La banque d'un monde qui change

60e anniversaire de l’Académie du Jazz, soutenue par la Fondation BNP Paribas

  • 09.02.2016

Lundi 8 février 2016 a eu lieu une soirée exceptionnelle au Théâtre du Châtelet pour fêter les 60 ans de l’Académie du Jazz. L’occasion de revenir sur l’histoire hors normes de cette institution majeure de la scène jazz française et internationale.

Créée en 1955, l’Académie du Jazz consacre chaque année des artistes talentueux qui marquent de leur empreinte dans le monde fascinant du jazz. La Fondation BNP Paribas, l’un des rares mécènes à soutenir cette musique depuis 20 ans, lui apporte son soutien depuis 2010.

 

Dans quel contexte l’Académie du Jazz a-t-elle été créée ?

 


Au milieu des années 50, le jazz n’était pas encore reconnu comme un genre musical à part entière. Les festivals de jazz étaient pratiquement inexistants, les concerts de musiciens américains assez rares, les clubs peu nombreux et l’édition de disques souvent mal gérée.

C’est pour remédier à ce manque général de considération que quelques amateurs, dépassant les clivages esthétiques, décident de fonder l’Académie du Jazz. Ce petit groupe d’une quinzaine de jeunes collectionneurs habitués de la cave du Hot Club de Paris, décida de récompenser chaque année le meilleur de la production discographique.


Depuis soixante ans, les membres de l’Académie du Jazz n’ont cessé d’être les témoins et les porte-parole de cette musique qui respecte au mieux la liberté créative et l’expression directe.

 

 

Programme du concert anniversaire du 8 février 2016 au Théâtre du Châtelet :
  • 8 lauréats du prix-phare de l’Académie ont accepté de jouer et d’improviser ensemble, constituant ainsi une formation multi-générationnelle parfaitement inédite dans le jazz « made-in-France ».

Ainsi, des artistes comme René Urtreger (lauréat 1961), Henri Texier (lauréat 1977), Éric Le Lann (lauréat 1983), Simon Goubert (lauréat 1996 et ancien partenaire de la Fondation BNP Paribas) ou encore Airelle Besson (lauréate 2014 et actuelle partenaire de la Fondation BNP Paribas) se partageaient la scène pour la 1ère partie de cette soirée exceptionnelle.

Airelle Besson ©Lucille Reyboz

  • En 2ème partie le célèbre Duke Orchestra dirigé par Laurent Mignard était l’invité d’honneur. L’orchestre le plus en vue et le plus compétent pour interpréter la musique de Duke Ellington présentait une sélection de thèmes ainsi qu’une suite magnifique, restituant la magie de l’esprit « ducal ».

Duke Orchestra ©DR