La banque d'un monde qui change

Histoire : deux siècles de banque

L’histoire de BNP Paribas débute au XIXème siècle, alors que les banques ancêtres du Groupe naissent et se développent. Entrainées par le formidable essor industriel de l’Europe, elles drainent l’épargne nécessaire au financement du développement économique. En remontant aux sources du Groupe, ce sont près de 2 siècles d’histoire du secteur de la banque, mais aussi d’histoire de l’Europe, voire du monde, que l’on peut parcourir.


“ Depuis 1822, BNP Paribas est un acteur et un témoin historique des transformations de la société et de l'économie, en Europe et dans le monde. ”

Jean Lemierre

Président du Groupe BNP Paribas

L'histoire de BNP Paribas

 A base d'archives, le film historique de BNP Paribas retrace l'histoire de notre Banque de 1822 à nos jours


1822 -1913

L'essor industriel du XIXème siècle favorise la naissance des banques ancêtres de BNP Paribas.

Les banques ancêtres de BNP Paribas sont nées et se sont développées dans le cadre du formidable essor industriel de l’Europe au XIXe siècle. Ce sont des acteurs de la deuxième révolution bancaire, caractérisée par le drainage de l’épargne nécessaire au financement du développement économique.

Le pionnier est la Société générale de Belgique, ancêtre de BNP Paribas Fortis, qui naît à Bruxelles en 1822. Elle invente la banque mixte, associant la gestion de dépôts et la commandite d’entreprises, et sera imitée par le Crédit mobilier des frères Pereire.

La France de 1848, en pleine révolution politique et crise économique, voit la création la même année, par les pouvoirs publics associés à des intérêts privés, de comptoirs d’escompte destinés à faciliter les circuits du crédit : naissent alors les deux ancêtres de la BNP, le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP), soutenu par les libraires éditeurs parisiens, et le Comptoir national d’escompte de Mulhouse, appuyé par les industriels alsaciens. Avec l’ouverture des échanges au lendemain du traité franco-anglais de 1860, le Comptoir d’escompte de Paris s’internationalise hardiment sur les grandes places de commerce, notamment en Asie, devenant à l’étranger la « French Bank ».

En 1872, des banquiers européens créent la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas) pour lever les fonds de l’emprunt de libération du territoire et plus durablement, prendre des participations dans les entreprises et s’insérer dans les marchés de capitaux. C’est la naissance d’une grande banque d’affaires à la française.

La banque n’est pas une activité exempte de risques, spécialement au XIXe siècle : après un krach qui l’oblige à se refonder en 1889, le Comptoir d’escompte redevient une banque de référence et un modèle de gestion du risque.

Et c’est à la veille du premier conflit mondial que nait à Rome l’Istituto nazionale de credito per la cooperazione, ancêtre de BNL, en vue de faciliter la transformation de l’économie rurale italienne. 

Repères

  • 1822

    création à Bruxelles de la Société générale de Belgique

  • 1848

    création du Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) et du Comptoir national d’escompte de Mulhouse

  • 1872

    création de la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas)

  • 1874

    création à San José (Californie) de la Farmers National Gold Bank, future Bank of the West

  • 1913

    création à Rome de l’Istituto Nazionale di Credito per la Cooperazione qui deviendra BNL

1860

Le Comptoir national d’escompte de Paris ouvre des agences à Shanghai et à Calcutta. C’est la première fois qu’une banque française crée ex nihilo un réseau d’agences à l’étranger.

BNP Paribas perpétue aujourd’hui cette tradition, en étant présent dans plus de 80 pays.


14 Bergère

Face à l’accroissement de l’activité et du personnel, les dirigeants du CNEP confient en 1878 la construction d’un nouveau siège social à l’architecte Édouard Corroyer.

Le bâtiment bénéficie des meilleures innovations techniques de l’époque.


Pékin-Hankou

En 1898, trois banques ancêtres de BNP Paribas, la Société générale de Belgique, la Banque de Paris et des Pays-Bas et le Comptoir national d’escompte de Paris, organisent le financement d’un des plus grands chantiers de travaux publics de l’époque : la construction du chemin de fer de Pékin à Hankou, première ligne ferroviaire chinoise d’une longueur de 1200 km.

pekinhankou.bnpparibas.com

1914 - 1965

Les banques ancêtres de BNP Paribas se développent et se réinventent malgré les crises.

