La banque d'un monde qui change

Women’s Forum Global Meeting 2016

  • 24.11.2016

Du 30 novembre au 2 décembre, se tiendra la 12ème édition du Women's Forum Global Meeting ! Ce forum vise à renforcer la représentativité des femmes et une plus grande mixité hommes-femmes dans tous les organes de pouvoir de la société. C'est aussi une occasion pour les participantes, et participants, de faire entendre leur voix et leurs visions de l'avenir, et de susciter des engagements. Nathalie Doré, responsable de l'Atelier BNP Paribas de San Francisco, répond à nos questions dans le cadre de sa participation au Women’s Forum Global Meeting 2016.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce rassemblement international qu’est le Women’s Forum Global Meeting 2016 ?

Cette 12ème édition du Women’s Forum rassemblera des leaders du monde entier (1 500 personnes de 70 pays), dont plus de 80 % de femmes du 30 Novembre au 2 Décembre à Deauville. Cette édition 2016 du « Davos des femmes » aura pour thème : « Is the sharing economy a sharing world? ». L’idée est de construire le futur avec la vision des femmes. Les thèmes discutés sont des thèmes économiques et sociétaux. Ce rendez-vous annuel est le point d’orgue de cette plateforme mondiale qu’est le Women’s Forum et qui œuvre pour promouvoir la diversité depuis sa création en 2005.

“ Je suis très fière de participer à ce rassemblement. Pour moi c’est une façon de montrer mon engagement pour l’inclusion et l’égalité, deux sujets qui me tiennent à cœur. ”

Nathalie Doré

Responsable de L’Atelier BNP Paribas Amérique du Nord

Qu’est-ce que cela représente pour vous de participer au Women’s Forum Global Meeting 2016 ?

Je suis très fière de participer à ce rassemblement et à travers cette participation de représenter BNP Paribas. Pour moi c’est une façon de montrer mon engagement pour l’inclusion et l’égalité, deux sujets qui me tiennent à cœur. Je suis entrée chez BNP Paribas sans « piston », sans famille influente et sans diplôme extraordinaire. Mais j’ai pu croire à une progression grâce à des « rôle model » féminins comme Marie-Claire Cappobianco ou plus récemment Nandita Bakhshi. J’ai aussi eu de très bons mentors hommes. 

Le fait que cet événement soit mixte est important. Il faut agir ensemble, hommes et femmes, pour faire évoluer les cultures. Car dans le monde du travail d’aujourd’hui il y a encore énormément de stéréotypes et d’idées reçues à combattre, même aux Etats-Unis où je vis aujourd’hui. 

Je pense que ce type de rassemblement aide à faire progresser la place de la femme. En mettant les projecteurs sur la vision des femmes, on crée un cercle vertueux qui pousse le monde à plus les écouter. Cela crée une dynamique dans laquelle je suis heureuse de m’inscrire. C’est aussi une opportunité pour les femmes de prendre la parole, de prendre le « lead » et de montrer leurs ambitions. Je fais partie d’un réseau de femmes ici en Silicon Valley, le FAWEC (French American Women Executives Community orchestré par la Chambre de Commerce de San Francisco) et nous arrivons souvent aux même conclusions : les femmes se mettent parfois elles-mêmes des freins. Le syndrome de l’imposteur est un bon exemple. Il faut rêver grand, oser et s’exprimer !

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la délégation des femmes entrepreneurs dans la « Silicon Valley » ?

Plusieurs délégations seront présentes au Forum. Certaines regroupent des pays, celle à laquelle j’ai été conviée regroupe une dizaine de femmes de la Silicon Valley. Ce sont des personnes formidables qui oeuvrent dans le monde de la Tech. Certaines sont d’origine française, anglaise, américaine. On a toutes eu envie de vivre le rêve américain, qui est l'idée selon laquelle n'importe quelle personne vivant aux États-Unis, par son travail, son courage et sa détermination, peut devenir prospère. Quel que soit le sexe ou l’origine ! Et pourtant, il y a énormément de progrès à faire dans le monde de la tech en Silicon Valley. Alors que les femmes représentent plus de la moitié des diplômés américains sortant de leurs études supérieures, seulement 30% travaillent dans les grandes entreprises dans la Tech. Et l’écart se creuse encore plus si on regarde les postes de direction. Il faut changer les cultures d’entreprise, lutter contre les biais inconscients, avoir des politiques qui permettent cette égalité (beaucoup d’entreprises travaillent pour améliorer les congés maternités et la gestion du retour). Avoir une délégation dédiée à cette région du monde qui ne connaît pas le chômage mais qui connaît encore beaucoup d’inégalité homme-femme, permettra j’espère, de faire avancer ces sujets. Je suis fière de voir qu’à L’Atelier BNP Paribas Amérique du Nord, nous avons l’égalité parfaite homme-femme et une femme à la tête de l’entreprise. Grâce à ce statut, je montre que cela est possible.

Quel est votre sujet d’intervention en quelques mots ? 

Je vais intervenir dans plusieurs table-rondes/workshops la veille et l’avant-veille du forum. Une première table ronde aura lieu chez Paris Pionnières sur le thème « Women in Tech » avec également des participantes d’autres réseaux comme MixCity (l’association des femmes cadres de BNP Paribas), un workshop chez BPI France avec les start-ups de leur accélérateur et enfin je ferai un workshop chez Instagram sur l’usage de ce type de media social pour renforcer les communautés. 

Forcément le fil conducteur est la Tech ! Toutes ces table-rondes seront suivi d’événements de networking, ce qui permettra de créer des ponts entre la Silicon Valley et la France. Notre délégation est aussi mise à l’honneur lors du dîner officiel précédant l’ouverture de la conférence !

Women's forum for the economy & society

www.womens-forum.com


Visiter

Images ©Women’s Forum Global Meeting 2016