La banque d'un monde qui change

#ConnectHers : Alix de Sagazan, témoignage d’entrepreneure.

  • 16.03.2018

Afin de soutenir les femmes dans leurs projets entrepreneuriaux BNP Paribas a lancé en 2017 un programme baptisé #Connect’Hers. Parmi les nombreuses entrepreneures soutenues, nous en avons réuni trois pour échanger sur leurs parcours. Parmi elles, Alix de Sagazan, co-fondatrice d’AB Tasty, solution leader de marketing personnalisé en mode Software-as-a-Service.

En 2011, vous avez décidé de lancer votre propre projet. Qu’est-ce qui vous a poussé à sauter le pas ?

J’ai commencé il y a 8 ans. Quand je suis sortie d’école de commerce, je suis partie travailler dans une agence web qui faisait de l’acquisition de trafic (Google Adwords). Et puis, très vite, j’ai retrouvé mon associé, Rémi Aubert, qui travaillait aussi dans une agence d’acquisition de trafic. C’est une personne que je connais depuis l’enfance, nous étions moniteurs de colonies de vacances ! Il m’a fait recruter dans l’agence où il travaillait, on s’est mis à bosser ensemble et puis nous avons eu des idées. Nous nous disions souvent que l’acquisition de trafic, c’est bien mais que derrière « comment les sites convertissent ? ». Nous nous concentrons aujourd’hui sur l’acquisition mais la conversion est une étape clé, l’expérience utilisateur aussi. Nous avons commencé à deux et puis nous avons recruté un développeur et c’est comme ça que nous avons lancé notre agence d’amélioration d’expérience utilisateur pour vraiment conseiller les sites sur comment améliorer cette expérience et comment l’optimiser. Et puis, très vite, nous nous sommes dit que c’était bien de faire du conseil mais ce serait encore mieux de faire un outil. Nous voulions permettre à tous les sites internet de faire un peu comme Amazon, c’est-à-dire de proposer un site hyper personnalisé et optimisé. Et donc c’est comme ça que nous avons eu l’idée d’AB Tasty.

Aujourd’hui, AB Tasty s’affirme comme un leader européen dans son domaine. Comment devient-on un champion du marketing en ligne ?

Premièrement, il y a une question de moment. Nous avons créé l’outil au moment où le marché commençait à être un peu sensible à la conversion. Nous avons proposé un outil très simple d’utilisation qui redonnait la main aux équipes marketing.

Or, ce que nous faisions, c’était un peu l’apanage des équipes techniques qui avaient la main sur le site et les équipes marketing n’arrivaient pas à prendre le lead sur leur site. Nous avons donc tout simplement répondu à un besoin et le succès s’en est suivi. Nous trouvions cela normal que le marketing puisse changer ce qu’il voulait sur son site (les images, les messages etc.). Nous avons donc eu un bon momentum, nous avons répondu à un besoin et puis nous avons eu la chance de faire partie des pionniers. Ce qui nous a permis de lever des fonds rapidement. Nous avons effectué trois levées de fonds pour un total de 22 millions d’euros qui nous ont permis de nous développer très rapidement. Et en parallèle, nous avons structuré une équipe de vente, une équipe de consultants, une équipe technique etc. Et puis, nous avions des concurrents, essentiellement sur le marché américain, donc pour exister il fallait absolument avancer rapidement.

Nous avons créé l’outil au moment où le marché commençait à être sensible à la conversion. Dans ce bon momentum, nous avons répondu à un besoin et puis nous avons eu la chance de faire partie des pionniers. Ce qui nous a permis de lever des fonds rapidement.

Aujourd’hui, où en êtes-vous ?

Aujourd’hui, nous sommes 150 personnes basées à Paris, Nantes, Londres, Madrid, Cologne et New-York. Nous avons commencé à Paris, nous avons fait notre première levée de fonds pour développer le marché français, le structurer et faire des petits pilotes sur le marché international. Ensuite, notre levée de 5 millions nous a permis d’ouvrir un bureau à Madrid, Londres et Cologne afin de s’implanter en Europe. Et la dernière levée de 16 millions a permis de financer le bureau américain que nous avons lancé il y a quelques mois.

Pour nous développer, nous avons été obligés de démarcher au début, essentiellement sur les réseaux sociaux. Nous avons aussi participé à beaucoup de salons où se trouvaient nos cibles (directeurs marketing). La première valeur de notre entreprise est la satisfaction client ce qui fait que nous avons tout de suite mis en place une équipe de consultants pour accompagner les clients, car c’est un métier très nouveau. Nous avons donc créé un pôle dédié intitulé pôle CSM (Customer Success Manager). Au-delà de fournir un outil, nous avons accompagné les clients et nous les avons aidé à monter en compétences sur l’outil mais aussi sur les méthodologies grâce à notre équipe de consultants. Ce qui fait que nos clients nous ont recommandé et le bouche à oreille a commencé.

Concrètement, que propose votre outil ?

C’est une solution qui permet d’améliorer l’expérience utilisateur. Nos clients sont les sites internet et nous essayons de leur proposer de personnaliser l’expérience et de la tester en continu. Nous appelons ça le CRO (Conversion Rate Optimization) qui est le fait d’optimiser l’expérience utilisateur. Par exemple, dans une boutique, le vendeur adaptera son discours en fonction de son type de client.

