La banque d'un monde qui change

Lors d'une conférence donnée le 13 mars dernier, à Paris, L'Atelier BNP Paribas, qui détecte les innovations technologiques dans tous les secteurs depuis plus de 35 ans, est revenu sur les mécanismes fondateurs du Big Data.

Ce phénomène débute à la fin des années 90. Internet adopte alors de nouveaux ordres de grandeur : le cap du million de sites web est franchi, des centaines de millions de pages web se créent. Cette massification débouche sur la nécessité de passer à l'estimation automatique –et non plus humaine- de la valeur des contenus du web.

Cette explosion du volume de données en circulation se poursuit lors des années 2000 avec l'Internet mobile et les réseaux sociaux. Seule une poignée d'entreprises ont les ressources pour déployer une infrastructure capable d'utiliser les bases d'utilisateurs que ces nouveaux usages constituent. Ce sont les dragons du web, tels que Facebook, Google, Microsoft et Apple.
Après avoir édifié les infrastructures supportant la digitalisation de l'information, l'industrie du Big Data bâtit des modèles marketing fondés sur la gestion des données et des comportements.

Netflix fait figure de modèle en la matière. Aujourd'hui, 75% des contenus visionnés sur cette plate-forme de streaming ont été proposées via Cinematch, moteur de recommandations personnalisées prenant en compte les goûts et les avis des abonnés.
Le management par la data gagne beaucoup de terrain, notamment dans les jeux vidéo en ligne. Ces dispositifs permettent de mieux connaître le joueur et de le fidéliser en lui proposant des produits qui lui correspondent.

L'exploitation de la data s'immisce dans de nombreux secteurs non numériques. L'usage des données issues des mobiles et des médias sociaux permet ainsi d'optimiser l'économie du tourisme. Ces initiatives préfigurent également le concept de smart city : une ville équipées de capteurs recueillant des données et les restituant sous forme d'informations municipales distribuées aux habitants par des applications mobiles et le web.

>> Lire le communiqué de presse