La banque d'un monde qui change

Mécène de la danse contemporaine, la Fondation BNP Paribas soutient les derniers projets du danseur et chorégraphe Abou Lagraa

  • 31.03.2010
Fidèle à son engagement en faveur de la danse contemporaine, la Fondation prolonge son partenariat avec le danseur chorégraphe Abou Lagraa et sa compagnie,La Baraka, qu'elle soutient depuis 2006, en accompagnant leur dernière création : Un Monde en Soi. Ce spectacle, dont la première a eu lieu en janvier dernier est actuellement en tournée dans toute la France. Abou Lagraa y confirme une danse fluide et éclatante, fusion entre langage contemporain et vitalité des danses urbaines. Une gestuelle artistique où force et sensualité se mêlent pour exprimer son regard sur l'humanité. Sur scène, le Quatuor Debussy accompagne les danseurs sur une musique de Henryk Gòrecki.


©Eric Boudet

Plonger dans Un Monde en soi, c'est embarquer pour un voyage au cœur de l'évolution autour de sept danseurs exaltés dont les corps – aussi mouvants qu'émouvants – (re)jouent la création du monde au commencement duquel était le vide. Du pur néant surgit la danse, véritable big-bang d'où jaillit l'ivresse de la vie. Chacun des danseurs, dont les corps font écho aux sphères célestes, exprime une personnalité singulière provenant de différentes parties du monde : Maroc, Pérou, Sénégal, France, Algérie…

En parallèle de cette création aux influences multiculturelles, Abou Lagraa travaille conjointement avec sa compagnie et le Ministère de la Culture Algérien à l'élaboration d'un « Pont Culturel Méditerranéen » entre la France et l'Algérie, qui sera mis en œuvre dès 2010. Porté par le désir profond de partager l'expérience et la passion d'Abou Lagraa, et de sa femme Nawal, pour l'Algérie, ce Pont est conçu comme un programme triennal de coopération entre les deux pays en faveur de l'art chorégraphique, trois années d'échanges, de formation, de création et de rencontres. Au fondement de ce projet, il y a la conviction que l'intensification des échanges culturels contribue à la compréhension réciproque et au resserrement des liens entre la France et l'Algérie. Dès lors, cette détermination d'apporter un appui au développement de l'expression chorégraphique va bien au-delà de l'aspect artistique et s'inscrit dans le respect d'une histoire commune qui est au cœur de la relation franco-algérienne.

En 2010, cette collaboration fructueuse permettra la création d'une cellule contemporaine au sein du Ballet National Algérien ; cette formation sera constituée de 20 danseurs recrutés lors d'une audition nationale parmi les jeunes talents d'Algérie. « Nya », la prochaine création chorégraphique d'Abou Lagraa, sera pour eux une belle occasion de livrer au public une vision plus juste de la jeunesse algérienne d'aujourd'hui : hétérogène, curieuse et insolite. Mot arabe exprimant le fait de faire confiance à la vie, « Nya » est un spectacle inspiré dont l'univers musical est représentatif de la mémoire collective française et algérienne et permet le voyage entre les deux rives de ce « Pont Culturel Méditerranéen ».