Quand la technologie se met au service de la mobilité urbaine durable

Jour après jour, la technologie s’impose comme un levier essentiel pour favoriser une mobilité urbaine propre et sûre, en plus d’accélérer la transition vers la neutralité carbone.

Cet article a été traduit de l'anglais

Aider les villes à faire évoluer l'écosystème de la mobilité

En matière de mobilité, les villes modernes ont de nombreux défis à relever. Pollution atmosphérique, bruit, circulation et embouteillages nuisent à la santé de la planète et de ses habitants. De plus, selon les prévisions de l’ONU, 70 % de la population mondiale devrait vivre dans des zones urbaines à l’horizon 2050 (contre 55 % aujourd’hui). Dans ce contexte, la technologie s’impose de plus en plus comme un levier essentiel pour aider les villes et les autorités à faire évoluer l’écosystème de mobilité et accélérer la transition vers la neutralité carbone. Lors du sommet mondial "Hello Tomorrow" sur les technologies de rupture, des experts ont analysé les enjeux et possibilités liés à la technologie pour une mobilité urbaine plus respectueuse de l’environnement. Vous découvrirez ci-dessous ce qu’il faut en retenir.

La technologie : un levier essentiel

La transformation numérique constitue un levier essentiel pour faire évoluer notre infrastructure urbaine. En effet, elle facilite l’accès à la mobilité et propose aux usagers de nouveaux modes d’interaction. Grâce aux services numériques offerts par de nouveaux modèles, comme la mobilité en tant que service (MaaS)les utilisateurs peuvent tout à la fois planifier leurs besoins de mobilité, réserver et payer (article en anglais). 

Les plateformes MaaS incitent par ailleurs les citadins à envisager leurs déplacements de manière multimodale, leur proposant les solutions les plus vertes en fonction de leurs usages. Dans les métropoles, jusqu’à 30 % des déplacements devraient être réservés sur une plateforme de mobilité urbaine d’ici 2035 (Étude BCG – Janvier 2020).

Jeune cliente

La technologie joue par ailleurs un rôle important dans le bon fonctionnement des solutions de mobilité. En plus d’une réduction des émissions de CO2, un parc électrique connecté à des données permet également de mesurer et de suivre l’impact des déplacements, limitant le gaspillage d’énergie et permettant d’évaluer l’efficacité des dispositifs. 

Données et veille collective

La technologie facilite également le partage d’informations relatives à la mobilité. Par exemple, avec une application collaborative comme Arval Mobility, ou l’outil d’info-trafic Waze, les utilisateurs interagissent pour signaler les embouteillages, travaux ou autres problèmes sur la route. Fortes de leur capacité à fluidifier la circulation en proposant des itinéraires alternatifs en temps réel, ces applications peuvent changer la donne quand elles sont déployées à l’échelle d’une ville.  

Pour les services de transport à la demande, comme les vélos ou voitures à la location, les utilisateurs peuvent trouver un véhicule et un point de dépôt via une application.  Les données collectées sont ensuite traitées pour en dégager des tendances d’utilisation et adapter le service en conséquence.

« Pour améliorer des services, il est essentiel de partager les données de mobilité et de le faire avec tous les acteurs, afin d’éviter des situations de monopole. Comme il s’agit d’informations très sensibles et personnelles, les technologies sous-jacentes et la réglementation ont pour rôle de protéger tant les données que les personnes. » Yann Hervouët, CEO d’Instant System

L'importance des partenariats

Chaque acteur de la mobilité a ses propres défis à relever, qui diffèrent évidemment par leur taille ou leur portée. Il ne peut donc y avoir de solution unique pour tous. L’approche écosystémique de co-innovation de Movin’On vise à faciliter la collaboration entre les secteurs public et privé

L’expertise et l’expérience nécessaires sont ainsi rassemblées pour co-développer des solutions de mobilité innovantes plus propres. La collaboration représente également un gain de temps, en permettant par exemple de travailler sur des prototypes tout en examinant les évolutions réglementaires favorables à la mobilité durable.

En développant ces partenariats, les municipalités peuvent agir activement sur le futur de la mobilité grâce à des collaborations avec des start-up ou entreprises qui cherchent ou proposent des solutions s’appuyant sur la technologie. C’est une démarche essentielle pour la transition vers la neutralité carbone.

« Microsoft  s’est donné pour mission de permettre aux individus et aux entreprises d’aller toujours plus loin. Nous souhaitons mettre la technologie au service d’un futur durable. En participant à l’écosystème de mobilité durable, nous ambitionnons de servir de catalyseur d’innovation pour créer et déployer de nouvelles solutions à travers les Data et l’IA. » Eneric Lopez, Directeur IA, Microsoft France

Une mobilité durable pour tous

En évoquant la mobilité durable, il est également essentiel de prendre en compte l’impact social de ces changements majeurs sur les infrastructures et les modes d’accès. Une offre de mobilité durable basée sur la seule technologie risque de faire apparaître une fracture entre ceux qui y ont accès et les autres. Or, pour être véritablement durable et inclusive, la mobilité doit être plus propre, plus sûre, mais également accessible à tous.



Seize grandes banques de la zone euro entament la phase de mise en œuvre d'EPI, un nouveau système de paiement européen unifié

Pour s'abonner à notre newsletter, c'est ici !

Choisissez vos thématiques préférées et la fréquence d'envoi