La banque d'un monde qui change

Apportons un souffle nouveau pour accélérer la transition énergétique

  • 16.11.2020

Le consensus scientifique est sans appel : pour respecter l’objectif climatique de l’Accord de Paris, il est indispensable d’être plus efficace dans la gestion de l’énergie et de laisser sous terre la majeure partie des réserves d’énergies fossiles. La transition énergétique se caractérise notamment par une efficacité énergétique accrue et par le passage d’énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre à des énergies décarbonées. C’est pourquoi nous avons la conviction que l’accélération vers un modèle d’économie durable passera notamment par l’accélération de la transition énergétique. À ce titre, le secteur bancaire a un rôle particulier à jouer, qui s’articule autour de trois axes.

Participer aux grands objectifs de la transition énergétique

« Être capables de produire une énergie propre et abordable » : le 7ème Objectif de Développement Durable de l’ONU est consacré à la transition énergétique. Il s’appuie sur des objectifs à court terme : d’ici 2030, l’énergie devra être accessible à toutes les populations sous la forme la plus renouvelable possible, et ce grâce à la mobilisation internationale. La transition énergétique est en effet un levier essentiel en faveur d’une économie mondiale responsable et durable.

À chaque pays d’encadrer cet objectif avec des dispositifs et des législations adaptées ; à leurs acteurs économiques de les intégrer, voire de les devancer ; aux citoyens d’accompagner ce mouvement vertueux en modifiant également leurs habitudes.


En France, la loi sur la transition écologique pour la croissance verte fixe de multiples objectifs parmi lesquels :

  • réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030 ;
  • réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012 ; 
  • porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030.

Ces engagements ont été renouvelés depuis, notamment en 2020 avec la Stratégie française pour l’énergie et le climat qui fixe le cadre menant la France vers une société décarbonée et détermine un objectif à 2050. 

Face à ces impulsions règlementaires, BNP Paribas mène depuis 2010 une politique volontariste en faveur de la transition énergétique et ce dans tous ses pays d’implantation


Un engagement d’entreprise que résume Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur-Directeur Général de BNP Paribas :

« Dans cette course contre la montre, le secteur bancaire et financier doit être aux avant-postes de la construction de l’économie bas carbone. Moteur de l’économie et à la croisée de tous les acteurs – particuliers, entreprises et investisseurs –, la Banque est capable d’en changer la donne.
 À travers ses leviers de financement et d’investissement, elle peut inciter avec force ses clients à s’engager pour répondre à l’urgence de la situation
».

Agir à la source : favoriser le développement des énergies renouvelables

On entend par énergies renouvelables des énergies dont le renouvellement par la nature est plus rapide que leur consommation par l’homme, à l’inverse des énergies fossiles comme le charbon ou le pétrole. Les énergies propres, quant à elles, sont distinguées par leur faible impact carbone. L’éolien (onshore et offshore), l’hydraulique, le solaire, la biomasse et la géothermie sont les cinq grandes énergies renouvelables, ou vertes. L’exploitation croissante de ces énergies apparaît aujourd’hui comme nécessaire afin de limiter les risques climatiques. La relance responsable passera donc par favoriser leurs usages tout en rendant plus accessible l’accès à ces énergies comme à leur financement.

Par quels moyens un groupe bancaire comme BNP Paribas peut-il ainsi agir pour accélérer la production des énergies renouvelables et leur augmentation dans le mix énergétique global ?

Voici quelques-unes de nos initiatives représentatives :

  • Désengagement progressif des énergies fossiles : un agenda précis de sortie du charbon d’ici 2030, dans les pays de de l’Union européenne et de l’OCDE, et d’ici 2040, dans le reste du monde, a été pris par le Groupe, l’un des deux seuls grands groupes bancaires mondiaux à l’avoir fait. Ainsi qu’un engagement global de réduction du soutien aux énergies fossiles. Avec 46,7 % de sources fossiles (gaz, charbon et pétrole) et 31 % de sources renouvelables (hydraulique, éolien, solaire et autres renouvelables), le mix électrique financé par BNP Paribas en 2019 a une empreinte carbone moyenne moindre que celle du mix mondial qui reposait, en 2018 (selon l’AIE) sur 64 % de fossiles et 26 % de renouvelables.
  • Augmentation de nos financements destinés aux énergies renouvelables : BNP Paribas a doublé le financement des énergies renouvelables en 4 ans (au lieu de 5 ans initialement prévus) et fixé un nouvel objectif de financement à hauteur de 18 milliards d’euros en 2021. Cet engagement se mesure très concrètement, qu’il s’agisse de l’éolien maritime (comme avec le financement des premiers projets éoliens maritimes en France à Saint Nazaire et Fécamp pour un montant de financement supérieur à 2 milliards d’euros chacun), du financement et conseil du projet européen de gigafactory de batteries automobiles à Northvolt en Suède (pour 2,4 milliards de dollars US) ou encore par le rôle de conseil financier auprès du plus grand projet renouvelable au monde (un parc éolien maritime au large des côtes du Royaume Uni d’une capacité de 3,6 gigawatts).
  • La mise en place de partenariats stratégiques avec d’autres grands acteurs économiques, à l’image de la coopération entre BNP Paribas, Solar Impulse, Michelin et ENGIE sous l’égide de Movin’On, afin d’appuyer les énergies décarbonées.