A partir du moment où il y a un objectif, nous sommes là pour l’optimiser. C’est justement pour montrer que le marketing peut travailler les messages et en quelques changements très simples on peut modifier drastiquement les performances du site.

Nous pouvons mettre en place notre outil sur n’importe quel site, ils peuvent être marchands, des banques, de voyage, de e-commerce, d’assurance ou encore des sites de luxe etc. A partir du moment où il y a un objectif, nous sommes là pour l’optimiser.

J’ai un exemple concret pour un site de banque. En fin de page, un bouton renvoyait sur « Faire un devis ». Et nous avons décidé de modifier le wording et de le transformer en « Souscrire en ligne ». Grâce à cela, nous avons augmenté de 80% l’accès au devis. Tous simplement parce que le wording était moins impliquant. Vous avez un reporting qui vous permet de voir en temps réel quel wording fonctionne le mieux. C’est justement pour montrer que le marketing peut travailler les messages et en quelques changements très simples on peut modifier drastiquement les performances du site. Nous avons des consultants qui accompagnent nos clients sur toute la méthodologie d’amélioration de contenu.

C’est un nouveau métier, donc comment s’est passé le recrutement de vos salariés ?

On essaye d’avoir un process de recrutement le plus optimal possible. Nous recrutons sur les compétences mais aussi sur les valeurs. Nous avons des valeurs fondatrices qui sont très importantes surtout quand votre entreprise grossit vite. Nous essayons de recruter des personnes qui sont dans le même état d’esprit, d’ouverture ou encore de flexibilité que nous. 

Au niveau des profils, tout dépend de l’équipe. Dans l’équipe technique, par exemple, vous allez retrouver des ingénieurs, parmi les consultants et les commerciaux, beaucoup sortent d’écoles de commerce. Mais nous avons aussi des gens qui ont des profils totalement atypiques, ce qui est très enrichissant.

Une femme entrepreneure rencontre-t-elle des difficultés spécifiques dans l’univers de l’IT ? 

Mes clients sont des « marketeux » donc il y a tout autant de femmes que d’hommes. Sur la partie technique, c’est vrai que c’est plutôt mon associé qui gère et mon équipe est essentiellement composée d’hommes. Je n’ai jamais vu de frein particulier et au contraire, je vois ça plutôt comme un avantage parce qu’aujourd’hui il n’y a pas beaucoup de femmes dans le web marketing du coup nous sommes d’autant plus mises en avant. 

Je n’ai jamais ressenti la moindre différence ou le moindre écart. J’ai terminé mes deux premières levées de fond en étant enceinte de huit mois et ça n’a jamais posé aucun problème. 

Les programmes de BNP Paribas ont-ils su répondre à vos attentes à ce moment-là de votre parcours ? 

BNP Paribas nous a accompagné depuis le début. Nous avons une cellule dédiée où nous pouvons parler de nos problématiques ce qui fait que nous nous sentons soutenus et l’offre proposée par BNP Paribas correspond parfaitement à nos besoins. Nous sommes en contact avec notre conseillère très régulièrement. 

On m’appelle souvent pour me proposer des événements. Par exemple, dernièrement, on m’a proposé de partir à Stanford l’été prochain pour participer au Women Entrepreneur Program.Grâce à BNP Paribas, j’ai aussi participé au TOP, rencontre avec des grands dirigeants, ce qui m’a permis de débloquer beaucoup de Rendez-Vous avec des futurs clients. Ce fut une aide très concrète. Je me sens très accompagnée je sens qu’ils connaissent bien leur clientèle. Malheureusement, ce n’est pas toujours compatible avec tout ce que j’ai à faire, mais je me sens vraiment soutenue à tous les niveaux, pro comme perso !
l’offre proposée par BNP Paribas correspond parfaitement à nos besoins. je me sens vraiment soutenue à tous les niveaux, pro comme perso !

Votre plus grand défi aujourd’hui ? 

Le gros défi, c’est la croissance de l’entreprise et acquérir un maximum de parts de marché. Au niveau de l’outil, notre plus grand défi reste l’innovation. Nous avons de plus en plus de clients, donc il faut juste qu’on arrive à rester leader en termes d’innovations. Nous comptons rester sur notre corps de métier, car il y a encore énormément de choses à développer au sein de notre spécificité.

“ La confiance en soi. Pour les femmes, c’est quelque chose qui est très très franc par rapport aux hommes. Le meilleur conseil qu’on ait pu me donner serait de savoir bien s’entourer parce que ça m’apporte énormément au quotidien et je crois que c’est fondamental. ”

Alix de Sagazan

co-fondatrice d’AB Tasty

3 dirigeantes d’entreprises soutenues par BNP Paribas nous présentent leurs expériences entrepreneuriales. Quelles sont les barrières à franchir, les obstacles à éviter et les astuces à connaître ? Découvrez aussi les témoignages de Béatrice de Korsakissok, fondatrice de Syntony et Juliette Soria, dirigeante de Silamir .

A lire aussi

Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage