La banque d'un monde qui change

Source d’Histoire : BNP Paribas en Tunisie depuis 1894

  • 23.10.2015

En juin 1894, le CNEP ouvre une agence à Tunis, puis en 1895 à Sousse, en 1896 à Sfax et en 1897 à Gabès. En 1898, la direction tunisienne propose d’ouvrir des bureaux temporaires à Monastir et à Kairouan, mais le siège parisien du CNEP juge ces ouvertures prématurées. Dès le début, l’activité du réseau tunisien est satisfaisante et ce, jusqu’à la crise tunisienne de 1932. En 1907, l’agence de Gabès est fermée, mais cette fermeture est compensée par l’ouverture d’une agence à Bizerte.

Des années de prospérité

Les années 1910 correspondent, pour la Tunisie, à une période de prospérité, à laquelle les agences du CNEP prennent une large part. En 1918, le siège est transféré dans un immeuble neuf situé au 3 avenue Jules Ferry à Tunis, juste en face de la Résidence de France.
L’activité et les résultats des agences tunisiennes du CNEP sont étroitement liés à la situation de l’agriculture et des mines de phosphate, qui forment la plus grande partie de l’activité et de la richesse locales. A partir de 1923, une série d’années favorables permet de réaliser de fructueuses opérations et de nouvelles agences sont ouvertes : Monastir (1924), Mateur (1925) et Béja (1930).
Les années 1930 sont des années difficiles et l’économie tunisienne est sérieusement affectée par la chute des cours des principales productions agricoles dont le blé dur, l’orge, l’huile d’olive et la laine. De 1927 à 1936, la baisse représente près de 50%. La situation reste difficile jusqu’en 1939. Trois agences sont fermées à Monastir et Béjà (1934), puis Mateur (1935).

La création de la BEIT

En 1963, en partenariat avec la Banque industrielle de l’Afrique du nord (BIAN) et Morgan Guaranty Trust, le CNEP crée la Banque d’escompte et de crédit à l’industrie en Tunisie (BEIT). Les réseaux d’agence de la BIAN et du CNEP sont repris par le nouvel établissement.

La BNCI s’implante elle aussi en Tunisie, avec la création de la BNCIA

En 1927, des personnalités algériennes de premier plan créent la Banque de l’union nord-africaine (BUNA), qui développe un réseau d’agences en Algérie, au Maroc et en Tunisie. En septembre 1940, la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI) prend une participation majoritaire dans le capital de la BUNA, qui devient alors la BNCI-Afrique ou BNCIA. Alors que la France est occupée par l’Allemagne, le Maghreb apparaît comme un territoire d’expansion internationale.
Une succursale est ouverte à Tunis en mai 1941, une sous-agence à Bizerte en juin 1942. En 1948, le réseau tunisien compte 12 sièges et est organisé en trois groupes d’exploitation. Les agences et bureaux de Bizerte, Béja, Souk-el-Arba, Chardimou et Le Kef sont directement rattachés à la direction de Tunis. L’agence de Sousse, avec les bureaux de Monastir et de Mahdia constitue le Groupe d’exploitation de Sousse. Enfin, le Groupe d’exploitation de Sfax comprend l’agence de Sfax et les bureaux de Sarzis et de Tozeur.

L’UBCI reprend le réseau tunisien de la BNCI

En 1955, la BNCI crée une filiale de droit tunisien, l’Union financière et technique de Tunisie (UFITEC). Dans un contexte de consolidation du secteur bancaire tunisien, l’UFITEC et le réseau d’agences tunisiennes de la BNCI sont regroupés en 1961 au sein de l’Union bancaire pour le commerce et l’industrie (UBCI). Le réseau de la nouvelle banque comprend alors 7 agences : Tunis-Mokhtar-Attia, Tunis-Es-Sadikia, Bizerte, Grombalia, Mateur, Sfax et Sousse.

La fusion BEIT-UBCI complète la fusion CNEP-BNCI

En 1966, le gouvernement français décide de fusionner le CNEP et la BNCI pour former la Banque nationale de Paris (BNP). Trois ans plus tard, en 1969, le réseau de la BEIT – qui avait repris les agences tunisiennes du CNEP en 1963 – est apporté à l’UBCI. Le regroupement des réseaux tunisiens du CNEP et de la BNCI est ainsi parachevé au sein de l’UBCI.