La banque d'un monde qui change

Cet immeuble, situé Cumhuriyet Bulvarı 66, dans le quartier d’Alsançak, est une commande de la « Banca Commerciale Italiana » (BCI) auprès de l’architecte levantin Giulio Mongeri, pour abriter sa nouvelle agence d’Izmir.

Le bâtiment a été inauguré en 1928 et est aujourd’hui classé monument historique. L’agence ferme en 1979, faisant entrer le bâtiment dans une période d’incertitude, qui s’achève avec sa vente, en 1988, à Türk Ekonomi Bankası (TEB). TEB est à l’origine une banque régionale, créée en 1927 par un groupe d’entrepreneurs d’Izmit, sous le nom de Kocaeli Bankası. C’est lors de son achat par le groupe Çolakoğlu, en 1982, qu’elle prend le nom TEB et devient une banque reconnue à la fois pour sa solidité, sa gestion prudente et son savoir-faire en opérations internationales. En février 2005, TEB signe un partenariat avec le Groupe BNP Paribas. Puis, en février 2011, soit deux ans après le rapprochement de BNP Paribas et Fortis Bank, la filiale turque de la banque belge, Fortis Bank AŞ, et TEB fusionnent. Ce regroupement reste l’une des fusions les plus réussies de l’histoire bancaire turque.

Pour l’agence d’Izmir, Giulio Mongeri réalise un quadrilatère de deux niveaux, dont la façade principale sur le boulevard est un mélange de style néorenaissance et premier style national tout comme le bâtiment de la Bourse à proximité. Lors de son inauguration en 1928, cette architecture, aux décors traditionnels, est déjà considérée comme passée de mode par le courant moderniste, faisant référence au rationalisme et au fonctionnalisme, encouragé par la République. La façade du rez-de-chaussée est ornée à la manière des pierres de Dikili, qui embellissaient des édifices anciens du quartier, comme l’école italienne pour filles. Une frise court sous la toiture, divisée en cinq sections par les quatre piliers qui encadrent les fenêtres cintrées.

Les espaces intérieurs s’organisent autour d’un atrium et ses deux ailes. L’atrium, couvert d’une verrière polychrome Art nouveau, est équipé d’un guichet central destiné à accueillir le public. En outre, la construction a dû se conformer aux strictes règlementations édictées à la suite de l’incendie de 1922  qui a frappé le quartier : colonnes porteuses en béton armé autour de l’atrium, plaques de béton prémoulé pour les sols, poutrelles en acier. Giulio Mongeri était familier de ces techniques parasismiques et coupe-feu adoptées par les villes à risque, puisqu’en 1913, il avait co-fondé les« Fabriques unies de ciment Aslan », représentant en Turquie du fameux brevet français Hennebique déposé en 1892.

Actuellement, l’ensemble immobilier abrite, pour la région égéenne, le centre d’affaires entreprises et le centre banque privée de TEB.