La banque d'un monde qui change

Exposition au musée du Quai Branly : « Kanak, l'Art est une parole »

  • 15.10.2013

Du mardi 15 octobre au dimanche 26 janvier 2014, a lieu l'exposition « Kanak, l'Art est une parole » au musée du quai Branly, Paris.

Cette exposition, la plus importante réalisée sur la culture kanak, rassemble plus de 300 œuvres et documents issus de collections publiques d'Europe et de Nouvelle-Calédonie et met en lumière les différents aspects de la culture kanak.

Dans le cadre de son programme « BNP Paribas pour l'Art », la Fondation BNP Paribas s'est associée au musée en apportant son soutien à la restauration de 12 masques kanak.
Michel Pébereau, Président de la Fondation BNP Paribas a souligné qu'il « s'agissait d'une restauration très exceptionnelle, tant par les matériaux à préserver que par le statut des œuvres […] Nous sommes naturellement heureux que ces œuvres restaurées soient présentées dans le cadre de l'exposition « KANAK, L'Art est une Parole », à laquelle nous sommes associés, et qui sera ultérieurement présentée à Nouméa. »

Reconnaissables par leurs hautes coiffures en dôme et par leurs longues robes de plumes, ces masques représentent l'esprit du chef défunt revenu se manifester au milieu des siens à l'occasion des rituels. Ils sont formés par des pièces de structures complexes, composées de divers matériaux tels que du bois, des matières végétales, de textile, de cheveux…

C'est pourquoi, ils se sont détériorés rapidement et qu'un traitement de restauration était nécessaire afin d'assurer la sauvegarde de ce patrimoine.

La restauration a bénéficié des nouvelles technologies et de l'expertise de 6 restaurateurs spécialisés dans le traitement d'objets ethnographiques.

Explications en vidéo des experts :







(c) Musée du quai Branly / Fondation BNP Paribas - photos Cyril Zannettacci

>> Plus de photos sur le board Pinterest : Exposition "KANAK, L'Art est une Parole"

Ils en parlent aussi :

>> "L'art kanak au Quai Branly : un événement majeur pour Ayrault (Le Monde)

>> "L'art kanak lève le masque" (Libération)