Les employées du Service central du « portefeuille » de la BNCI alignées de part et d’autre d’un tapis roulant sur lequel défilent les effets de commerce - 1952. - Crédits : Archives historiques BNP Paribas

Pendant la guerre 1914-1918, les banques ancêtres de BNP Paribas soutiennent l’effort de guerre, que ce soit par le concours prêté aux emprunts de l’Etat ou par la mobilisation de nombreux collaborateurs. La main-d’œuvre féminine augmente considérablement à ce moment.

Avec l’inflation consécutive au conflit et l’instabilité économique, l’entre-deux-guerres est un moment de réorientations stratégiques  et surtout d’épreuves, qui culmine avec la dépression des années 1930. La Banque nationale de crédit (BNC), née du Comptoir d’escompte de Mulhouse  en 1913, s’effondre en 1932 car trop engagée par des crédits à des entreprises fragilisées. Elle renait sous le nom de Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI) en 1932 et, sous l’égide d’Alfred Pose, elle devient l’établissement bancaire français le plus dynamique. Avec son directeur général Horace Finaly, Paribas trouve d’autres voies de développement dans des secteurs plus neufs (industrie électrique, pétroles), ou dans des zones géographiques nouvelles, notamment en Europe centrale.

Après une période d’atonie économique pendant la seconde guerre mondiale, le CNEP et la BNCI sont nationalisés en 1945 et participent à la reconstruction de l’économie française tandis que Paribas se spécialise dans les financements de grands projets et accompagne les grandes entreprises françaises à l’étranger.

Des innovations bancaires apparaissent en France : crédit personnel en 1959, SICAV en 1963. Jacques de Fouchier, brillant et imaginatif financier, crée le Cetelem qui finance le premier crédit à la consommation en 1953. 

Repères

  • 1919

    fondation des ancêtres de la banque polonaise BGZ (Bank Gospodarki Żywnościowej)

  • 1927

    création de Kocaeli Halk Bankasi (KHB) qui devient Türk Economi Bankasi (TEB)

  • 1932

    création de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie (BNCI)

  • 1945

    nationalisation des grandes banques de dépôt françaises, dont le CNEP et la BNCI

L'informatique

En 1957, le CNEP commande le plus gros ordinateur développé en Europe, le Bull Gamma 60, tandis que la BNCI choisit un IBM 705 pour la gestion du portefeuille commercial des agences de Paris.

En 1961, la Banque de la Société générale de Belgique, ancêtre de BNP Paribas Fortis, inaugure un IBM 7070.


Le Crédit conso

Premier crédit à la consommation réalisé en France par le Cetelem (1953), entreprise créée par Jacques de Fouchier, fondateur de la Compagnie bancaire.

La Compagnie bancaire est à la source d’autres créations d’avenir comme Cardif pour l’assurance (1973), Cortal (1984) dans le courtage direct, ou Arval dans la location de flottes automobiles (1989).

La Compagnie bancaire fusionne en 1998 avec Paribas.


1934

La législation belge rend obligatoire la scission des banques mixtes. La Société générale de Belgique apporte alors ses activités bancaires à une nouvelle filiale, la Banque de la Société générale de Belgique, qui devient Société générale de banque (1965) puis Générale de banque (1985). La croissance du réseau de la banque est ensuite extrêmement rapide. En 1998, le groupe Fortis acquiert la Générale de banque.


Le réseau international

Après la Seconde Guerre mondiale, une politique originale de filialisation permet à la BNCI d’étendre son réseau en dehors des frontières et d’ouvrir de nombreuses agences.

1966 - 1999

Naissance de la BNP et construction d'un groupe aux ambitions européennes.

La Banque nationale de Paris se fait connaître du public en 1966, affiche dans la rue d’Hauteville à Paris - Archives historiques BNP Paribas

En 1966, dans le cadre d’un ensemble de mesures destinées à stimuler l’économie et le secteur bancaire, le gouvernement français fusionne le CNEP et la BNCI pour en faire une nouvelle banque, la BNP (Banque nationale de Paris), nouveau leader français. C’est une période très dynamique avec une forte « bancarisation » de la société, notamment des femmes et des jeunes. La BNP ouvre de nombreuses agences, participe au lancement de la carte bleue en 1967, et se fait remarquer par ses publicités très modernes (pour les femmes en 1968) ou très hardies (« Votre argent m’intéresse » en 1973). L’équipement informatique accompagne ce développement commercial tandis que l’internationalisation se poursuit.

De son côté, la Banque de Paris et des Pays-Bas s’est rapprochée en 1966 de la Compagnie bancaire de Jacques de Fouchier : celui-ci poursuit la création de filiales innovantes dans l’assurance (Cardif, 1973), ou dans le courtage (Cortal 1984).

