La banque d'un monde qui change

Projet Ice Memory : agir pour sauvegarder la mémoire du climat

  • 25.11.2016

Les équipes scientifiques du projet Ice Memory s’apprêtent à repartir pour une 2ème mission en Bolivie. L’objectif ? Collecter des carottes glacières dans un environnement menacé par le changement climatique afin de constituer une bibliothèque mondiale d’archives glaciaires pour les générations futures. A cette occasion, les équipes en charge du projet lancent un appel à contribution sur la plateforme de crowdfunding Ulule.

Ice Memory : permettre aux générations futures de comprendre leur environnement

Lancé en 2015 par le Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement (LGGE), l’Université Ca’Foscari de Venise et le Conseil National de la Recherche italien (CNR), sous l’égide de la Fondation Université Grenoble Alpes, le projet Ice Memory réunit des glaciologues du monde entier dans le but de constituer le premier sanctuaire de carottes glaciaires

LE GLACIER, UN LIVRE QUI RACONTE L’ÉVOLUTION DE L’ATMOSPHÈRE.

Plusieurs missions de collecte dans des environnements menacés sont prévues afin de prélever des carottes de glace. Sur chaque site, trois carottes seront extraites. L’une sera systématiquement  analysée pour créer une base de données référence, tandis que les deux autres seront acheminées sur les hauts plateaux de l’Antarctique où elles seront stockées dans des caves creusées dans la neige, à une température constante de – 54°C,  pour les siècles prochains.

Projet soutenu par la Fondation BNP Paribas dans le cadre de son programme Climate Initiative, Ice Memory a également pour but de sensibiliser le grand public aux enjeux de la recherche scientifique et du changement climatique.
© Sarah Del Ben / Wild Touch / Fondation UGA

Anticiper les changements à venir

Menacés par le réchauffement climatique, les glaciers renferment la mémoire de notre environnement et des climats passés. Des informations précieuses risquent de disparaitre. 

Au fil du temps, les différentes couches de glace résultant du tassement des couches de neige successives renferment des informations essentielles pour la recherche sur le climat. En effet, la neige en se tassant, capture les impuretés et des bulles d’air qui témoignent de l’évolution de l’atmosphère au cours des années passées.

La Fonte des glaciers plus rapide que les progrès de la Science.

Une carotte de glace ? Késako ?

Les carottes de glace sont des échantillons cylindriques prélevés par forage (ou carottage) dans les glaciers. La découpe verticale des carottes permet d’extraire les différentes couches de glace qui contiennent des informations précieuses sur notre climat : traces de métaux lourds, d’acides, de polluants ou de gaz remontant jusqu’à des centaines d’années. 

Demain, on y décryptera peut-être les mutations de virus ou de bactéries piégées dans la glace. 


Agir maintenant pour les générations de demain

Après une première opération de carottage menée au Col du Dôme dans le Massif du Mont-Blanc cet été, les scientifiques du projet Ice Memory préparent pour le printemps 2017, une nouvelle mission dans les Andes, sur le glacier Ilimani.

Situé à 6 300 mètres d’altitude, il est considéré comme le site le plus riche en informations, mais il est aussi le plus menacé par le réchauffement climatique dans les prochaines années dans les Andes. En effet, l’augmentation de la température sera plus forte dans les zones tropicales vers 6000m d’altitude, pouvant atteindre +5,5°C d’ici 2100 selon certains scénarios.

La mission en Bolivie en quelques chiffres

12

scientifiques

français, américains et russes réunis  

18 000

années d'histoire climatique et environnementale des andes a retracer

4

tonnes

de glace descendues

2020

arrivée 

de la glace

en antarctique

Soutenez Ice Memory

https://fr.ulule.com/ice-memory

Pour soutenir cette opération rendez-vous sur la page Ulule du Projet Ice Memory. Pour chaque euro versé par un internaute la fondation versera 2€.

Je participe
“ Le réchauffement climatique affecte les glaciers à l'échelle mondiale. Grâce à ces carottes on a pu déjà reconstituer l'évolution du climat avec la composition de l'atmosphère en gaz à effet de serre, en métaux lourds. ”

Jérôme Chappellaz

Directeur de recherche au laboratoire de glaciologie de Grenoble