La banque d'un monde qui change

Concepteur-développeur, une compétence clé pour BNP Paribas

  • 30.09.2020

Applications, sites web, dispositifs de veille... on ne compte plus aujourd’hui le nombre d’outils digitaux que nous tous utilisons quotidiennement. Derrière chaque interface, se cachent les lignes de code du concepteur-développeur. Depuis quelques années, BNP Paribas a fait le choix de former et accompagner ses collaborateurs pour acquérir ou développer cette compétence de développement informatique. Entretien croisé avec Johane Marmai, qui après six mois de formation, a rejoint l’équipe de concepteurs-développeurs de la Banque de Détail en France (BDDF) en février 2020 et Philippe Mansard, qui dirige La Fabrique, l'accélérateur de startups interne de BNP Paribas. Ils nous expliquent leurs rôles et ambitions.

Johane Marmai, comment êtes-vous redevenue développeuse ?

Johane Marmai : La Fabrique  a lancé un appel à volontaires pour renouer avec leur métier d’origine. Je me suis portée candidate et j’ai suivi la formation, constituée de nombreux travaux pratiques et d’un projet de groupe. J’ai vraiment été très bien accompagnée dans ma démarche et j’ai retrouvé le plaisir de coder ! Trouver une solution de code élégante, c’est un peu comme résoudre une énigme. Avec ce métier, on a un peu l’impression d’être un Sherlock Holmes des machines ! C’est très gratifiant intellectuellement.

Philippe Mansard : Ce que Johane oublie de souligner, c’est qu’elle est même sortie major de sa promotion ! Nous assurons ainsi, conjointement avec l’école EPITA, deux sessions par an pour 14 personnes à chaque fois, même si la Covid19 nous a impacté sur notre plan de marche 2020, la troisième session débutera néanmoins en novembre. Il ne s’agit pas d’une formation initiale mais bien d’un reskilling, c’est-à-dire d’une « reformation » ambitieuse, avec un accent très fort mis sur le développement en Java.

Portrait

 "Avec la formation mise en place par La Fabrique, j’ai retrouvé le plaisir de coder "

Sur quels sujets travaillez-vous actuellement ?

JM : Je travaille sur une nouvelle application qui permet de récupérer les échanges entre les clients et les conseillers, afin de comprendre quels types d’informations sont transmis et dans quelles situations. Cela permet de faire des requêtes de big data afin d’avoir une meilleure connaissance de nos clients pour leur offrir des solutions adaptées.

Et quelles sont vos impressions après ces premiers mois à votre nouveau poste ?

JM : J’apprécie de passer d’une application et/ou d’un projet à l’autre, d’être embarquée dans de nouvelles problématiques, puis d’en découvrir d’autres insoupçonnées. Le retour des équipes auprès de qui nous évoluons est très positif car nous allons vite : je connais déjà l’écosystème, l’environnement bancaire… et BNP Paribas. Cela nous permet de traiter une demande rapidement lorsqu’un outil a besoin d’évoluer, par exemple. D’ailleurs, nous ne passons pas par la fiche de commande, le devis… Tout ce temps de procédure en moins soulage nos « clients internes ». 

Portrait

PM : Les managers qui ont pu faire appel aux équipes formées à la Fabrique sont ravis. La formation est vraiment up to date et, comme Johane le dit, les concepteurs-développeurs ont tout un background maison qui est très précieux : ils connaissent les équipes, les métiers... Cela les place au cœur de tous les dispositifs à grande valeur ajoutée et la Fabrique est largement associée à ce succès.

Comment envisagez-vous la prochaine étape ? 

JM : J’ai beaucoup à apprendre à ce poste ! Je dois encore découvrir toutes les spécificités liées à l’écosystème. Dans quelques années, j’aimerais être suffisamment expérimentée sur ces questions pour prendre un rôle de tech-lead, c’est-à-dire de référent pour les autres développeurs.


PM : Par le passé, pour progresser dans leur carrière, les développeurs devenaient chefs de projets, puis aspiraient ensuite à être managers. Nous avons pris le parti de valoriser les carrières et les expertises techniques et d’offrir la possibilité aux développeurs de progresser sans passer par la case management. Aujourd’hui, il est possible de rester dans une carrière d’expertise tout en ayant les mêmes niveaux de rémunération et les mêmes niveaux de responsabilité que ceux d’un manager.

Faire monter les équipes en compétence tout au long de leur carrière et les aider à se remettre au goût du jour, ce sont les fondamentaux de la Fabrique

"Il est possible de rester dans une carrière technique tout en ayant les mêmes rémunérations et les mêmes responsabilités qu’un manager" 



Header : ©Halfpoint / Photo : ©monsitj