La banque d'un monde qui change

Coupe Davis - Quart de finale - Le comportement suspect de Gasquet (AFP)

  • 14.04.2008
WINSTON-SALEM (Etats-Unis), 14 avr 2008 (AFP)
Tout le week-end, à Winston-Salem, le comportement de Richard Gasquet, le N.1 français, qui a semblé peu concerné par ce quart de finale de la Coupe Davis contre les Etats-Unis, a intrigué et créé un malaise au sein même de l'équipe de France.
La défaite contre les Etats-Unis (4-1), qui n'a rien de scandaleuse face aux N.6 et N.8 mondiaux à domicile, a été le théâtre d'attitudes étranges du Biterrois, qui n'a joué que le cinquième match comptant "pour du beurre".
Dans une compétition où l'esprit d'équipe et l'énergie venant du banc est un facteur important de réussite, Gasquet a fait tout le contraire: se montrant régulièrement impassible, voire absent, rarement debout ou applaudissant, figé sur sa chaise, bâillant...
Le Biterrois a envoyé régulièrement des messages par téléphone pendant que ses petits camarades suaient sur le court.
Pire ! Gasquet a manqué la balle de match du double, remportée par Arnaud Clément et Michaël Llodra et qui permettait aux Français de "rester en vie" pour la troisième journée.
Bref, le comportement d'une personne qui n'avait aucunement envie d'être en Caroline du Nord pour gagner un billet pour les demi-finales.

Contradictions
--------------
Et les interrogations filaient bon train dimanche matin pour savoir quels joueurs entre Michaël Llodra et Paul-Henri Mathieu, vaincus mais vaillants contre Andy Roddick et James Blake vendredi, et Gasquet, le capitaine Guy Forget allait désigner pour jouer les deux simples décisifs.
Finalement, Forget décidait pour le match N.4 de faire jouer Mathieu, qui sombrait contre Roddick.
Décidait ? Enfin pas vraiment justement.
"J'ai pris la décision samedi soir, après des discussions avec +Paulo+ et Richard. Paulo m'a dit qu'il se sentait bien, qu'il avait envie d'y aller. Richard m'a dit qu'il était prêt à jouer le match N.2 (le second simple de dimanche) mais pas le N.1", a expliqué Forget.
"Je n'ai pas dit que je ne voulais pas jouer. Mais j'estimais que Paul-Henri avait plus de chance que moi de gagner. Jamais je n'ai pensé qu'il n'était pas prêt", répondait Gasquet.
Pour expliquer ses raisons de ne pas croire en ses chances contre Roddick, Gasquet s'est justifié en invoquant son "ampoule" à la main et une tendinite à un genou qui le gène depuis plus d'une semaine et qui ont expliqué sa non-sélection pour le simple de vendredi.
"J'ai mal partout. Je suis mal physiquement", s'est-il plaint.

"Abattoir"
----------
Mais cet argument était aussitôt contredit par ses propres mots: "J'étais prêt à jouer le match N.5. J'étais prêt à tenter un coup de folie à 2 points partout".
Son match pour l'honneur perdu contre Blake a plutôt montré un joueur capable de frapper la balle et de courir. En fait, le comportement du jeune homme de 21 ans a surtout fait penser à quelqu'un qui vit une période difficile.
Et pendant ce temps, Mathieu a eu l'impression d'être le dindon de la farce.
"Apparemment il (Forget) n'avait pas le choix (que de le faire jouer).
J'aurais aimé qu'il (Gasquet) me le dise en face. Je suis un peu fatigué.
C'est comme si on m'envoyait à l'abattoir et que lui n'y allait pas", a regretté "PHM", tandis qu'Arnaud Clément était embarrassé par le sujet et préférait ne pas répondre aux questions.
Ambiance, ambiance...
Reste à savoir quelles vont être les conséquences de ce comportement suspect du N.1 français.

ep/jfm


(AFP)