La banque d'un monde qui change

MARSEILLE (AFP) - Le Français Jo-Wilfried Tsonga, 12e mondial, s'est offert dimanche son deuxième tournoi de l'année après Johannesburg il y a deux semaines en battant en finale du tournoi de Marseille son compatriote Michael Llodra 7-5, 7-6 (7/3).

Présenté comme ultra-favori après sa nette victoire sur le Serbe Novak Djokovic en demi, Tsonga ne s'est cependant pas promené lors de cette finale tricolore, la troisième de l'histoire du tournoi.
La tête de série numéro 4, qui avait habitué à agir en patron sur le court, est ainsi apparu au premier set moins dominateur. Il avait pourtant affiché d'entrée sa confiance en lui: ayant gagné le tirage au sort, il choisissait de recevoir au risque de courir derrière le score face au gros serveur qu'est Llodra. Pari gagné, puisqu'il s'emparait du service de son adversaire.

Mais le gaucher ne s'avouait pas vaincu et recollait au score dès le quatrième jeu en chipant à son tour le service de "Jo" grâce à ses montées en retour de service.

Et c'était peut-être la leçon de cette finale: dans ce duel de serveurs, ne pas passer sa première balle revenait à s'exposer, pour Tsonga, à des montées à contre-temps et pour Llodra à des retours canon. D'arme toute puissante, le service devenait alors faille exploitable. Une leçon retenue par Tsonga.

Mené 5-4, il faisait alors monter la pression en venant chercher l'égalisation à 5-5 au filet, avant de dérouler un jeu de retour frôlant la perfection, s'octroyant un nouveau break décisif. Le maître Tsonga était de retour et remportait dans la foulée la première manche 7-5. Après une visite du kiné en début de set, Llodra repartait à la bataille, parvenant à tenir son service toute la manche.

Au jeu décisif, Tsonga reprenait sa séance d'intimidation en breakant d'entrée son adversaire, mais l'ascendant était de courte durée, "Mika" récupérant son service de retard deux points plus tard avant de claquer un smash et de prendre, toujours à la volée, l'avantage 3-2.

Dans ce duel au couteau, c'est pourtant Llodra qui s'effondrait, sur son service qui plus est, commettant une double-faute fatale suivi d'un smash complètement raté, offrant trois balles de match à Tsonga qui concluait dès la première sur un ace.

Très ému et "très fier d'avoir gagné dans la difficulté", Tsonga dédiait sa victoire à son père, opéré cette semaine, et embrassait le public qui l'avait porté jusqu'au trophée.