La banque d'un monde qui change

One Planet Fellowship : 45 lauréats africains pour une nouvelle génération de chercheurs

  • 20.09.2019

Pour le tout premier appel à candidatures du programme One Planet Fellowship, 45 lauréats issus de 12 pays africains ont été sélectionnés parmi 1 523 candidats. Ces chercheurs africains francophones et anglophones à haut potentiel se sont rendus, à Nairobi, le lundi 16 septembre 2019, pour l’événement inaugural du programme, marquant également le début du programme de mentorat mis en place pour que les chercheurs africains seniors accompagnent ces jeunes lauréats.

Un programme ambitieux pour accompagner la nouvelle génération de leaders scientifiques en Afrique

Créé en décembre 2017 lors du One Planet Summit, le One Planet Fellowship a pour objectif de créer une communauté de chercheurs africains et européens travaillant sur l’adaptation au changement climatique dans le secteur agricole en Afrique. Ce programme qui se développera pendant 5 ans, est soutenu par les fondations BNP Paribas et Bill & Melinda Gates, la Commission européenne et le Centre de recherches pour le développement international (CRDI, Canada). Il est opéré par AWARD (ICRAF, Kenya) et la fondation Agropolis.  

Le tout premier appel à candidatures du programme One Planet Fellowship a été lancé en février 2019, 45 lauréats issus de 12 pays africains ont été sélectionnés parmi 1 523 candidats. Les pays africains éligibles à ce premier appel à candidatures étaient les suivants : le Bénin, le Burkina Faso, la Tanzanie, le Togo, la Zambie, le Nigeria, le Mali, le Malawi, le Sénégal, le Kenya, l’Ethiopie, et la Côte d'Ivoire. Rassemblés à Nairobi, le lundi 16 septembre 2019, pour le lancement officiel du programme, ces 45 lauréats ont rencontré chacun leur mentor, avec qui, ils  vont pouvoir suivre un important programme de mentorat. Ainsi, les 90 chercheurs africains juniors et seniors ont commencé, en début de semaine, les cours de leadership, de climatologie, et de développement personnel.

Avec un budget d’environ 20 millions de dollars, l’ensemble des partenaires du One Planet Fellowship va renforcer cette communauté scientifique experte de l’adaptation au changement climatique. Au travers de cette communauté connectée et intergénérationnelle, les chercheurs hommes et femmes lauréats du programme vont développer ensemble des solutions concrètes et innovantes pour répondre efficacement aux défis de l’environnement, ainsi qu’aux besoins et priorités du continent africain.  

développer des solutions concrètes et innovantes pour répondre efficacement aux défis de l’environnement.

Des réponses à un enjeu environnemental primordial en Afrique, continent le plus vulnérable face au changement climatique

L’enjeu de l’adaptation du secteur agricole au changement climatique s’avère aujourd’hui primordial compte tenu de la démographie à la croissance exponentielle du continent et donc de sa vulnérabilité face au réchauffement climatique. 

Le programme capitalise sur la méthodologie et l’expertise d’une approche par le genre d’AWARD pour construire une communauté de scientifique respectueuse des questions de genre.

 « Nous prévoyons qu’une approche consciente des spécificités des hommes et des femmes sur le continent soit intégrée par les lauréats du One Planet Fellowship dans l’élaboration de leurs solutions afin de réduire les inégalités femmes-hommes qui existent dans le secteur agricole en Afrique. » affirme Wanjiru Kamau-Rutenberg, directrice d’AWARD, à l’événement inaugural du programme.

Wanjiru Kamau-Rutenberg, directrice d’AWARD.

Par ailleurs, le cadre scientifique du One Planet Fellowship trouve son fondement dans le 5e Rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC). Durant le Communiqué de la 21e Conférence des Parties (COP21) qui s’est tenue à Paris, il a été précisé que « la priorité fondamentale de préserver la sécurité alimentaire… et les vulnérabilités des systèmes de production alimentaire face aux effets néfastes du changement climatique ». Le secteur agricole en Afrique étant fortement menacé par le changement climatique, les chercheurs impliqués dans le programme travailleront sur les thématiques suivantes :

  • la collecte et l’exploitation des données liées au climat, en lien avec le secteur agricole ;
  • les pratiques agricoles visant à faciliter la gestion de la variabilité et de l’adaptation ;
  • le lien entre changement climatique et systèmes alimentaires- les questions socio-économiques.

Lors de l’événement de lancement les enjeux du secteur agricole en Afrique ont d’ailleurs été soulignés par le Prof. Hamadi Boga, Secrétaire d’Etat au Département pour la Recherche agricole et de développement des cultures du Gouvernement Kenyan : « Le réchauffement climatique continue d’endommager les rendements agricoles et de miner l’éradication de la pauvreté et les efforts sur le continent pour atteindre une sécurité alimentaire. La recherche scientifique joue un rôle crucial pour aider les communautés à s’adapter aux effets du changement climatique […]”.

La recherche scientifique joue un rôle crucial pour aider les communautés à s’adapter aux effets du changement climatique.

 Photo : © Yulia Panevina

A lire aussi

Toutes les actualités