BNP Paribas renouvelle pour trois ans son mécénat en faveur de l’insertion des réfugiés en Europe

  • 21.06.2021

Le dimanche 20 juin est consacré : « Journée mondiale du Réfugié » par l’ONU. L’occasion de faire le point sur l’engagement important de BNP Paribas depuis 2015 en faveur des réfugiés, qui selon l’UNHCR (l’Agence des Nations-Unies pour les réfugiés) représentaient près de 82,4 millions de personnes à travers le monde en 2020.

Engagé de façon concrète en faveur d’une société plus inclusive, BNP Paribas dédie une partie de ses actions à l’insertion des personnes réfugiées dans 10 pays européens. Comment ? Avec quels moyens et résultats concrets ? Le point sur la situation en 2021. 

De 2015 à 2024 : un engagement fort et renouvelé de BNP Paribas pour l’accueil des réfugiés en Europe

Au total près de 17 millions d'euros de mécénat consacré à ce programme

En 2015 lors de l’afflux massif de réfugiés en Europe, BNP Paribas décide de réagir immédiatement en lançant un important plan de mécénat en faveur des réfugiés dans 10 pays. Deux axes de soutien au départ : l’aide humanitaire d’urgence avec le HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés) en Grèce, et l’intégration des réfugiés dans les 10 pays d’accueil par le soutien de programmes d’insertion professionnelle et d’apprentissage de la langue. Depuis, BNP Paribas conscient de l’enjeu majeur et persistant à accompagner les réfugiés dans la durée, a renouvelé en 2019 son soutien auprès des associations de terrain pour 3 ans. 

Aujourd’hui la banque réaffirme sa volonté de poursuivre ce dispositif de 2022 à 2024 avec le même objectif : permettre aux réfugiés, mineurs comme adultes, d’apprendre la langue du pays d’accueil pour mieux s’intégrer, trouver des formations professionnelles, reprendre des études, se faire accompagner, être coaché, gagner en autonomie et trouver un emploi.

Pour y contribuer, le programme de mécénat global piloté par la Fondation BNP Paribas a ainsi permis en 2020, de financer des programmes de 25 associations dans les 10 pays européens du dispositif (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Pologne Suisse, UK).

  • On peut citer à titre d’exemple en Allemagne Joblinge qui tout en donnant des cours d’allemand, aide les réfugiés à réfléchir sur leur parcours professionnel, faire leur CV et les accompagne très concrètement dans leur recherche d’emploi.
  • En France, autre exemple de soutien avec la formation « Refugeeks » dispensée par Simplon, un réseau de formations numériques solidaire en France, qui en 8 semaines intensives, en petit groupe, développe une double compétence : maîtrise du français et des outils digitaux fondamentaux.


Enfin, dans le cadre de son partenariat avec l’UNCHR, la Fondation BNP Paribas apporte son soutien au programme « DAFI » de bourses universitaires permettant au public des étudiants réfugiés d’accéder à des études supérieures, un moyen efficace pour faciliter leur accès à l’emploi et à une meilleure intégration.

En 2020 sur 10 pays européens : 11 500 réfugiés bénéficiaires du programme de BNP Paribasplus de la moitié étant des mineurs.

Au-delà du mécénat, BNP Paribas affirme sa volonté d’encourager le recrutement des réfugiés au travers de la coalition Tent

BNP Paribas a rejoint en 2020 la coalition internationale Tent (Tent Partnership for Refugees) réunissant de grandes entreprises engagées dans l’intégration des personnes réfugiées en entreprise. En France, dix entreprises de cette coalition ont créé avec Tent, le collectif « Refugees Are Talents » aux côtés d’Accor, Barilla, Sodexo, Ikea, Michelin, Ipsos, Keolis, L’Oréal et The Adecco Group. Une coalition qui s’engage à stimuler le recrutement, à encourager les autres acteurs économiques à les rejoindre, à rendre plus visible le plaidoyer en faveur de l’employabilité des réfugiés.

Dans cette dynamique BNP Paribas souhaite encourager le bénévolat et le mentorat de ses collaborateurs auprès des réfugiés, tout en continuant à accompagner ses managers dans leur recrutement.

Enfin, BNP Paribas, via les actions de la Banque de Détail en France (BDDF) favorise également l’employabilité en animant des incubateurs dédiés, à l’image de celui des villes de Montreuil et Saint-Denis en banlieue parisienne, montés en partenariat avec Generali France et sa fondation The Human Safety Net et la Ruche et qui accueillent chaque année une promotion d’une trentaine de réfugiés entrepreneurs.

Une offre bancaire plus inclusive, capable de s’adapter à cette population

La question de l’insertion des réfugiés soulève une autre difficulté : l’accessibilité aux réseaux bancaires et financiers, étape fondamentale vers l’employabilité et une insertion réussie. Depuis 2020, Nickel  accepte 190 passeports internationaux pour l’ouverture d’un compte, avec la possibilité d'avoir une carte et un RIB. Le Groupe réfléchit également aux solutions mobiles, très présentes dans de nombreux pays d’émigration et donc plus facilement adoptables par certains réfugiés. 

Cet accompagnement est complété sur le terrain par l’aide à la création de microentreprise et les dispositifs de microfinance, comme en Belgique avec MicroStart en Belgique ou au Luxembourg avec Microlux

Crédit Photo ©UNHCR

A lire aussi

Toutes les actualités