La banque d'un monde qui change

#Mission Océan Austral – le point à mi-parcours

  • 24.10.2016

Aux abords des îles Kerguelen, la mission Océan Austral suit son cours. L’équipe scientifique navigue à présent depuis deux semaines à bord du Marion Dufresne et met tout en œuvre pour atteindre ses objectifs. Vents violents, mer agitée… les conditions mettent parfois à rude épreuve les équipes. Retour sur ces deux premières semaines de campagne…

Des nouvelles de la mission

Partie depuis le port de Saint Denis de la Réunion le 6 octobre dernier, la mission poursuit son objectif de collecte de données afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’océan Austral et son influence sur le changement climatique. Pour accomplir cela, les équipes à bord doivent déployer deux types d’instruments (flotteurs Bio-Argo et mouillages instrumentés) qui leur permettront d’effectuer des mesures pendant plusieurs mois.

“ Nous avons ce matin réalisé avec succès la partie la plus délicate de la campagne le déploiement du  mouillage instrumenté, tous les mouillages sont donc à l'eau jusqu'à mars. La moitié des flotteurs bio-Argo ont été déployés et la moitié des stations échantillonnées. Nous descendons maintenant vers le sud pour faire le reste, nous devrions atteindre le point le plus sud de notre voyage vendredi. ”

Stéphane Blain

Responsable de la mission océanographique SOCLIM

Découverte d’une région inaccessible

Alors que des vents violents soufflaient sur le plateau de Kerguelen, l’équipe scientifique de la mission SOCLIM s’est mise à l’abri dans la baie de la Table. L’occasion était parfaite pour pouvoir observer et échantillonner l’eau de cette baie, composée d’eau de mer et d’eau en provenance du gigantesque glacier de Cook. Le taux de salinité de ces deux eaux étant très différent, elles ne se mélangent pas entre elles, la frontière entre ces deux eaux est alors parfaitement visible depuis la surface.

Survol de la baie de la Table

Rencontres du bout du monde

Dans l’archipel des Kerguelen, les équipes scientifiques ont jeté l’ancre afin de découvrir cet environnement sauvage et inaccessible. L’équipage en a profité pour explorer l’île principale et partir à la rencontre des éléphants de mer de l’anse des Pachas, un des hauts lieux de rassemblement.


La mission prend parfois de jolis détours et amène son lot de rencontres inattendues avec la faune locale !

A bord du Marion

Alors que la vie sur le Marion est rythmée par les différentes opérations menées par les équipes scientifiques, les deux journalistes : Yseult Berger et Julien Boulanger, découvrent le quotidien à bord du bateau et le travail des chercheurs.

Les photos et témoignages du journal de bord des 2 journalistes à bord nous plonge dans les coulisses de la mission : opérations de déploiement des instruments, mesures et analyses des prélèvements en laboratoire… tout en faisant face aux conditions extrêmes de cette région.