La banque d'un monde qui change

Récemment attribué à un artiste florentin du XVIe siècle, Luca Penni, le tableau « Vénus et l'Amour » sort tout juste d'un long et méticuleux travail de restauration, rendu possible grâce au mécénat de la Fondation BNP Paribas.



Parfois aussi appelé «L'Amour caressant Vénus », ce tableau est l'une des rares peintures connues de Luca Penni, qui fut l'élève de Raphaël. Acquise par le musée des Arts Décoratifs de Bourges en 1840, cette œuvre est une pièce majeure des collections du musée et constitue un témoignage éclatant des thèmes caractéristiques du XVIe siècle : l'exaltation de l'amour et du corps féminin.

S'ajoutant à l'attitude lascive des personnages, les éléments du décor constituent autant d'allégories suggestives : à cette époque, l'abondance de bijoux avait une signification nettement érotique ; sur la table du premier plan sont posés les deux flèches à pointes d'or qui inspirent, sous les coups de Cupidon, un amour réciproque. Le vase, enfin, est empli de fleurs fragiles et périssables suggérant l'aspect fugitif de l'amour.




Altéré par l'usure du temps et souffrant de nombreux repeints, ce tableau a bénéficié d'une campagne de restauration de longue haleine, qui a porté tant sur le support de l'œuvre que sur sa couche picturale.



Ce travail minutieux lui a redonné tout son éclat et la place qui est la sienne au cœur des collections du musée, abrité au sein d'un hôtel particulier en plein centre de Bourges.

Fidèle à son engagement en faveur de la restauration d'œuvres conservées dans les musées, la Fondation BNP Paribas avait signé une convention portant sur la restauration de « Vénus et l'Amour » en 2008.