BNP Paribas met ses clients commerçants à l’affiche

  • 14.04.2021

La pandémie et les restrictions sanitaires sont venues nous rappeler combien les services et commerces de proximité font partie intégrante de nos vies. Au-delà du dispositif financier de soutien mis en place depuis le début de la crise, BNP Paribas a décidé de donner un coup de pouce en terme de visibilité à près de 250 commençants de proximité, en les affichant dans les agences et pour certains… sur les devantures des cinémas.

C’est un coup de projecteur qui peut apporter un peu de sourire au cœur d’une période difficile : depuis le 12 avril, une campagne inédite "Nos commerçants à l'affiche" donne de la visibilité à près de 250 commerçants de proximité et artisans partout en France. Leurs portraits sont en effet affichés au sein de certaines agences du Groupe et sur la devanture de cinémas de leurs quartiers.

A l’affiche et en plein écran

Avec ce geste sympathique et symbolique, BNP Paribas tient à soutenir les commerçants dans leur quartier, tout en rappelant combien ces derniers, durement touchés par la crise, sont les héros de notre quotidien.

Le dispositif se compose donc de deux volets :

  • en agences, 200 acteurs locaux, commerçants ou artisans, sont mis à l’honneur sur les écrans digitaux des vitrines BNP Paribas de leur quartier, dans 18 villes en France.
  • sur 11 cinémas, depuis le 12 avril, BNP Paribas met en avant le portrait de 43 clients commerçants et artisans sur les affiches des cinémas de leurs quartiers à Cannes, Dijon, Lyon, Nice, Paris et Strasbourg. BNP Paribas s’inscrit ici une nouvelle fois dans son partenariat historique avec la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF). Celle-ci a été un réel pivot pour la concrétisation de cette opération auprès de ces 11 salles de cinéma.
Nos commerçants à l'affiche
BNP Paribas : Nos commerçants à l'affiche - Avril 2021 - Crédits : @Hungry Paris

Une expérience inédite… et bienvenue

Carole Drouin de la Fromagerie des 5, à Paris, et Manuel Gonzalez, cordonnier à Nice, voient tous deux leur nom et leur portrait en haut de l’affiche. Ils nous racontent leur expérience :

Nos commerçants à l'affiche, Carole Drouin à Paris

Comment avez-vous vécu cette séance photo ?

Carole Drouin : Je me suis sentie privilégiée. Pendant 30 minutes, je suis devenue une héroïne, avec ma tomme de brebis en bouclier, j’étais dans une vraie bulle (rires). Ça fait du bien au moral.


Que pensez-vous de cette idée ? 

Que du bien, vraiment. Je trouve formidable de faire de la publicité aux commerçants. D’autant plus que BNP Paribas n’a pas pris la solution un peu « facile » de mettre en avant les grands noms, qui font d’habitude figure de représentants... même s’ils le font très bien. Ils sont allés chercher des « petits » commerçants, comme moi !

C’est à l’image de cette banque depuis le début de la crise : elle anticipe les soucis et me propose des solutions avant que j’en ai besoin, comme quand, dix jours avant le premier confinement, mon conseiller m’a appelé pour me proposer un gel des remboursements de mon prêt, sans que je lui en parle. Je me suis sentie moins seule.

C’était une expérience inédite pour vous ?

Manuel Gonzalez : C’était très sympa. D’ailleurs, c’est la première fois que l’on m’a dit que j’étais photogénique alors bon, venant d’un professionnel, j’ai décidé de croire le photographe (rires) ! On m’a demandé de venir avec quelques accessoires pour représenter mon métier. C’est un moment qui m’a fait plaisir dans une période difficile… ça redonne un peu le sourire.


Manuel, l’affiche vous présente comme un "virtuose". Vous confirmez ?

Disons que je suis cordonnier depuis 39 ans ; j’ai commencé à 16 ans et j’ai formé de nombreux cordonniers. Alors j’imagine que oui, on peut dire que je suis un peu virtuose… Les gens du quartier me connaissent en général, je suis là depuis longtemps. J’espère que les clients me reconnaîtront et que ça leur donnera envie de me rendre visite dans mon atelier !

Nos commerçants à l'affiche, Manuel Gonzalez à Nice
Cinéma Variétés de Nice
Le dispositif   "Nos commerçants à l'affiche" au Cinéma Variétés de Nice - Crédits : @FNCF
Nos commerçants à l'affiche Raphael Pollart Dulac Cinémas

En collaboration avec la FNCF et les exploitants de salles

Cette opération inédite n'aurait pas été possible, sans l'étroite collaboration de la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) avec ces 11 salles de France.

Sollicité pour participer au dispositif, Raphaël Pollart, Responsable du développement et des privatisations, de Dulac Cinémas, nous fait part de son enthousiasme pour cette campagne inédite :

Que pensez-vous de cette opération et de la nouvelle façade de vos cinémas ?

