Le groupe BNP Paribas signe une Charte européenne sur le télétravail

Depuis plusieurs années déjà, et plus encore avec la crise sanitaire, le groupe BNP Paribas a développé de nouveaux modes de travail en déployant largement le télétravail, dans toutes les activités qui le permettent. Cela s’est fait en lien avec l’évolution des espaces et environnements de travail, l’utilisation accrue des outils digitaux et la modernisation des organisations et méthodes de travail.

Le développement du télétravail, qui s’inscrit dans le projet Smart Working du Groupe, répond à des enjeux communs aux entités en Europe, que ce soit en matière d’attractivité, de rétention, de mobilité ou encore d’équilibre des temps de vie.


Un cadre commun européen

Dans ce contexte, les représentants des Fédérations syndicales européennes, une délégation du Comité Européen et la Direction de BNP Paribas ont souhaité que le développement et le renforcement du télétravail s’effectuent dans un cadre commun au Groupe en Europe, dès lors que cette forme d’organisation du travail est possible et décidée par le management de l’entité. Ce cadre commun, défini par voie négociée, a été formalisé dans une Charte européenne sur le télétravail.  

Une charte applicable dans 22 pays

Cette charte s’applique dans les 22 pays relevant du Comité Européen de BNP Paribas et concerne plus de 132 000 collaboratrices et collaborateurs. Concrètement, quels que soient l’entité et le pays où ces 132 000 personnes travaillent, elles bénéficient toutes des mêmes principes généraux à savoir :

  • une mise en œuvre du télétravail basée sur une approche collective d’équipe ;
  • le respect du principe du double volontariat, du collaborateur et du manager, permettant à chacun de choisir de passer ou non en télétravail ;
  • une possibilité de réversibilité permanente, à l’initiative du collaborateur ou du manager, en fonction notamment de contraintes personnelles ou opérationnelles majeures ;
  • un taux maximum de temps de travail exercé en télétravail de 50 % associé à une journée minimale de présence sur site par semaine (hors période de congés) ;
  • des jours télétravaillés par journée entière, avec rotation périodique dans le choix des jours pour préserver notamment une équité au sein des équipes ;
  • la participation aux frais liés au télétravail et/ou aux repas pour le télétravail régulier, selon une au moins des modalités définies ;
  • un lieu de télétravail qui demeure par principe celui de la résidence principale du collaborateur.

Des rythmes et formules de télétravail variés

Les rythmes et formules de télétravail possibles sont multiples pour s’adapter aux différentes activités du Groupe  :

  • rythme régulier organisé par semaine, quinzaine ou mois sur la base d’une moyenne hebdomadaire d’1 , de 2 ou de 2,5 jours
  • pouvant se cumuler avec des jours flexibles.
  • Ou un rythme exclusivement organisé sous forme de jours flexibles.

Ce socle commun du Groupe en Europe pourra être complété, le cas échéant, par les entreprises, afin de répondre à leurs spécificités, dès lors qu’elles ne dérogent pas aux dispositions de la Charte dans un sens moins favorable.

Signée à l’unanimité des représentants des deux Fédérations syndicales européennes (UNI Europe et FECEC), d’une délégation du Comité Européen et des représentations de la Direction de BNP Paribas, la charte est applicable jusqu’en 2024. Elle vient compléter les trois accords européens en vigueur dans le Groupe sur l’emploi, l’égalité professionnelle et la prévention du stress.

Photos des signataires Hélène Danesi, Maxime Legrand, Gabriel di Letizia, Sofia Merlo
Crédits : J BOY

« Pour UNI Europa Finance, cette démarche innovante de charte européenne sur le télétravail illustre bien la volonté de BNP Paribas de promouvoir le dialogue social européen à travers son Comité Européen de Groupe, pour développer le télétravail et les nouveaux modes de travail au sein du Groupe dans leur dimension européenne. »

Hélène Danesi, représentante de la Fédération UNI Europe

« Cette charte européenne sur le télétravail est un bon exemple de ce que produit le dialogue social. La direction comme les représentants des salariés ont su avancer pas à pas autour d’un sujet nouveau, ô combien source d’opportunités et de challenges, pour répondre à un besoin concret de 133 000 salariés en Europe. Nos collègues ont désormais un outil et des repères. »

Maxime Legrand, président de la FECEC

« Je suis particulièrement satisfait que,  s’agissant du télétravail régulier, la charte prévoie que les modalités de la participation aux frais liés au télétravail et/ou aux repas doivent être examinées dans chaque entité ou pays concerné, selon l’une au moins des modalités définies dans la Charte, dans le respect de la réglementation locale des pays relevant du périmètre du Comité Européen. »

Gabriel di Letizia, Secrétaire du Comité Européen

« Nous nous adaptons sans cesse aux évolutions des environnements et des nouvelles formes de travail en préservant la qualité de vie de nos collaborateurs où qu’ils se trouvent. La signature d’une charte européenne sur le télétravail entre partenaires sociaux est un nouvel exemple de notre politique volontariste en la matière. »

Sofia Merlo, Directrice des Ressources Humaines du Groupe


Photos : ©BNP Paribas / LIGHTFIELD STUDIOS / J BOY

Pour s'abonner à notre newsletter, c'est ici !

Choisissez vos thématiques préférées et la fréquence d'envoi