La banque d'un monde qui change

Nouveau Cirque : Aurélien Bory présente sa dernière création, "Géométrie de caoutchouc".

  • 12.10.2011
L'un des rares mécènes à soutenir les nouveaux arts du cirque, la Fondation BNP Paribas accompagne le parcours d'Aurélien Bory et de la Compagnie 111 depuis huit ans.

Fondateur de la Compagnie 111, Aurélien Bory est devenu en quelques années une figure majeure du cirque contemporain. Inscrivant sa démarche autour de la question de l'espace, il a marqué les arts de la scène, en France et à l'étranger, avec des créations hors normes qui incluent différentes disciplines : théâtre, cirque, danse, arts visuels et musique.

Après le succès des "Sept planches de la ruse" en 2007 et de "Sans objet" en 2009, Aurélien Bory revient avec une nouvelle création surprenante, véritable mise en abyme : "Géométrie de caoutchouc".

Symbole de l'univers du cirque, le chapiteau est au centre de cette nouvelle création : non seulement celui qu'investissent les spectateurs, mais aussi celui qui occupe le centre de l'espace. Identique au premier par sa forme, contenant devenu contenu, ce chapiteau s'anime au fil du spectacle, tel une sculpture en mouvement. Tiré par des câbles comme une grande marionnette, éprouvé par les interprètes, il s'affaisse, s'élève dans les airs, accompagne les mouvements des huit acrobates. Dans "Géométrie de caoutchouc", titre emprunté à une branche des mathématiques, ce sont d'une certaine façon quatre spectacles différents qui se jouent en même temps, avec quatre points de vue sur le spectacle.

Pour Aurélien Bory, "Géométrie de caoutchouc" présente : « Quatre couples pour autant d'histoires de relation à l'autre, de partenariat. En fait, comme au cirque, c'est une quête du merveilleux. On le cherche, on crée l'attente… sans forcément l'atteindre ! » (cf. interview de Vincent Braud pour le blog Wik Sortir à Nantes).


"Géométrie de caoutchouc", Le Grand T, 84, rue du Général Buat NANTES, du 11 au 16 octobre 2011.

Retrouvez les dates et les lieux de la tournée sur le site de la Cie 111.

Crédit photo : Aglaé Bory