L’intrapreneuriat, agitateur d’innovations

On peut avoir l’esprit d’entreprise sans travailler dans une startup ; on peut être innovant en travaillant dans un grand groupe. Ce constat, les intrapreneurs le vivent chaque jour. Les entreprises, décidées à donner leur chance aux idées novatrices de leurs collaborateurs, ont développé en interne des programmes de développement de projets à la façon flexible et « commando » des jeunes pousses. Le point sur une pratique intrapreneuriale qui séduit de plus en plus chez BNP Paribas !

L’intrapreneuriat est-il si répandu que ça ?

Si le concept ne date pas d’hier, son essor en France date de quelques années. Créé dans les années 1970 aux États-Unis, le terme d’intrapreneuriat se réfère aux initiatives internes aptes à combattre les processus parfois complexes des grandes entreprises. Les entreprises en quête de plus d’agilité mettent donc en place des programmes qui permettent aux idées novatrices de certains collaborateurs de s’exprimer et de se concrétiser. Incubateur interne, « Lab », « Hub », « Booster », quel que soit le nom choisi, l’envie d’imaginer, d’entreprendre et de créer est au rendez-vous, avec, toujours, une recherche de transversalité, de partage des compétences et de diversité des équipes concernées.

Retombées positives : oui à l’intrapreneuriat !

L’intrapreneuriat favorise l’émergence de talents au sein de l’entreprise, l’appropriation ou le passage à de nouvelles technologies, l’invention de business models, la formulation de réponses créatives aux enjeux de société et, aussi, l’amélioration de l’engagement des collaborateurs. Une véritable économie de l’intrapreneuriat s’est même développée, à l’image des plateformes et applications qui accompagnent les entreprises dans la mise en place de leur programme intrapreneurial.  

Selon une étude réalisée par l’accélérateur d’intrapreneuriat Pulse-on auprès de managers impliqués, l’intrapreneuriat sert ainsi à développer l’esprit d’équipe et la créativité (40 %), à faire émerger des talents moteurs (22 %), à faire confiance aux salariés au-delà de leur fiche de poste (14 %) et à développer le business de l’entreprise (8 %).

People’sLab4Good et l’intrapreneuriat by BNP Paribas

Convaincu du potentiel offert par l’intrapreneuriat, le groupe BNP Paribas a multiplié les structures d’entrepreneuriat interne, afin de permettre au plus grand nombre de collaborateurs de libérer tout leur potentiel d’innovation.

  • Home for Innovation en Belgique,
  • Colibri en Suisse,
  • Lux Future Lab au Luxembourg,
  • In House Intrapreneurship program en Turquie
  • ou encore People’sLab4Good en France.

La spécificité de ce dernier ? Le People‘sLab4Good agit sous l’égide de l’Engagement d’entreprise. Concrètement, cela signifie que ses intrapreneurs planchent sur des projets à impact positif qui concilient business et problématiques sociales et environnementales, dans la lignée des 17 Objectifs de Développement Durable de l’ONU. La quinzaine d’intrapreneurs de ce Lab sont issus de tous les pays et métiers du Groupe et sont choisis après appel à candidatures.

5ème saison du People’sLab4Good


Déjà la cinquième saison pour le People’sLab4Good. Comme chaque année, une centaine de candidatures ont été déposées afin de porter des projets utiles pour les activités et répondant au moins à l’un des Objectifs de Développement Durable de l’ONU. Les intrapreneurs (14 côté BNP Paribas et plusieurs venant d’autres entreprises comme Engie dans le cadre de la coalition #Intrapreneurs4Good) sont accompagnés pendant vingt jours de formation répartis sur six mois. À la sortie du programme, 50 % des projets continuent à se développer dans les métiers du Groupe, comme Altermotive ou Tangata. Quelques autres exemples de projets qui portent leurs premiers fruits ?

  • Finance4Good : une intrapreneure du Luxembourg a lancé un compte d’épargne responsable, à destination des clients particuliers souhaitant investir dans l’économie responsable
  • Hello Planet : un intrapreneur a imaginé une solution digitale de sensibilisation pour aider les clients à mesurer l’impact écologique de leurs opérations bancaires. Ce projet a conduit à  la conception de la fonctionnalité « Mon empreinte carbone » disponible aujourd’hui sur l‘application Mes Comptes BNP Paribas.  
  • Wikandoo : ce projet d’inclusion financière a été initié par une intrapreneure de la BMCI ; il poursuit son incubation au Grameen Creative Lab. A l’aide d’une plateforme de formation en e-learning, l’objectif est d’accompagner des femmes marocaines ayant obtenu un micro-crédit pour développer leurs activités et les préparer à l’entreprenariat structuré. 

Phtoto credit : Cavan Images

Pour s'abonner à notre newsletter, c'est ici !

Choisissez vos thématiques préférées et la fréquence d'envoi