La banque d'un monde qui change

Coupe Davis - finale - Avec les frères Bryan, les Etats-Unis voient double

  • 29.11.2007
PORTLAND (Etats-Unis), 30 nov 2007 (AFP) - Les jumeaux Bryan forment depuis
trois ans la meilleure paire de double du monde: les Etats-Unis comptent sur
eux pour battre la Russie en finale de la Coupe Davis ce week-end à Portland.
Avec les frères Bryan, on a toujours l'impression de voir double: même
démarche nerveuse, même bouille ronde, même vêtements, même casquette et même
raquette. Pour les différencier, la nature apporte cependant des indices.
Ainsi Bob est un peu plus grand que Mike (1,93 m contre 1,90 m). Surtout
Bob est gaucher et Mike droitier ce qui les fait ressembler su le court à une
statue de Vishnu avec bras et jambes entremêlés. Mais au moins on peut savoir
qui est qui.
Comme la plupart des jumeaux, les Bryan, purs produits de Californie, se
ressemblent et s'assemblent. Mais attention, il y a des différences, prévient
Mike, né deux minutes avant son frère voilà 29 ans.
"Bob c'est plutôt l'hémisphère cérébral droit, moi le gauche. Il est plus
artiste, alors que je suis plus organisé. A l'école, il recopiait mes devoirs
en maths, alors que moi je copiais sur lui en anglais."

Un risque à prendre
-------------------
Sur le court aussi, chacun a ses domaines de prédilection. "On est
complémentaires, estime Mike. Bob a le meilleur service, moi le meilleur
retour." L'ensemble donne 44 victoires en tournoi dont 5 du Grand Chelem, un
palmarès qui rend la paire incontournable en Coupe Davis.
Contrairement à la plupart des autres pays, les Etats-Unis s'appuyent ainsi
sur deux spécialistes exclusifs du double pour ramener ce point si souvent
crucial.
Ce choix comporte un risque: celui d'une blessure au cours du week-end d'un
des deux joueurs de simple qui obligerait Bob, 116e en individuel en... 2000,
ou Mike, jamais classé au-delà du 246e rang, de jouer le dimanche avec des
chances de réussite pratiquement nulles.
Cette situation, le capitaine US Patrick McEnroe l'accepte, aussi parce
qu'il sait que les jumeaux garantissent pratiquement un point, eux qui n'ont
perdu qu'une seule de leurs treize rencontres de Coupe Davis.
"Je considère ça même comme un avantage, explique 'Pat Mac'. Les gars
connaissent tous leur rôle et pour James (Blake) et Andy (Roddick) c'est
plutôt réconfortant de savoir que Bob et Mike se chargent du double."

Un record en vue
----------------
"C'est très positif, confirme James Blake, de savoir qu'on peut compter sur
la meilleure équipe de double au monde qui sera sans doute la meilleure de
tous les temps lorsqu'elle arrêtera."
Ce n'est visiblement pas pour tout de suite, les frères Bryan estimant qu'à
29 ans, le meilleur est encore à venir. "On continue à progresser, souligne
Bob. Avec le temps, on devient plus intelligent. En double on n'atteint son
apogée qu'entre 30 et 35 ans."
S'ils l'emportent face au double russe samedi à Portland, ils
s'approcheraient à une unité du record de la paire John McEnroe-Peter Fleming
en Coupe Davis (14 victoires - 1 défaite). "On n'y pense pas, assure Bob, tout
ce qu'on a en tête c'est de ramener enfin le Saladier d'argent chez nous. Le
reste on aura le temps de voir ça lorsqu'on aura raccroché."
Une retraite qui s'articulera peut-être autour de la musique avec Bob au
clavier, Mike à la batterie et le papa Wayne, auteur par ailleurs d'un livre
intitulé "Comment élever votre enfant pour en faire un champion", à la guitare.
Au sein de la Bryan Brothers Band, ils ont déjà accouché de chansons telle
que l'improbable "Take Your Clothes Off Baby" (Déshabille-toi bébé). Pour
l'instant c'est encore sur les courts de tennis qu'ils sont les meilleurs.
Press contact(s)
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2007 AFP (Agence France-Presse)
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.