La banque d'un monde qui change

Internet & l'agriculture : le matin des agrinautes (équipements, usages forts & solutions innovantes)

  • 25.02.2004
Le monde agricole est habitué à faire face à des remises en cause régulières de ses modes de production, ce qui requiert de la part des agriculteurs des capacités d'adaptation exceptionnelles. Ces dernières sont de nouveau au rendez-vous ! Face au défi lancé par la société pour une agriculture non seulement plus productive, mais plus réactive, plus qualitative et plus propre, le monde agricole change à grande vitesse en tirant parti des nouvelles mutations technologiques. C'est pourquoi, après s'être intéressé en 2003 au retour en force de l'e-commerce, l'Atelier, centre de veille technologique du groupe BNP Paribas, a décidé de consacrer sa nouvelle étude au "matin des agrinautes(1)" qui se dessine aujourd'hui.

En à peine un demi-siècle, l'agriculture est en train de vivre sa seconde révolution technologique. A l'instar de la mécanisation massive des cultures qui a contribué dans les années 50-60 au succès de l'agriculture intensive européenne, propre à lui assurer une autosuffisance alimentaire qu'elle avait perdue, l'adhésion progressive aux technologies de l'information permet désormais aux agriculteurs de cultiver leurs sols avec davantage de précision, de vendre leur récolte de manière plus réactive, ou de gérer leur exploitation avec une meilleure maîtrise des exigences environnementales. En somme, de gagner le pari d'une nouvelle agriculture lancé par la société. Un défi d'autant plus difficile qu'il est soutenu par les institutions européennes qui ont fait de la "nouvelle PAC" un système d'aide qui ne valorise plus le seul rendement des cultures.

Quelles sont les grandes lignes qui caractérisent cette mutation ? Cette étude analyse les chiffres clefs et les facteurs de croissance de l'équipement informatique chez les agriculteurs ; les usages forts qu'ils en font ; ainsi que le potentiel des principales solutions innovantes. Le monde agricole est au matin d'une mutation probablement aussi importante que l'avènement des tracteurs et des moissonneuses batteuses. Son adhésion aux nouvelles technologies, que nous avons appelée "le matin des agrinautes", peut se décomposer en trois grands aspects.

Premier aspect, le matin des connexions. Le taux des exploitations agricoles françaises connectées est encore assez modeste : 21,87 % en 2003 (sources : Scee & Efita), mais il a presque triplé depuis l'année 2000, tandis que la progression des abonnements Internet aux Etats-Unis s'essouffle, en passant de 55 % à 58 % sur la même période (source : USDA).

Deuxième aspect, le matin des réseaux haut débit en milieu rural : les taux de couverture des départements français en ADSL restent insuffisants : seuls 9 départements français possèdent des taux de couverture supérieurs à 90 % (sources : cabinet Tactis). Mais de nouvelles technologies d'accès à longue distance émergent, tels le couplage du satellite avec du Wifi(2) ou le Courant Porteur en Ligne, et le WiMax (un nouveau mode d'accès à Internet par ondes hertziennes), dont la sécurité, la puissance du débit et la capacité de diffusion (actuellement 25 kilomètres), en font sans doute la technologie la plus prometteuse pour amener du haut débit dans les milieux ruraux, à condition qu'un modèle économique soit trouvé.

Troisième aspect, le matin des usages. A l'instar des agriculteurs qui décèlent mieux que personne les signes avant coureurs du gel ou de la pluie, les internautes agricoles qui ont adopté le Net, recueillent de plus en plus rapidement, en artisans du web, la meilleure information pour leurs activités. Toutefois, si les usages dominants touchent aujourd'hui la recherche d'information ciblée, la démarche des agrinautes est avant tout pragmatique, donc liée à l'action. Ainsi plus des deux tiers des agriculteurs interrogés au cours de cette étude déclarent vouloir utiliser Internet comme :

a) Une aide à la commercialisation de leurs produits (Un usage particulièrement fort pour les agriculteurs qui sont en contact direct avec le marché : céréaliers sans coopérative, viticulteurs,...)

b) Une aide à la gestion en temps réel de leur culture (Mise à jour via Internet des capteurs de rendement situés sur des moissonneuses batteuses, elles-mêmes équipées d'un repérage satellite(3),...)

c) Une aide à la gestion à moyen terme de leur domaine (Images satellitaires de parcelles agricoles avec un rendu sur des cartes de préconisation accessibles en ligne,...)

Ces trois types d'usages contribuent naturellement à rendre l'agriculture plus réactive, plus qualitative, plus productive, mais aussi plus propre. Des exemples de solutions innovantes étayent cette tendance forte soulevée au cours de cette étude. Réalisée à partir de témoignages d'agriculteurs, d'éléments chiffrés, de veille technologique, cette étude montre les grandes lignes et les premiers versants d'une révolution en marche.


(1) Le terme "agrinautes" désigne ici les agriculteurs qui possèdent un accès à Internet.

(2) Accès sans fil à Internet

(3) Global Positioning System (GPS) : repérage satellite par données chiffrées sur latitude et longitude.



Télécharger l'étude de l'Atelier

Accéder au nouveau site de l'Atelier - www.atelier.fr


L'Atelier est le centre de veille technologique du groupe BNP Paribas.
Press contact(s)
Contact presse :

Michèle SICARD
Tél : 01 40 14 70 61
michele.sicard [at] bnpparibas (dot) com

Agathe HEINRICH
Tél : 01 42 98 15 91
agathe.heinrich [at] bnpparibas (dot) com

Henri de CLISSON
Tél : 01 40 14 65 14
henri.declisson [at] bnpparibas (dot) com