La banque d'un monde qui change

Les métiers de la banque : chargée d'affaires professionnels

  • Marie-Line Eyermann Chargée d’affaires professionnels
  • Paris
  • 02.04.2019

En tant que chargée d’affaires professionnels, le rôle de Marie-Line Eyermann est d’accompagner des chefs d’entreprise dans le développement de leur activité afin de donner vie à leurs projets. Un métier qui combine deux domaines qui lui tiennent particulièrement à cœur : la finance et les rapports humains. Rencontre avec une passionnée.

En quoi consiste votre métier ?

J’offre un accompagnement financier aux entrepreneurs, qu’il s'agisse d’auto-entrepreneurs, de professions libérales, artisans ou commerçants. Et ce, à chaque étape de leur projet : de la création au développement de leur activité. Je définis avec eux leurs objectifs et leurs besoins afin de les conseiller au mieux tant sur le plan professionnel que sur la gestion de leur patrimoine privé. La notion de proximité est très importante dans mon métier, puisque mes clients ont en général leur siège social proche de mon agence. Cela me permet de suivre de près leur activité et de devenir un véritable partenaire au quotidien. 

Justement, quelle est la clé pour bâtir une relation de confiance avec ses clients ?

Selon moi, le secret est la proximité avec ses clients. Pour cela, il faut apprendre à les connaître, échanger avec eux régulièrement pour mieux comprendre leur activité. Une astuce est de se mettre à la place de ses clients. Cela aide souvent à les comprendre et anticiper leurs besoins. De plus, la réactivité est clé. Plus on répond rapidement aux demandes de ses clients, plus ils seront enclins à vous accorder leur confiance, voire à vous recommander auprès d’autres chefs d’entreprise. 

Photo : Marie-Line Eyermann

Concrètement, à quoi ressemble une journée type ?

En fait, il n’y a pas vraiment de journée type dans mon métier. Tout dépend des besoins des clients. En revanche, il y a des tâches que l’on se doit de réaliser quotidiennement. Ainsi, la toute première chose à faire en arrivant au bureau le matin, est de consulter son agenda pour préparer les rendez-vous du jour. Il faut aussi planifier des visites à venir chez ses clients. Après quoi, il faut répondre à toutes les demandes urgentes, que ce soit par e-mail, téléphone ou messagerie sécurisée. Il faut aussi veiller à la bonne gestion du risque et à la conformité. Autrement dit, je dois m’assurer que les clients respectent les délais et les termes du contrat qu’ils ont signé avec nous. Si cela n’est pas le cas, je dois prendre les mesures adéquates le plus rapidement possible. Enfin, chaque jour, je m’informe de l’actualité financière et je recherche de nouveaux clients.

Les bons réflexes à avoir dans ce métier ?

Le premier réflexe à avoir est la curiosité ! S’intéresser à l’activité de son client, son secteur, ses problématiques… Plus on est curieux, plus on est à même de trouver des solutions pertinentes. Le deuxième réflexe est l’organisation. Quand on a plus de 500 clients dans son portefeuille, il est indispensable de gérer scrupuleusement son agenda et planifier ses rendez-vous le plus longtemps possible à l’avance. 

Cela passe également par la promotion des outils digitaux à disposition des clients pour leur faciliter le quotidien. La mise en place de synergies est un autre atout de ce métier. En fonction des besoins de vos clients, vous pourrez être amené à solliciter des experts ou conseillers spécialisés afin d’apporter un conseil personnalisé. Cela touche d’ailleurs à un autre aspect essentiel du métier : l’esprit d’équipe. En tant que chargé d'affaires professionnels, on travaille souvent de manière autonome mais il est aussi essentiel de participer activement à la vie de l’agence, de s’intéresser aux autres métiers et de collaborer avec tout le monde. C’est un bon moyen d’élargir ses connaissances et de favoriser la recherche de solutions innovantes. 

Le premier réflexe à avoir est la curiosité ! S’intéresser à l’activité de son client… Plus on est curieux, plus on est à même de trouver des solutions pertinentes. Le deuxième réflexe est l’organisation. 

Vous avez commencé votre carrière en tant que conseillère patrimoniale. En quoi cette expérience vous est-elle précieuse aujourd’hui ?

Il faut savoir qu’un chargé d’affaires professionnels n’accompagne pas uniquement son client dans la gestion de son activité professionnelle, mais il est également là pour l’assister dans ses affaires personnelles. Mon expérience de conseillère patrimoniale m’est donc très précieuse puisqu’elle me donne une certaine crédibilité quand je dois conseiller des dirigeants d’entreprises sur leurs affaires privées. De plus, cette expérience m’a permis d’acquérir des réflexes qui me sont aujourd’hui très utiles, comme être à l’écoute du client et suivre régulièrement l’actualité économique.

Quels sont les aspects les plus gratifiants de votre métier ?

Le contact humain avant tout. Je prends beaucoup de plaisir à rencontrer de nouvelles personnes et à les aider dans leur projet professionnel. C’est très valorisant lorsqu’un chef d’entreprise vous remercie de l’avoir aidé à développer son activité. Le plus gratifiant, c’est quand un client vous recommande auprès d’autres entrepreneurs. C’est un sentiment très agréable de voir ses qualités reconnues !

Il est aussi passionnant de découvrir de nouveaux secteurs d’activité et métiers. Par exemple, j’ai récemment eu la chance de rencontrer des entrepreneurs de la Food Tech, dont les projets étaient tous captivants. Enfin, rien n’est figé dans ce métier, ce qui nous donne parfois une marge de liberté : on peut parfois sortir du cadre pour mettre en place des montages financiers atypiques. 

Quelles anecdotes professionnelles vous rendent la plus fière ?

Récemment, j’ai noué une relation de confiance avec l’expert-comptable de mon client. De fil en aiguille, cela a donné lieu à un partenariat national entre BNP Paribas et son cabinet d’expertise-comptable.

Je suis donc particulièrement fière d’avoir récemment réussi à convaincre des jeunes entrepreneuses de se faire accompagner par BNP Paribas.

Comme quoi, un simple échange peut engendrer de grandes choses ! Un autre sujet qui me tient à cœur est l’entrepreneuriat féminin. Les femmes entrepreneures ont moins recours à l’appui d’une banque que leurs homologues masculins. Je suis donc particulièrement fière d’avoir récemment réussi à convaincre des jeunes entrepreneuses de se faire accompagner par BNP Paribas. Je les ai notamment aidées à accéder au crédit, une solution à laquelle elles n’avaient pas songé, et qui leur a permis d’accélérer le développement de leur activité. À l’avenir, j'espère pouvoir accompagner de plus en plus de femmes ! 

Quelle serait la meilleure métaphore pour expliquer votre métier à un enfant ?

À l’image du médecin généraliste, le chargé d’affaires professionnels est à l’écoute de ses patients : les chefs d’entreprises. Il s’intéresse à leurs problématiques financières, étudie leurs symptômes, puis pose un diagnostic. Il se doit ensuite de les rassurer et de leur recommander un remède adapté. Puis, il suit leur évolution dans le temps et veille à la bonne santé de leur activité. Au besoin, si les symptômes persistent ou dépassent son domaine de compétence, le chargé d’affaires professionnels peut les orienter vers un spécialiste. In fine, son objectif est d’apaiser les entrepreneurs au quotidien, pour qu’ils puissent se concentrer sur le développement de leur activité professionnelle. 

A lire aussi

Toutes les actualités