La banque d'un monde qui change

Les étonnantes archives de la forêt tropicale brésilienne

  • 31.05.2018

Le reportage photographique que Moises Saman de l’agence Magnum Photos a réalisé sur la dépression de Colônia, un étrange cratère situé dans la forêt tropicale brésilienne, s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche scientifique dirigé sur place par Marie-Pierre Ledru, chercheuse à l’IRD (l’Institut de Recherche pour le Développement) et son équipe. Si l’objectif principal de ce projet scientifique est d’ouvrir une fenêtre sur le passé, les photographies de Saman révèlent également à quel point les modifications du paysage influencent les comportements humains de la population locale.

Une opportunité unique de remonter dans le temps pour étudier le climat

La dépression de Colônia, située dans l’état brésilien de São Paulo, est un exemple remarquable de la façon dont l’histoire du climat est préservée par la nature. Ce gigantesque cratère de 300 mètres de profondeur et de 3,6 km de diamètre dont la formation remonte entre 1 et 20 millions d’années est un site unique qui a accumulé des sédiments durant plusieurs centaines de milliers d’années, constituant ainsi autant de précieuses archives sur le climat de la région que sur l’histoire de la biodiversité de la forêt tropicale.

Agriculteur travaillant sur un champ de légumes plantés à l'intérieur du bassin de Colonia. - Crédits : © Moises Saman | Magnum Photos
Depuis 2000, Marie-Pierre Ledru, chercheuse et représentante de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au Brésil, y effectue des analyses et des prélèvements avec son équipe. « Il n’existe encore aucune analyse en continu sur 800 000 ans dans les régions tropicales de l’hémisphère sud », déclare Marie-Pierre Ledru. « L’une de nos hypothèses est que la richesse de la biodiversité des forêts tropicales provient d’un réassemblage permanent des espèces au cours des grands cycles climatiques.  Ce réassemblage répondrait avant tout aux modifications de l’ensoleillement plutôt qu’aux cycles glaciaires ou interglaciaires », précise Marie-Pierre Ledru. Ainsi, le deuxième carottage réalisé l’été dernier permettrait aux chercheurs de comprendre pour la première fois comment une forêt tropicale, la forêt atlantique brésilienne, a réagi aux grands cycles climatiques naturels.
L’une de nos hypothèses est que la richesse de la biodiversité des forêts tropicales provient d’un réassemblage permanent des espèces au cours des grands cycles climatiques.

Laurent Augustin, un ingénieur français, inspecte un site de forage sur les terres du bassin de Colonia.
Marie-Pierre Ledru parcourt une partie intacte de la forêt atlantique à la recherche d'échantillons végétaux dans le bassin de Colonia.

Par ailleurs, ce projet vise également à comparer ces enregistrements in situ aux résultats des différents modèles du climat et à déterminer si des équations mathématiques parviennent à retracer correctement les évolutions de cette forêt. Cette confrontation devrait normalement permettre d’améliorer la fiabilité des modèles de reconstruction du climat, passé et à venir, dans les régions tropicales. Ce projet illustre parfaitement l’objectif poursuivi par le programme Climate Initiative lancé par la Fondation BNP Paribas. Ce programme a pour finalité de soutenir la construction d’une expertise reconnue grâce à l’exploitation des résultats de la recherche scientifique. Cette expertise pourrait alors contribuer au processus de prise de décision et fournir les outils permettant de lutter contre le changement climatique.

Échantillons de sédiments prélevés dans les profondeurs du sol du bassin de Colonia. - Crédits : Moises Saman - Magnum Photos

Les photographies de Moises Saman révèlent à quel point les interventions de l’homme sur l’environnement ont aussi modifié la manière de vivre des indigènes dans certaines parties de la forêt, notamment celle des indiens Guarani, une population qui vit depuis des siècles sur cette terre. Plusieurs siècles de déforestation et de chasse ont menacé la survie des animaux affectant directement la subsistance des peuples chasseurs. Ils sont nombreux à devoir déménager dans des centres urbains pour survivre. Exposés à l’urbanisation, aux changements politiques, climatiques et environnementaux, ils se battent pour garder leurs traditions et survivre dans un monde en pleine mutation.


Enfants dans la favela Brilho do Sol au bord du réservoir Billings, à la limite sud de Sao Paulo.
Municipalité de Sao Paulo, Brésil. Fabio Verissimo (au centre), le chef d'une communauté guarani située sur les rives du réservoir Billings près de Sao Paulo.

Thiago, un leader local de la communauté Guarani, se trouve dans un champ d'arbres coupés de la communauté Tenonde Pora Guarani.

À vos agendas : le 7 juin prochain, Marie-Pierre Ledru animera l’une de nos conférences Climate Initiative à Paris.

Inscrivez-vous !

Photos © Moises Saman | Magnum Photos

A lire aussi

Toutes les actualités
Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage