les processus formatés et à briser les fonctionnements en silos pour privilégier des manières de travailler transversales et collaboratives, un peu à la manière d’une start-up. Nous travaillons sur du design de parcours qui aboutit à des évolutions digitales (application, site internet, formulaire en ligne, chatbot), organisationnelles (création d’un middle office, grille de qualification du besoin client) ou encore commerciales (formation, posture, communication…). 

Pour changer la banque de manière accélérée, je m’appuie sur une équipe de design thinkers polyvalente, rompue à toutes les méthodes, du lean 6-sigma au scrum, en passant par les serious games et le lean start-up. Comme des joueurs de rugby,  nous courrons tous ensemble, vite et collégialement pour répondre au besoin de l’utilisateur final mais avec des fonctions différentes : ideas shaker, prospective and benchmark officer, roadmap officer, research and development officer… Chaque individu a son rôle à jouer et quand l’essai est transformé, c’est toute l’équipe qui gagne !

Quels sont les ingrédients pour faire réussir un projet de transformation ?  

Tout d’abord, nous sommes tous, au sein de mon équipe, animés par la volonté de réussir ensemble. Ensuite, pour chaque projet de transformation, nous sollicitons en moyenne 20 à 25 collaborateurs BDDF de tous les horizons : métiers, juridique, conformité, informatique… Nous ne les mobilisons qu’une matinée par semaine, afin de préserver leur enthousiasme et qu’ils puissent réaliser leurs tâches habituelles. Si nous disposons de nombreux outils nous permettant de générer des idées en rupture (brainstorming, benchmarks, battles, gamification...) chaque projet nécessite une adaptation sur-mesure de la démarche. 

Car la démarche du Design Thinking s’élabore en fonction des sujets, et non l’inverse !

Quelle est la finalité du Design Thinking ?

Bouleverser les organisations en stimulant une pensée nouvelle, libérée des fonctionnements habituels ! 

Pour procéder efficacement, chaque atelier donne lieu à un compte-rendu, qui souvent fait la jonction entre ce que l’on peut appeler la tumultueuse idéation des jeunes générations et le besoin de contextualisation des plus anciennes. Le mariage des 2 est passionnant ! Ce compte-rendu se transforme en feuille de route, qui devient alors notre outil de réflexion, de communication et de partage, mais aussi de management. Elle met fin aux discordances, aux « je vous l’avais dit », « si vous m’aviez consulté…» et autres « y’a qu’à / faut qu’on », puisque tout le monde y a collaboré, l’a co-construite et co-validée ! 

Cette méthode n’empêche pas les erreurs. Et même si 25 personnes se trompaient, cela ne prouverait pas leur incompétence. Au contraire, nous considérons l’échec comme un diplôme. Il suffit de l’assumer et de le corriger rapidement, puisque nous apprenons en marchant. Que sont 2 semaines supplémentaires quand on en gagne des dizaines à l’échelle de l’entreprise ?

Comment parvenez-vous à impliquer les équipes ?

Cette approche collaborative les engage. Par exemple, pour le lancement de Buy My Home (application de simulation de crédit immobilier), un des MVP (Minimum Viable Products) demandé par la direction était de pouvoir éditer un accord de faisabilité pour chaque simulation. Cette exigence stratégique aurait pu se noyer dans de multiples notes de cadrage avant de parvenir enfin au service juridique, qui, l’engouement passé, l’aurait traité sans priorité particulière, des mois plus tard… Ce scénario ne s’est pas produit puisque nous avons rassemblé dès le départ toutes les parties prenantes dans une même salle : sponsors, juristes, agents immobiliers… Le service juridique a compris l’enjeu, s’est approprié le MVP en question et en a même fait son étendard !

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

Après 20 ans de conseil, mon épouse m’a fait réaliser que je ne faisais pas autre chose que du Design Thinking ! La direction de grands programmes au sein de plusieurs groupes m’avait sensibilisé à la pesanteur et aux coûts astronomiques de certains projets. En arrivant chez BNP Paribas en 2008, j’ai voulu me projeter au cœur des problématiques de transformation, d’innovation, de flexibilité au sein d’un acteur historique de son marché... 

Quelles sont les qualités requises ?

Être souple sur les pattes arrières ! Être passionné et s’investir, être créatif, aimer le contact humain, écouter, observer, savoir prendre du recul et toujours rester curieux… De nombreux collaborateurs considèrent nos ateliers comme des bulles d’oxygène !  En plus de ces qualités indispensables, une vraie rigueur est aussi nécessaire pour que l’effervescence ait lieu lors des ateliers. Ces derniers exigent un intense travail de préparation, de casting, de séquencement et de restitution sans couture. 

Quelle est votre dernière réussite professionnelle ? 

Je suis très fier de la reconnaissance de mes pairs, qui s’est récemment manifestée par le succès de mon livre*, bestseller au salon VivaTech 2017, préfacé par Olivier Sampieri, Senior Partner and Managing Director du BCG (Boston Consulting Group).

Quel est votre plus grand défi aujourd'hui ? 

L’écriture d’un deuxième ouvrage et le maintien du rayonnement de mon équipe au sein de BNP Paribas, et au-delà ! 

“ Alors un bon conseil à ceux qui souhaitent rejoindre la banque : arrivez avec vos idées, à vous ! Car le « management traditionnel », c’est terminé. ”

Stéphane Biso

Chief Design Thinking Officer

* Design Thinking – Accélérez vos projets par l’innovation collaborative (Dunod, juin 2017)

A lire aussi

Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage