La banque d'un monde qui change

Audace et prudence : les clés de la réussite des « Elite Entrepreneurs »

  • 26.01.2017

Pour sa 3ème édition de l’étude « Elite Entrepreneurs BNP Paribas 2017 », BNP Paribas Wealth Management a interrogé 2 650 entrepreneurs à succès dans 21 pays. Quel a été leur chemin vers la réussite, quels sont leurs priorités et leurs objectifs ? Découvrez le portrait de « l’Elite Entrepreneurs », en 5 profils types.

Le portrait de l'entrepreneur d'élite

Le rapport « Entrepreneurs BNP Paribas 2017 », réalisé par BNP Paribas Wealth Management en partenariat avec Scorpio Partnership, résulte de l’une des plus vastes études internationales : cette 3ème édition a été réalisée auprès de 2 650 entrepreneurs dans 21 pays. Son objectif : dessiner le portrait robot de « l’entrepreneur d’élite » en 2017, entrepreneur ayant un patrimoine personnel de 15 millions de dollars ou plus (et générant un chiffre d’affaires de 8,5 millions de dollars). Mais aussi comprendre la réussite de ces entrepreneurs à qui tout semble sourire !

Un poids certain dans l'économie mondiale

Ces « Elite Entrepreneurs » ne sont peut-être pas représentatifs en nombre, au sein de leur société. Mais avec un patrimoine total cumulé de 40 milliards de dollars, ils ont un réel poids dans l’activité mondiale !

“ En 2017, les Elite Entrepreneurs contribuent largement à l’économie mondiale. Même s’ils réalisent entre 50 et 65% de leur activité sur leur marché domestique, leur approche du business s’internationalise de plus en plus ”

Sofia Merlo

Co-CEO de BNP Paribas Wealth Management

Qui sont ces entrepreneurs d'élite ? 

Si l’on s’en tient aux chiffres, l’entrepreneur « type » est un entrepreneur masculin (65 %), de 36 à 54 ans (45 %), européen (47 %), qui a créé 3,5 entreprises en moyenne. Il a bénéficié d’un « héritage familial dans l’entrepreneuriat » (71 %) et surfe sur 3 secteurs clés : les technologies de l'information, Internet, le mobile et le digital, et aussi l’industrie manufacturière.

Des chiffres qui confortent toutes les idées reçues. Mais attention, derrière ces moyennes se cachent des réalités contrastées. Pour affiner le portrait des « entrepreneurs d’élite », 5 profils ont été définis. Ce sont alors 5 portraits très différents qui se dessinent : à chaque « famille » son attitude, ses priorités et ses objectifs.

Les 5 familles d'entrepreneurs

  • Les Ultrapreneurs (ayant un patrimoine supérieur à 25 millions de dollars), sont 77 % à considérer la RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) comme un point « important ou extrêmement important » de leurs entreprises et de leurs investissements. Ils consacrent d’ailleurs 9 % de leurs actifs à des investissements socialement responsables. Attentifs à leur impact sur la société, les Ultrapreneurs sont aussi optimistes : ils sont 71 % à prévoir une augmentation de leurs bénéfices dans les 12 mois à venir.
  • Les Serialpreneurs (détenant ou ayant créé au moins 4 entreprises en activité ; 7,5 en moyenne) voient leur activité principale dégager un chiffre d’affaires annuel supérieur à la moyenne, de 10,3 millions de dollars. Et ces hyperactifs, que l’on trouve surtout en Inde, France, États-Unis et Indonésie, ont encore et toujours des projets : 21 % affirment que leur prochaine grande opportunité sera « la création d’une nouvelle entreprise dans un nouveau secteur d'activité ».
  • Les Millennipreneurs, nés entre 1980 et 2000, préfèrent les technologies de l'information, l’Internet, le mobile et le digital ainsi que l'ingénierie. Parmi eux, 31 % sont propriétaires de plusieurs entreprises. Et pour les Millennipreneurs, les opportunités de création de richesse se trouvent surtout dans l’éducation (43 %), la révolution de la communication (42 %) et la révolution scientifique et technologique (39 %).
  • Les Femmes Entrepreneurs (elles étaient 916 parmi les 2650 interrogés), qui créent 4 entreprises dans leur vie, sont plus performantes que la moyenne de leurs homologues masculins : leur patrimoine personnel s’élève à 15,9 millions de dollars et leur activité principale génère un chiffre d’affaires moyen de 8,6 millions de dollars. Leur ambition : obtenir des répercussions positives sur leur business et un impact sur la société.
  • Les Boomerpreneurs, baby-boomers de plus de 55 ans, préfèrent investir dans des entreprises plutôt que de les créer. Arrivés tardivement dans le monde de l’entrepreneuriat – ils ont créé leur première entreprise à 37 ans en moyenne – ils sont pour 57 % à se dire prêts à favoriser le crowdfunding pour leurs investissements entrepreneuriaux. 

Etes-vous un "Elite entrepreneur" ? 

Pour savoir si votre état d’esprit correspond à celui des entrepreneurs à succès, interrogés pour cette étude, répondez au quiz proposé par le New York Times et BNP Paribas Wealth Management. En 7 questions, vous saurez si vous correspondez au portrait type de l’« Elite Entrepreneur » !

Faites le quiz !

Accepter le risque bien géré

Créer une entreprise est une aventure risquée par nature. Pourtant, les Elite Entrepreneurs font preuve de confiance, en eux et en leur projet. Ils acceptent le risque dans la mesure où il est bien géré – les Serialpreneurs voient même dans la prise de risque une condition de succès – et misent pour cela sur l’intelligence (12 %), une part de chance (11 %) et les compétences techniques (10 %).

En tant qu’entrepreneurs, ils se considèrent comme de bons évaluateurs et de bons gestionnaires de risques… et restent sereins ! Moins d'un quart des Entrepreneurs Elite reconnaissent que leurs entreprises leur causent des nuits blanches !

 Dans la gestion de leur patrimoine personnel, ces entrepreneurs à succès se montrent tout autant prudents et réfléchis. Loin d’investir toute leur fortune dans leurs entreprises comme on l’imagine parfois, ils sont résolument tournés vers la diversification – dans le Private Equity, les actions, les obligations ou encore l’immobilier.

Leurs entreprises ne représentent que 16 % de leur richesse. La trésorerie et le foncier représentent chacun 12 % de la valeur nette de leurs portefeuilles, le reste étant constitué d’actions, d’obligations et d’investissements socialement responsables. Des investissements répondant également à une diversification géographique – aux États-Unis, en Chine, en Allemagne, en Grande Bretagne. Une stratégie qui illustre un trait de caractère commun à ces Elite Entrepreneurs : faire preuve de bon sens, en répartissant le risque pour mieux le diluer et le maîtriser !


A lire aussi