Raphaël Pollart : Je trouve l’opération « Nos commerçants à l'affiche » originale. Cela nous permet en cette période où les lieux de culture sont fermés depuis si longtemps (6 mois depuis le début du second confinement) de rappeler que nous aussi nous sommes encore là, même si c’est moins flagrant que pour les commerces dits essentiels représentés ici. Nous sommes très actifs sur les réseaux sociaux et dans le monde digital, mais ce n’est pas la même chose de voir sa façade s’animer un peu, c’est important vis-à-vis des spectateurs qui restent très attentifs à ce que nous affichons. J’apprécie que tous ces artisans et commerçants de proximité soient bien mis en valeur avec une belle photographie, à la manière d’une affiche promotionnelle de long métrage. Les codes sont bien respectés, cela nous donne presque l’impression d‘avoir un nouveau film à l’affiche, c’est un sentiment très plaisant.

Quelle a été votre réaction lorsque BNP Paribas vous a proposé ce dispositif ?

C’est très naturellement que nous nous sommes engagés dans cette campagne avec BNP Paribas par l’intermédiaire de la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF). Pour nous, le lien était évident, car nous nous sentons une âme d’artisans chez Dulac Cinémas : nous avons en commun le sens du service et de la proximité. Nous travaillons avec le même état d’esprit ; chacun de nos cinémas est composé d’une petite équipe où tout le monde se connaît, les salariés comme les spectateurs fidèles, je crois vraiment que nous partageons le même ADN. Il faut se montrer solidaire en période difficile et cette campagne est une manière de le montrer. Nous pensons bien entendu à ceux qui ont la chance de rester ouverts, mais nous pensons également à ceux et celles qui tiennent des bars et des cafés, aux traiteurs et restaurateurs qui sont logés à la même enseigne que nous et avec qui nous travaillons très étroitement lors d’événements tels que des festivals, des séminaires ou des conférences.

En quoi cette action est-elle un soutien aux cinémas de quartier ?

Les cinémas sont depuis toujours des lieux de vie conviviaux qui participent à l’animation des villes et des quartiers. Cela est particulièrement vrai avec nos salles qui sont des lieux de proximité, ouverts depuis plus de cent ans pour certains et qui font complètement partie du tissu urbain. Par exemple, Le Majestic Passy, dernier cinéma du XVIème arrondissement, qui participe à cette opération fait partie de l’association du Village de Passy qui regroupe les commerçants du quartier. C’est à cela que l’on mesure le dynamisme d’une ville ou d’un quartier, avec la présence de petits commerces et de lieux de culture. Nous faisons partie du même écosystème et nous nous rendons service mutuellement en existant les uns avec les autres. Un cinéma est ouvert tous les jours de l’année et attire des personnes de tous les milieux et de tous les âges. C‘est un lieu repère, parfois de rendez-vous, devant lequel on passe quotidiennement en allant chez le boulanger, le coiffeur ou le cordonnier et devant lequel on s’arrête pour rêver et s’évader. Pour moi, nous partageons la vie de quartier et nous en sommes tous responsables ; c’est en maintenant ce genre de dynamique que nous résisterons à la tempête !

Assurer la pérennité des commerçants et artisans 

BNP Paribas est aux côtés des commerçants et artisans. Cette campagne vient en effet ponctuer une année dense, qui a mobilisé des ressources considérables pour permettre à ces clients pénalisés par la pandémie de les accompagner au mieux pour traverser la crise économique.

  • Le PGE – Créé en mars 2020 dans l'urgence par le gouvernement pour soutenir l'économie, le Prêt Garanti par l’État (PGE) a pris la forme d'un prêt garanti à 90 % par l'État, pour une durée de six ans. Dès le démarrage du PGE, le 25 mars 2020, chaque client a pu prendre connaissance des modalités et étudier avec son conseiller de clientèle les meilleures solutions. Fin mars 2021, 23 115 PGE pour les commerces ont été mis en place pour un total de 1,6 milliard d’euros.
  • Assouplissement du PGE – Les professionnels, si besoin, ont pu demander un report de l’amortissement du capital de leur PGE. BNP Paribas a, là encore, apporté le conseil nécessaire, de proximité, à l’approche de la date du début de remboursement des PGE. Fin mars 2021, la banque a reçu plus de 25 000 demandes de suspension de crédits de la part des professionnels du commerce.
  • Des outils performants pour soutenir l’activité – Face à l’adversité et au succès des achats à distance, de nombreux commerçants se sont convertis au « click & collect » et au drive. Nouveaux usages, digitalisation de leurs outils, e-commerce, moyens de paiement à distance et nouvelle gestion financière… Sur tous ces aspects, BNP Paribas a activé une gamme d’outils et de solutions  qui simplifient leur passage au digital à l’instar de Mon Business Assistant. Directement intégré dans leur espace bancaire (mabanquepro), ce service offre de nombreuses fonctionnalités : pré-comptabilité avec intégration des justificatifs, prévisionnel de trésorerie, résultat d'activité, outil de facturation et de relance, émission de devis.   



Crédits photos : Photographe : Marcel Hartmann | Affichiste : RYSK  ; @Hungry Paris ;  FNCF

A lire aussi

Toutes les actualités