La banque d'un monde qui change

Une nomination pour Mourad Merzouki et un prix prestigieux pour Abou Lagraa, deux chorégraphes partenaires de la Fondation BNP Paribas

  • 26.06.2009

Partenaire de la Fondation BNP Paribas depuis 2003, le chorégraphe Mourad Merzouki prend la direction du Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne.
Il succède aux chorégraphes José Montalvo et Dominique Hervieu, nommés l'an dernier à la tête du Théâtre national de Chaillot. Il développera à Créteil un projet artistique ouvert sur le monde et sur la pluralité des langages chorégraphiques. Chorégraphe-phare de l'esthétique hip-hop, Mourad Merzouki est le fondateur et directeur artistique de la Compagnie Käfig. Depuis 1996, ses pièces chorégraphiques ont permis de faire entendre la parole de la danse hip-hop sur toutes les scènes françaises, et dans de très nombreux théâtres et festivals du monde entier. Artiste associé lors de la dernière Biennale de la Danse de Lyon, Mourad Merzouki est également à l'initiative du festival "Karavel" et du centre de danse hip-hop "Pôle Pik", deux projets soutenus par la Fondation BNP Paribas.


Accompagné par la Fondation BNP Paribas depuis 2006, Abou Lagraa reçoit le Prix 2009 du meilleur danseur international par l'International Movimento Dance Prize.
Assistant de Rui Horta à Francfort, Abou décide de voler de ses propres ailes et, en 1997, il crée sa compagnie. Les créations se succèdent, les commandes aussi : deux défilés pour la Biennale de la Danse à Lyon, des pièces pour le Ballet de Lorraine et le Centre National Chorégraphique d'Angers…
« Artiste associé » des Scènes Nationales d'Annecy dès 2004, puis de Sceaux en 2008, la renommée d'Abou dépasse désormais les frontières. Il est sollicité pour des créations et des interventions régulières en Europe, aux Etats-Unis, mais aussi, comme cela a été le cas plus récemment, à l'Opéra Garnier. En mai 2009, il a posé les jalons de la création d'une compagnie de danse contemporaine en Algérie, avec l'aide conjointe de BNP Paribas El Djazaïr et de la Fondation BNP Paribas. La fusion qu'Abou Lagraa opère à merveille dans une énergie débordante entre danse contemporaine, hip hop, et influences multiculturelles expliquent sans doute son succès.