Concrètement, pour encourager la transition énergétique, nous avons au global doublé nos crédits dédiés à la production d’énergie renouvelable en 5 ans.
Pour réussir le défi de la transition, accélérons ensemble.

Panneaux solaires - Apportons un souffle nouveau pour accélérer la transition énergétique -Relance économie durable 2020

Agir sur le comportement : apporter des solutions concrètes aux producteurs et aux usagers

Les entreprises, et les acteurs financiers à plus forte raison, peuvent accompagner l’effort collectif en adaptant leurs offres aux objectifs de la transition énergétique. La demande des usagers, mais également les produits et services qu’on leur propose, agissent sur le visage de l’économie et de la société. À chaque acteur économique de se saisir de cette responsabilité, en fonction de ses moyens et de son métier.

Concrètement, nous avons financé les projets de rénovation énergétique de 80 000 clients français en 2019, et nous poursuivons en 2020 avec le prêt Energibio à 0 %.
Pour réussir le défi de la transition, accélérons ensemble.

Des nouveaux outils de financement dédiés à la transition énergétique :

Chez BNP Paribas, nous avons conçu de nouveaux outils de financement dédiés à la transition énergétique, capables de démontrer leur utilité environnementale mais aussi leur rentabilité financière, et que nous nous attachons à promouvoir auprès de nos clients, tous secteurs d’activités confondus. 

Trois grands « outils » financiers sont ainsi aujourd’hui utilisés par BNP Paribas au service des énergies renouvelables :

  • 1.     Notre gamme de fonds d’investissement verts BNP Paribas Energy Transition et les investissements socialement responsables en général. 

  • 2. Les obligations vertes ou green corporate bonds : entre janvier 2019 et juin 2020, nos clients nous ont mandatés pour plus de 64,5 milliards d’euros* d’émissions d’obligations vertes, nous plaçant ainsi en leader mondial de ce marché essentiel pour la transformation écologique des grandes entreprises et des territoires. *Source : données fournies par Dealogic

  • 3. Les Sustainability-Linked Loans (SLL), ou crédits durables orientés transition énergétique, un produit novateur sur lequel BNP Paribas est à la fois pionnier et leader avec plus de 7 % de part du marché mondial.

    BNP Paribas conçoit des SLL sur mesure, adaptés aux problématiques de ses clients à travers le monde. 

Focus sur deux green bonds : 

  • Enel, producteur et distributeur mondial d’énergie, a lancé un SLB dont la transaction concerne sa capacité de produire 60 % ou plus d’énergie renouvelable au 31/12/2022. Il s’agit de son 3ème SLB et le premier en livre sterling. 
  • Volvo Cars, constructeur automobile, a engagé BNP Paribas en tant que conseil en structuration verte afin d’établir un cadre de Financement vert. Volvo Cars a ainsi réuni des fonds pour financer son propre investissement en véhicules électriques, avec une projection de passer 50 % de voitures hybrides en 2025.  
Mobilité durable - Apportons un souffle nouveau pour accélérer la transition énergétique - Relance Economie Durable 2020
Visuel campagne - Apportons un souffle nouveau pour accélérer la transition énergétique - Relance Economie Durable 2020

Focus sur le financement de l’éolien en Argentine via un SLL BNP Paribas

YPF Luz, 5ème producteur d’énergie en Argentine, s’est engagé à augmenter sa production d’énergie éolienne de 123 mégawatts en 2020 à 297 mégawatts en 2021, soit une hausse de capacité de plus de 240 %. Un investissement d’envergure qui nécessitait un important besoin de financement malgré l’instabilité économique du pays.

Or ce financement a vu le jour grâce à de multiples sources internationales intéressées par les énergies renouvelables, dont un prêt de 95 millions de dollars US accordé par BNP Paribas Fortis

Pour aller plus loin

Crédits photos : Jordi Huisman (header), zhu difeng, @scharfsinn86, Getty Images et Shutterstock   

A lire aussi

Toutes les actualités