La banque d'un monde qui change

Coupe Davis - Etats-Unis - France - Les Bleus diminués et en danger (AFP)

  • 11.04.2008
WINSTON-SALEM (Etats-Unis), 10 avr 2008 (AFP)

Décapités par les absences de ses deux leaders, Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga, les Bleus sont en danger face au quatuor américain tenant du titre pour le quart de finale de la Coupe Davis, de vendredi à dimanche à Winston-Salem.

Déjà privé du finaliste de l'Open d'Australie, blessé à un genou, depuis mercredi, le capitaine Guy Forget a aussi décidé de se passer de Gasquet, pas vraiment rayonnant en ce moment et handicapé depuis quelques jours par une ampoule.

Dans cette paisible ville de Caroline du Nord, Michaël Llodra, N.41 mondial, puis Paul-Henri Mathieu (N.12) ont donc l'honneur d'affronter respectivement Andy Roddick (N.6) et James Blake (N.8) pour les deux premiers simples vendredi.

Samedi, Llodra sera associé à Arnaud Clément, les deux hommes composant actuellement la sixième paire mondiale en double, pour contrer les jumeaux Mike et Bob Bryan, les N.1 mondiaux de cet exercice de duettistes.

Avec Gasquet et Tsonga, dont les résultat étaient plutôt moyens ces derniers temps, la France ne semblait pas favorite.

Llodra et Mathieu pour un exploit
---------------------------------
Avec Llodra et Mathieu, s'imposer chez les tenants du titre, qui présentent le Saladier d'argent pour la première fois à leur public depuis la victoire sur la Russie en décembre à Portland, relève pratiquement de l'exploit.

"PHM" est actuellement N.12 mondial -un rang de mieux que Tsonga- qu'il est censé suppléer. Même s'il n'est pas le plus reconnu des Français, le Strasbourgeois est certainement le tricolore le plus régulier actuellement sur le circuit.

Arrêté un mois après un souci au pied en Australie, "PHM" a notamment joué une demi-finale à Marseille, a cédé au 2e tour de Dubaï face à... Roddick, et au 3e tour à Indian Wells face à... Tsonga.

De son côté, Llodra réussit un début de saison excellent avec deux titres (Adelaïde et Rotterdam). Spécialiste du double, Llodra (N.41) est l'un des rares joueurs du circuit à être un pur serveur-volleyeur.

Et sur la surface ultra-rapide choisie par les Américains, Llodra a ses chances plus que partout ailleurs.

Mais en face, Roddick et Blake sont en "feu". A eux deux, ils viennent de disputer trois quarts de finale -voire mieux- lors des deux derniers Masters Series d'Indian Wells et de Miami.

Seul Roddick a eu un accident de parcours à Indian Wells (2e tour). Mais il s'est bien repris en battant le N.1 mondial, le Suisse Roger Federer en Floride. Et les Bryan ont remporté Miami en double.

1927
----
L'autre défi des Français sera de résister aux 10.000 spectateurs de cette ville provinciale toujours prompte à s'emflammer dès que le drapeau américain apparaît. Car si la ville est on-ne-peut-plus calme, sa salle offre une ambiance toujours chaude.

Et si Tsonga, voire Llodra, se plaisent dans les ambiances survoltées, pour ou contre eux, Mathieu n'est certainement pas le plus à l'aise quand la pression populaire se fait hostile.

C'est d'ailleurs pour cette raison que les joueurs américains ont fait de cette salle leur antre depuis quelques années.

Pour l'histoire, il serait quand même bon que les Bleus réussissent une performance, alors que la dernière équipe de France à s'être imposée sur le sol américain est celle des Mousquetaires en 1927. Depuis les Français s'y sont cassés les dents à deux reprises et notamment avec un certain Guy Forget, battu en simples deux fois et en double. Cela commence à faire long.


ep/de


(AFP)