• Groupe

« Il est impossible d’analyser notre histoire sans analyser nos entreprises »

Les 14, 15 et 16 juin derniers s’est tenue la deuxième édition du Congrès International d’Histoire des Entreprises en France, réunissant de nombreux acteurs travaillant sur l’histoire des entreprises. A l’occasion de cet évènement dont BNP Paribas est partenaire, nous avons rencontré Marie Laperdrix, responsable du département Archives & Histoire du Groupe. Interview.

Pourquoi est-il important, pour BNP Paribas, d’être l’un des principaux mécènes du Congrès International d’Histoire des Entreprises en France ?  

Marie Laperdrix (M.L.) : Tout comme nous l’avions fait pour la première édition en 2019, nous avons souhaité accompagner à nouveau cette grande réunion de chercheurs internationaux en histoire des entreprises car c’est le cœur du public qui vient régulièrement consulter les archives du Groupe dans nos centres de conservation, en France(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)Belgique(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet) ou Italie(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet). Nous sommes intervenus tout d’abord au titre de la conservation et de la valorisation du patrimoine via une table-ronde autour de « Culture et Mémoire » que j’ai présidée. L’objectif de cette session était de questionner la place des archives, qu’elles soient « papier », orales, photographiques ou audiovisuelles, et de montrer comment elles peuvent documenter la mémoire d’entreprises ou de pays, y compris de ceux qui ne disposent pas de leurs archives. Le deuxième volet de notre intervention a porté sur l’exploitation de sources avec des partenaires et des chercheurs tels que des historiens économistes, sociologues, historiens d’art… qui utilisent notre patrimoine comme source complémentaire. Nous avons en effet organisé une session autour de l’histoire et d’archives de l’Europe de l’Est de l’entre-deux guerres. C'est un moyen de mettre en avant des sources méconnues, sur lesquelles nous travaillons avec des chercheurs en sciences sociales, en particulier de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) avec qui nous avons un partenariat, et des associations qui exploitent ces archives. Enfin, ce type de congrès nous donne l’occasion d’aider les chercheurs qui, comme Anna Shapovalova, ont besoin de notre soutien. 

Une chercheuse soutenue par BNP Paribas

Chercheuse associée à Sciences Po Paris(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet) et post-doctorante à l’Université de Bologne(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet), Anna Shapovalova a écrit une thèse sur la dimension internationale des grands procès dits « pour l’exemple » du premier plan quinquennal en URSS (procès Chakhty, procès du Parti industriel et affaire Vickers). Dans le cadre du Congrès International d’Histoire des Entreprises en France(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet), elle a bénéficié de l’aide financière déployée par BNP Paribas en faveur des jeunes chercheurs. Elle a ainsi participé à une table ronde organisée et animée par Archives & Histoire autour de ses travaux et a pu dialoguer avec d’autres spécialistes invités et les participants présents et développer de nouvelles pistes de recherches.

Pourquoi est-il essentiel de garder trace de l’histoire des entreprises ? 

M.L. : Les entreprises sont le reflet de notre société : il est impossible d’analyser notre histoire sans analyser nos entreprises. C’est bien en réponse à des enjeux d’évolution de nos sociétés que BNP Paribas prend aujourd’hui position en faveur des énergies renouvelables ou, à une époque, en faveur du développement de la vapeur ou de l’électricité. Autre exemple concret : la Banque a créé en 1953 le crédit à la consommation en écho au développement des arts ménagers… Un projet financé par la banque dit énormément de choses sur un pays donné, une entreprise donnée, à un instant donné. Les archives d’entreprises qui pourraient être perçues comme comptables ou même techniques ne le sont pas du tout ! Grâce à elles, BNP Paribas est autant acteur que témoin historique des transformations de la société et de l’économie à travers le monde depuis deux siècles. C’est la raison pour laquelle le Groupe attache une grande importance à la connaissance et la diffusion de l’Histoire et s’est doté, avec son département « Archives & Histoire », d’une équipe de spécialistes dédiée à la conservation et à la valorisation de son patrimoine.

« Grâce à nos archives, BNP Paribas est autant acteur que témoin historique des transformations de la société et de l’économie à travers le monde depuis deux siècles. »

En quoi ce partenariat s’inscrit-il dans les missions de votre équipe ?

M.L. : Nos partenariats, que ce soit ce congrès, le prix Historia, celui des You Tubeurs d’Histoire, ou encore le prix de thèse en histoire économique pour récompenser des jeunes chercheurs, répondent à un double objectif : sensibiliser les chercheurs et toucher le grand public en favorisant l’appropriation de l’histoire basée sur des archives. « Archives & Histoire », ce sont deux noms complémentaires : on ne peut pas faire d’histoire sans archives, sans sources et la notion d’archives est extrêmement large. Ce sont à la fois des dossiers papiers, la bibliothèque historique ; des objets, des photos, des affiches etc. S’y ajoutent désormais toutes les archives nativement numériques (par exemple, le rapport intégré du Groupe). Nos enjeux peuvent se résumer en 4 « C » : conseiller en amont les services de la banque de façon à bien identifier ce qui relève du patrimoine historique ; collecter ce patrimoine physique ou numérique ; bien le conserver dans nos centres de conservation, c’est-à-dire mettre en place tous les éléments préventifs afin que ce patrimoine puisse être transmis aux générations futures ; et enfin le communiquer, donner accès à ces informations aux services de la banque et au public extérieur. Les documents originaux sont consultables en salle de lecture à Dinan, Paris, Bruxelles ou Rome, ou encore dans le cadre d’expositions. Vous pouvez également retrouver toutes nos productions sur internet(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet). N'hésitez pas à vous abonner à vous abonner à notre newsletter(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet) et à nous contacter(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet) pour toute question !

« Nos partenariats répondent à un double objectif : sensibiliser les chercheurs et toucher le grand public en favorisant l’appropriation de l’histoire basée sur des archives. »

Nos fonds d'archives en chiffres :

      3 

   centres de conservation :       France, Belgique, Italie

   7 km linéaires

        à travers le monde 

3000

objets en France

Source d'Histoire

Vous souhaitez en savoir plus sur les archives historiques de BNP Paribas et les conditions d’accès à notre fonds documentaire, consultez le site Source d’Histoire BNP Paribas. 

Découvrir (Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)(Ce lien s'ouvre dans un nouvel onglet)

Pour s'abonner à notre newsletter, c'est ici !

Choisissez vos thématiques préférées et la fréquence d'envoi