La banque d'un monde qui change

Un sérieux conflit a éclaté mardi entre les tennismen espagnols et leur Fédération au sujet du possible choix, contesté par les joueurs, de Madrid comme siège de la demi-finale de la Coupe Davis 2008 entre l'Espagne et les Etats-Unis en septembre.
Selon les médias espagnols, les joueurs ont décidé dans la nuit de mardi à mercredi à Rome, où ils participent au tournoi Masters Series, de rompre avec le président de la Fédération espagnole de tennis (RFET), Pedro Munoz, qu'ils accusent de les avoir "trompés".
M. Munoz voudrait que la demi-finale se déroule du 19 au 21 septembre dans les célèbres arènes de Las Ventas à Madrid, soit à environ 600 mètres d'altitude, alors que les joueurs préféreraient jouer au niveau de la mer, à Benidorm, Tenerife ou Gijon, autres villes candidates.
Dans un message à "l'opinion publique" espagnole, également signé par le capitaine de l'équipe de Coupe Davis, Emilio Sanchez-Vicario, les joueurs affirment leur "désaccord" avec M. Munoz et annoncent la rupture de tout contact avec lui, a indiqué le quotidien El Mundo sur son site internet.

Pressions
Les joueurs espagnols sont mécontents de ne pas avoir été consultés, alors que la Fédération s'y était engagée, pour le choix de la ville qui sera annoncé vendredi. Ils jugent que l'altitude relative de Madrid favoriserait le jeu plus rapide des Américains.
Il indiquent dans leur message qu'ils cesseront de participer à tous les actes de la RFET tant que M. Munoz sera président, mais ne précisent pas s'ils exigent sa démission ou ce qu'ils feront si Madrid est effectivement désignée.
La RFET a souligné mardi dans un communiqué qu'aucun "engagement" n'avait encore été pris en faveur de l'une ou l'autre ville candidate et que le choix se ferait avec le souci de "garantir la meilleure demi-finale possible".
Le communiqué dément par ailleurs qu'Emilio Sanchez-Vicario ait présenté sa démission, comme l'annonçaient mardi certains médias espagnols.
Selon ces médias, la Fédération est soumise à des pressions pour choisir Madrid, dans la mesure où la Communauté de Madrid, par le biais de son office du tourisme, est devenue en janvier parraineur officiel de la Coupe Davis
jusqu'en 2010.
Le communiqué de la RFET semble confirmer cette hypothèse. Il précise que "des motifs extraordinaires et d'intérêt général pour le tennis espagnol" pourraient justifier le choix final, au détriment "d'aspects strictement sportifs"

gg/pal/ngu

(AFP)