Après une courte période de nationalisation qui débute en 1982 à la faveur d’une alternance politique, Paribas (qui a pris ce nom en 1982), puis la BNP sont privatisées en 1986 et 1993. Pour la BNP, sous la conduite de Michel Pébereau, commence la construction d’un Groupe à vocation de leader européen : renforcement du contrôle des risques, recherches d’alliances, rénovation de l’outil bancaire. En 1999, à l’issue d’une offre publique d’échange et d’une bataille boursière mémorable, BNP prend le contrôle de Paribas et forme dans la foulée le Groupe BNP Paribas, qui, plus que l’addition de deux banques, constitue un socle intégré pour un nouvel élan comme le traduit son nouveau logo, la courbe d’envol.

Repères

  • 1966

    fusion du CNEP et de la BNCI pour former la Banque nationale de Paris (BNP)

  • 1979

    acquisition de Bank of the West par la BNP

  • 1986

    privatisation de Paribas qui avait été nationalisée en 1982

  • 1993

    privatisation de la BNP

  • 1997

    site Internet BNP Paribas.net

La carte bleue

En 1967, la BNP s’associe avec cinq autres banques pour créer la carte bleue, première carte de paiement en France.

L’introduction des guichets automatiques à partir de 1981 offre de nouveaux services aux clients, comme la consultation des comptes et l’historique des dernières opérations.


Roland-Garros

En 1973, BNP devient le parrain officiel du tournoi de tennis de Roland-Garros. Ce partenariat s’est depuis étendu à tout le tennis et à des événements majeurs comme la Coupe Davis.


2000 à nos jours

Emergence d'un leader international pour relever les défis de la révolution digitale et d'un monde qui change.

Les Grands Moulins de Pantin, rénovés en 2009.

A partir de 2000, Michel Pébereau et Baudouin Prot, puis Jean-Laurent Bonnafé concrétisent l’ambition de créer un groupe bancaire authentiquement européen, à vocation mondiale. Des acquisitions renforcent sensiblement cet ancrage européen : TEB en Turquie en 2005, BNL en Italie en 2006, Fortis en Belgique et BGL au Luxembourg en 2009, BGZ en Pologne, Laser Cofinoga dans le crédit à la consommation et Dab Bank en Allemagne en 2014.

Lors de de la crise financière mondiale qui débute en 2007, BNP Paribas reste une très rares grandes banques constamment bénéficiaires. Contrôle des risques, acquisitions raisonnées et équilibrées, dynamisme commercial en sont les raisons. Les contraintes réglementaires nées de la crise imposent des adaptations dans la banque de financement et d’investissement (augmentation sensible des fonds propres, cloisonnement d’activités) auxquelles le Groupe peut faire face tout en servant ses clients.

Le début du XXIe siècle est aussi celui du défi numérique pour l’industrie bancaire. Si la BNP, Paribas ou la Compagnie bancaire avaient bien pris en pionniers le tournant de la banque multicanal, l’accélération de la digitalisation du monde, la mobilité croissante des usages de la clientèle et l’apparition de nouveaux acteurs  demandent une banque toujours plus réactive : c’est tout le sens de la création en 2013 d’Hello bank!, première banque entièrement conçue pour les usages mobiles à l’échelle européenne, ou de l’adaptation des réseaux bancaires nationaux aux nouveaux besoins des clients. 

Repères

  • 2000

    création du Groupe BNP Paribas

  • 2006 à 2009

    acquisition de BNL, Fortis, BGL et TEB

  • 2007

    début de la crise financière mondiale

  • 2013

    lancement de Hello bank!

Paiement électronique

La dématérialisation de la monnaie s’illustre par l’introduction de Paylib (paiement en ligne concurrent de PayPal, qui offre l’avantage de conserver les coordonnées bancaires dans sa banque) et du paiement sans contact.

www.paylib.fr

Accélération de la banque en ligne

L'accélération du développement de l'offre Internet - avec la création de la NET Agence, du site iPhone de BNP Paribas puis le lancement de Hello bank! - doit permettre au groupe de devenir l’une des meilleures banques en ligne.

Au service des nouveaux acteurs

Depuis quelques années, BNP Paribas s’engage auprès des entrepreneurs (start-up, ETI) et met en place des dispositifs pour les accompagner dans leur dynamique de croissance (Wai en 2015, Numa en 2013…).

Source d'Histoire

histoire.bnpparibas

Découvrez deux siècles de banque.

En savoir plus
Boîte à idée

J'ai une suggestion pour améliorer cette page

Participer