La banque d'un monde qui change

Le point sur la semaine économique : Wait and see

  • Thibault Mercier
  • 14.04.2017
  • L’inflation reste trop faible en zone euro
  • C’est ce qui compte pour la BCE

L’inflation sous-jacente (qui exclut les éléments volatils, tels que l’énergie) est aujourd’hui la mesure la plus pertinente pour évaluer la stabilité des prix en zone euro. Elle s’établissait à 0,7% g.a. en mars, en baisse de 0,2 point par rapport à février.

Bien que ce repli soit essentiellement lié à des effets saisonniers - donc temporaires - le constat reste inchangé : les pressions inflationnistes sont faibles voire inexistantes. Le retard de production accumulé depuis 2008, qui se traduit par un chômage encore élevé malgré la récente décrue, est conséquent. 

Dans ce contexte, tout invite à penser que la Banque centrale européenne restera extrêmement prudente. Sans nier que l’hétérogénéité structurelle des Etats membres de l’UEM pose aujourd’hui un véritable défi en termes de communication pour l’institution monétaire, nous continuons de prévoir une sortie extrêmement graduelle de l’assouplissement quantitatif à partir de janvier 2018. La stratégie devrait être communiquée plus précisément en septembre prochain. D’ici là les données d’activité auront confirmé - ou pas -l’optimisme des enquêtes.

Télécharger l'édito