La banque d'un monde qui change

Le point sur la semaine économique : la BCE tient l'équilibre

  • Thibault Mercier
  • Paris
  • 09.06.2017
  • La BCE modifie sa « forward guidance »
  • Les projections de croissance sont revues en hausse
  • Mais le discours reste prudent sur l’inflation

Comme attendu, la communication de la BCE a été ajustée cette semaine, les membres du Conseil des gouverneurs abandonnant la référence à des taux d’intérêt directeurs potentiellement plus bas à l’avenir.

Ce changement intervient sur fond d’une amélioration significative de la conjoncture et des perspectives économiques. La banque centrale a rehaussé ses prévisions de croissance pour cette année, 2018 et 2019, à respectivement 2%, 1,8% et 1,7%. En outre, les risques entourant le scénario de croissance, jusqu’ ici vus à la baisse, sont désormais évalués comme globalement équilibrés.

Néanmoins, cet optimisme ne doit pas être interprété comme le signe d’une normalisation monétaire imminente. Si la situation macroéconomique s’améliore, la reprise n’est pas encore entrée dans une phase inflationniste, loin s’en faut. L’inflation sous-jacente demeure très faible. Or c’est bien ce qui importe pour la BCE. 

Durant la conférence de presse, Mario Draghi a insisté sur la nécessité d’être patient rappelant les diverses facteurs qui pourraient retarder le retour de l’inflation vers sa cible : la faible qualité des emplois créés, les modifications structurelles qui pèsent sur la croissance des salaires, etc. Dans l’ensemble donc, la communication de la BCE a été plus accommodante que prévu, la banque centrale ne semblant pas pressée d’en finir avec le QE. Il faudra néanmoins commencer à réfléchir à la sortie du programme. Nous attendons plus de détails en septembre mais la réunion de cette semaine laisse penser que l’annonce pourrait intervenir plus tard.

Télécharger Ecoweek, "La BCE tient l'équilibre"