La banque d'un monde qui change

BNP Paribas mise sur l’entrepreneuriat social

Entrepreneuriat Social

Avec l’entrepreneuriat social, le monde de l’entreprise ne répond pas uniquement à une logique financière mais également à une mission sociétale explicite et prioritaire. Conscients des enjeux sociaux et environnementaux, de plus en plus d’entrepreneurs valorisent cette approche au service de l’intérêt général. BNP Paribas est là pour les accompagner dans leur croissance.

L’entrepreneuriat social : un monde à construire

L’entrepreneuriat social est une notion récente qui a vraiment pris son essor dans les années 2000. On peut tenter de le définir comme un « entrepreneuriat d'intérêt général ». Derrière une intention commune, ce secteur constitue néanmoins une galaxie disparate.

Aux États-Unis, source du concept dans les années 1990, l’entrepreneur social est d’abord un « Change Maker », capable par sa stratégie d’entreprise d’améliorer la société. C’est la définition de Bill Drayton, fondateur d’Ashoka, premier réseau d’entrepreneurs sociaux dans le monde. Dès 1993, Harvard et Stanford sont les premières universités à diffuser ce concept.

Très vite, l’entrepreneuriat social part à la conquête du monde. Dans la continuité de la microfinance  Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix, promeut le « social business » et lui insuffle une énergie nouvelle. Selon lui, l’entrepreneur social lutte contre la pauvreté, reste financièrement autosuffisant et ne reverse aucun dividende.

En 2008, le premier Social Enterprise World Forum vise à créer des passerelles entre les acteurs de l’entrepreneuriat social partout sur le globe. Aujourd’hui, l’entrepreneuriat social connaît un développement fort mais inégal. Au Sénégal, 18,1 % de la population mène une activité relevant de l’entrepreneuriat social. Ils sont seulement 1 % à Taiwan. Les États-Unis et l’Australie figurent en tête des pays riches avec 11 %.

Une grande impulsion a été donnée en 2013 par la création du G8 Social Impact Investment Task Force à l’initiative du gouvernement de David Cameron en Grande Bretagne.

les nouveaux enjeux sociétaux, énergétiques et environnementaux rendent l’entrepreneuriat social indispensable.

L’entrepreneuriat social : la France en pointe

En France, l’entrepreneuriat social, ainsi que l'ESS (économie Sociale et Solidaire) dont il fait partie,  bénéficient d’une excellente image. 82 % des Français considèrent que l’État devrait investir dans le développement de l'ESS, et 2/3 des français souhaitent même s’y impliquer. À cela s’ajoute un intérêt renouvelé de la part des décideurs. En 2014, une loi dédiée a été promulguée afin de stimuler le secteur, notamment par la création de l’agrément ESUS (« Entreprise solidaire d’utilité sociale »). Dans ce contexte favorable, l’ESS a pu se développer et représente désormais 10 % du PIB, 10,5 % des emplois (et 13,9% de l’emploi privé) et 221 325 établissements. 

Pour aller encore plus loin, en janvier 2018, Christophe Itier, Haut-commissaire à l’Economie sociale et solidaire et à l’innovation sociale, a annoncé le lancement de l'Accélérateur National d'innovation sociale et de l’initiative « French Impact ».

French Impact, inspiré de la FrenchTech, est une nouvelle bannière nationale, pour fédérer une communauté et valoriser la diversité des acteurs de l’innovation sociale. L’accélérateur est un nouvel outil pour soutenir et encourager les innovations sur tous les territoires, et qui permettra aux initiatives locales de changer d’échelle et de devenir des solutions nationales voire internationales.

Accompagner les entreprises sociales

BNP Paribas est pour le moment la seule banque commerciale à avoir développé une stratégie internationale sur plusieurs continents pour accompagner les entreprises sociales. Fin 2017, le soutien du Groupe au secteur s’élevait à 980 millions d’euros. Plus de 1100 entreprises sociales (clients et partenaires) dans 7 pays ont ainsi pu bénéficier des multiples leviers d’accompagnement du Groupe.

  • Jean-Laurent Bonnafé

    Administrateur Directeur Général de BNP Paribas

    Je suis fermement convaincu qu’à l’avenir le leadership des entreprises et de leurs collaborateurs reposera en grande partie sur leur capacité à générer des bénéfices pour la société civile et le monde qui les entoure.

L’entrepreneuriat social : vers la Social Valley ?  

L’entrepreneuriat social n’est pas qu’une belle idée altruiste, mais un secteur dynamique, créateur de richesses

Le secteur est plus représentatif des minorités et des genres : 45 % des entrepreneurs sociaux sont des femmes. Il n’est pas moins rentable ou plus fragile que le reste des entreprises. Au contraire, il a pu faire ses preuves en période de crise et reste, selon Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, « un formidable terreau d’emplois pérennes et non délocalisables ». 

UN FORMIDABLE TERREAU D’EMPLOIS PÉRENNES ET NON DÉLOCALISABLES.
“ LE SOCIAL-BUSINESS EST UNE MANIÈRE D’EXPRIMER SA CRÉATIVITÉ TOUT EN CHANGEANT LE MONDE ”

Muhamed Yunus

Prix Nobel de la paix

Votre avis nous intéresse ! Participer à notre sondage